L'anniversaire de Delphine

Anniversaire_des_filles_57210832Comment cela a-t-il bien pu se passer ?

J’aurais pu être répandue de chagrin devant-le-temps-qui-passe, mais tout le monde était derrière moi à me soutenir, et je vous aime tous, chers lecteurs pour votre soutien inconditionnel et vos messages d’affection.

Je recevais pour la première fois depuis longtemps et comme à l’ordinaire, j’ai fais un rêve horrible dans la nuit du vendredi au samedi. C’est le rêve classique quand je reçois (que celle qui ne le fait jamais me jette le premier balai, s’il n’y a pas de témoin je me fais hospitaliser d’urgence pour cause de détraquage majeur).

Je n’ai pas fait les courses (si pourtant !), l’appartement ressemble à Berlin en mai 45, je déambule morose en tenue horrible, et je sais que tout le monde se pointe dans une heure tout en étant incapable de bouger le petit doigt. C’est le cauchemar quand je reçois. Je me réveille et je replonge dedans…

Moralité, les courses faites vendredi soir pour environ 70 SDF, j’ai sauté du lit le samedi matin plus tôt que quand je vais bosser, c’est dire comme cela me traumatise de recevoir, parce qu’en semaine à 6 H 30 je dors à fond.

Le chat n’a absolument pas supporté mon irruption dans la cuisine genre « cela doit ressembler à un laboratoire pour ce soir » à une heure indécente, il est arrivé tout frippé en se demandant si la guerre était déclaré, du coup il avait faim et dans ces cas là il est insupportable (donc tous les matins). Il m’a pourri la vie pendant que je rangeais tout et passait les sanitaires à l’HCl (l’eau est calcaire chez moi c’est une horreur, le Viakal n’y peut rien)

J’ai tout fait bien comme il faut. Moralité à 14 H 30 tout était fin prêt et j’avais même poussé les meubles pour faire de la place sans une aide masculine. Je me sentais toute bête ; j’aurais pu dormir 3 heures de plus…

Les filles m’ont appelée pour me préciser qu’elles arrivaient dans l’après midi. A 18 H 30 pétantes, elles étaient là. Delphine avec son sac de linge à laver, Pulchérie avec de quoi faire un cake salé aux olives, mais vu ce qu’il y avait dans le frigo et ailleurs, elle a décrété que son cake pouvait attendre un jour meilleur.

Elles se sont ruées sur l’ordi, Pulchérie pour mettre de la musique qui tienne la route (excellente je dois dire), Delphine pour scanner sa carte d’étudiante et m’envoyer le scan au boulot pour des raisons qui n’intéressent personne). On a un peu « causé » (mais tellement peu que ça ne vaut pas la peine d’en parler).

Et puis la cousiiiinnnne est arrivée et les trois filles ont pris les choses en main. Réquisition de la vaisselle de mon arrière grand mère, découpage des saucissons (obligatoires), et dans quoi je vais mettre la moutarde pour tes 4 kg de mini saucisses ? (elles ont trouvé). Et puis on sort tout pour le buffet et maman-t’es-folle-on ne mangera jamais tout cela (exact).

Gendre n° 1 et 2 sont arrivés tardivement, travaillant le samedi, guettés par les plus petits des cousins qui attendaient gendre n° 2 avec impatience (à l’arrivée : sur une chaise style enfant sage j’attends le nouveau). Ils m’ont déçue : je comptais sur eux pour écluser le buffet et ils m’en ont laissé : on ne peut compter sur personne !

Il y a eu de pauvres malheureux coincés au milieu des femmes (ma mère, moi, les filles, la cousine, ma soeur) qui ont changé de place parce qu’on respirait mieux dans le secteur masculin au moment où l’on s’est mis à parler d’accouchement.

Il y a eu des chansons chantées par tout le monde, radio blog de Pulchérie oblige, les 22 bougies pour Delphine, allumée par son amoureux, du bordel partout, des restes pour le lendemain en over dose, et un petit mal aux cheveux : le ménage c’est très mauvais pour la santé !

Pourtant les filles et les gendres sont repartis de bonne heure, genre 3 H 15 du matin, c’est l’heure où l’on commence à vivre. La cousiiinnne restait dormir chez moi, du coup on a parlotté (quelle honte !)

Dimanche a été difficile surtout pour Delphine qui avait oublié sa lessive à faire et a réquisitionné la machine à laver de Mrs Bibelot ! Moi j’ai rangé en rentrant chez moi en me demandant où était le plumard et en me disant que ce n’était pas raisonnable. On a essayé de terminer les restes chez les grands parents qui en ont pour quelques jours les malheureux : mais bon quand on est grands parents on assume. Ils peuvent congeler (et moi aussi, on ne sait jamais, dès fois qu’il y ait une guerre…)

Et qui dira que la vie n’est qu’un long calvaire ? (oui je sais, c’est de moi, et c’est ce que je me suis dit en rangeant tout dimanche, en rentrant avec la migraine de chez mes parents, la campagne ce n’est pas possible, c’est mortel pour les sinus…)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.