Bienvenue sur le blog de la Gentille sorcière.

24 H chrono : que du bonheur

24_H_Chrono_ca30156L’histoire commence comme un conte de fées “il était une fois” et non pas comme un songe d’Athalie “c’était pendant l’horreur d’une profonde nuit“, ce qui est bien dommage.

Parce que sinon elle se serait méfiée Dame Venezia (elle se reconnaîtra).

(C’était pendant l’horreur d’un beau…) Un beau jour de printemps flamboyant et chaud (c’était avant le 21 juin), un homme partit un jour en gambadant, mettre en service une installation importante et urgente (tout est urgent, je vous l’ai déjà dit, un jour la terre s’arrêtera de tourner, faut suivre) qu’il avait mise au point. Manque de bol, tout était effectivement au point, mais il y avait une pièce (détachée mais à 3000 euro tout de même)  forcément importante qui s’avéra défectueuse lors de la mise en service (on ne peut pas compter sur les fournisseurs, ce sont vraiment des nuls !).

Donc besoin urgent de la dite pièce pour le vendredi 14 heures au plus tard. Un message étant envoyé par pigeon voyageur pour réception le mercredi midi “envoyer pièce pour vendredi 14 heures au plus tard – stop – sinon client bloquera règlement – stop – me la faut absolument – stop – sinon m’ouvre les veines en écoutant Dorothée – stop”.

Dame Venezia ne pouvait laisser son chef s’ouvrir les veines dans de telles conditions et mit dont tout en oeuvre pour que la pièce arrive en temps et en heure, après avoir envoyé pigeon voyageur à son tour ” ne pas t’ouvrir les veines – stop – surtout pas Dorothée – stop – m’occupe du problème – stop – te tiens informé – stop – laisser pigeon me revenir donc ne pas lui donner de maïs – stop”.

Après envol du pigeon, appel au fournisseur pour lui faire savoir qu’il était scandaleux qu’une pièce neuve de ce prix ne soit pas apte à fonctionner au premier coup de manivelle. Faut tout de même penser aux chinois qui pédalent dans la cave NDD !

Appel en retour (le jeudi 12 H) du fournisseur, en Angleterre nord quart nord est !  “il est effectivement anowmal que la pièce soit défectueuse, nous vous en faisons pawvenir une de wemplacement immédiatement à nos fwais, elle sewa à Pau vendwedi midi au plus tawd, le twansporteuw nous l’a assuwé” (Non ce n’est pas autant en emporte le vent, c’est l’accent anglais !) – “nous adrwesser la pièce défectueuse en wetour” (n’a pas perdu le nord quart nord est)

Le vendredi matin, dame Venezia se connecta donc sur Internet pour suivre le colis dont les coowdonnées lui avaient été données par le fouwinsseuw qui avait fait son maximum. A Boeing transport maintenant d’agir via le n° 38562985 bis agémenté d’un AZ 49 B 65 HNJNTZ (n° à transmettre en cas de réclamation) .

24 H chrono c’était annoncé. Ils pouvaient le faire (les transporteurs, donc boeing transport).

Donc le colis parti le mercredi à 18 heures fit : Schrulg – Manchester – Manchester – Londres – Londres – Paris. Jusque là tout allait bien. De Paris à Pau, il ne manquait qu’un bond. D’autant que le colis était à Paris le vendredi à 1 heure du matin. Ces braves gens des transports tout de même… Nous étions émues dame Venezia et moi même (moi je pistais un portable oublié dans un TVG mais nous compatissions mutuellement à nos malheurs, le sien dépassant le mien)

Car après ce fut : Paris – Franckfort – Franckfort – Rennes (??????) (les choix des transporteurs sont impénétrables)

Le colis coincé à Rennes à 10 heures, Dame Venezia envisageat de prendre son cheval et d’aller le récupérer elle même. Trop tard. Le colis était parti par avion pour…. Toulouse.

OK. Toulouse/Pau ce n’est pas la mer à boire. Sauf que le transporteur appelé précisat que Pau n’était pas un aéroport desservi par la compagnie boeing transport “quel est le crétin qui vous a dit que cela pouvait être livré aujourd’hui à midi ?” Ben vous… Au fournisseur (vérifier, il y avait bien un mail attestant des affabulations du transporteur au fournisseur). En fait Toulouse/Pau se fait en cariole à âne et le vendredi c’est limité, les chauffeurs de carioles étant en RTT tous les vendredi AM pour se préparer au WE. Livraison prévue pour lundi 14 heures au mieux (prévoir qu’un âne se mette à boiter).

Dame Venezia me demanda si j’avais du Dorothée sous la main pour s’ouvrir les veines sans regret vu qu’elle avait perdu quasiment 24 heures à pister le colis, pour rien. Non… Moi une fourmi me suffit… (z’avez qu’à suivre). L’homme de l’art décrétat à 15 heures qu’il était grand temps pour lui de regagner son foyer (Pau/Paris en cariole à âne), et que cela attendrait bien finalement… D’ailleurs le client n’avait pas vu la fuite (habilement redirigée dans sa botte gauche inondée) et avait payé (si mon syndic pouvait être aussi aveugle !!!).

Mais sinon c’est juré : en 24 H chrono, ils peuvent le faire pourvu que l’aéroport soit bon et qu’ils pensent à vous préciser si oui ou non c’est OK sans se tromper…

De toutes manières ils vous diront toujours que c’est OK. C’est après qu’un homme enfin honnête vous demandera quel est le crétin qui vous a assuré que Boeing transport avait une liaison avec Triffouillyes les oies… A vous tout de même de payer le dit transport…

La vie n’est qu’un long calvaire…

Posté le 24 août '06 par , dans Dans la série Diabolique.
Tags :

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.