Les voisins de la campagne…

Voisines_57210797Avoir des voisins à la campagne, c’est le top du bonheur, tout le monde souhaitant vivre en bon voisinage. Desperate Housevives à côté c’est un rassemblement de serial killeuses.

Tout va bien se passer. On fera des barbecues de concert, des barbecues communs, chacun amenant quelque chose. Le voisin va nous expliquer comment il fait pour avoir une aussi belle pelouse et du coup on va lui prêter le taille haie et le dépanner en charbon de bois en cas de besoin, on se prendra le courrier quand on partira en vacances, on se gardera mutuellement le chat et le chien éventuellement, voire même les enfants, on sait vivre en civilisés que diantre !

Sauf que :

  • Le taille haie confié religieusement le samedi soir, le voisin décide de s’en servir le dimanche matin à 8 heures pétantes, ayant lu l’arrêté municipal précisant bien que tout moteur de tondeuse à gazon, taille haie ou autre, n’est autorisé le dimanche que de 8 H à 12 heures. Dans certains bleds c’est de 10 à 12, mais pas de bol, le maire est matinal, il a des vaches à traire à la main, comme dans l’ancien temps, et pour lui, 8 H c’est la grasse mat. Par contre pour le malheureux prêteur de taille haie, 8 heures le dimanche c’est l’heure où il se couche, ayant planché toute la nuit sur la réplication du virus Ebola (je ferai un post un jour sur le virus Ebola, je suis achement fortiche dessus…).

  • Le voisin a des mômes et nous pas (les nôtres sont grands, genre 25 et 22 ans), qu’il nous confie donc religieusement vu qu’on s’est proposés stupidement, un samedi après midi alors qu’on voulait tailler la haie. La tentation est trop grande de tailler les chiards qui sont infernaux et ont accroché une casserole à la queue du chat alors qu’on allait faire pipi. Ces malotros ne savent même pas dire « merci », mais juste « j’ai faim » et « il n’y a pas de cookies frais ? » et les parents s’incrustent chez Casto. Et on n’ose pas leur confier en retour les 25 ans de peur de passer pour des cinglés… (les jeunes étant volontaires pourtant pour jouer au crétinus maximus pendant 4 heures, c’est un plan super pour un samedi où il vase)

  • Un beau midi, on se sent nauséeux légèrement, car la veille au soir, qui tombait un vendredi, on a un peu abusé de la parlotte sur la réplication du virus Ebola, avec des amis sérieux venus discuter d’un problème sérieux. Et tout à coup, un délicieux relents de sardines grillées vient nous chatouiller les narines, car on est plein est par rapport au voisin à mômes et tailleur de haie matinal. Même le bouillon de légume et le comprimé qui fait « pshiiiit » ne passent pas… On ne peut même plus penser tranquille à des choses graves. Et la sardine s’incruste jusqu’au lendemain matin, froid c’est divin.

  • On sait pourquoi sa pelouse est splendide, ses 6 bergers allemands c….. dessus à longueur de journée, c’est de l’engrais à pas cher et du parfum garanti, dans la mesure où les clebs adorent la haie, et également c’est du bruit à moindre frais car…

  • Les chiens du voisin aboient pour un oui ou pour un non et ce, jour et nuit. Un chat qui passe (le nôtre) les déstabilise, ainsi qu’une voiture, un môme qui piaille, un scooter, un planeur, ou une sonnerie de téléphone dans le bas du village. Par contre la nuit où l’on vous pique votre voiture, ils dorment et ne donnent pas l’alerte.

  • En fait et cela arrive, le voisin n’a pas de chiens, mais 3 brebis pour tondre sa pelouse et c’est fou ce que ça fait du bruit ces animaux là, sans parler du crottin (authentique, et il a fallu se farcir le bruit de la construction de la bergerie car une brebis n’est pas à confondre avec un Shetland qui vit dehors).

  • Ses invités se garent n’importe où, et surtout devant chez nous. Bon d’accord, la ruelle appartient à tout le monde…

  • Pour le seul barbecue commun on a apporté le champagne, le voisin gentil la viande, et le voisin chieur 3 concombres au yahourt… Exit le barbecue en commun, on se réunit en douce avec le voisin gentil en bouffant des radis…

EN PLUS :

  • On a fait des sardines grillées un samedi midi un jour de vent d’est avec le voisin gentil lassé des radis, et depuis l’autre fait la tronche et nous rend le taille haie sans essence, ce mal poli. D’ailleurs à ce qu’on a cru comprendre, il s’est acheté le sien qu’il met en route à 8 heures le samedi ET le dimanche (chéri, passe moi le fusil ! (à la campagne le fusil est obligatoire, sinon on n’est pas crédible)).

  • Gendre n° 1 adooooore jardiner le dimanche matin et vu l’état de la pelouse, il a décidé de s’y mettre dès 8 heures car il est matinal et que cela pourrait le déprimer toute la famille qui pionce, ce que l’on encourage fortement ayant acheté des boules quiessses. Le voisin contemple la merveille (genre moquette verte) vers 14 heures d’un oeil mauvais, sans nous demander le pourquoi d’une si belle pelouse. En plus il nous espionne sans complexe par dessus la haie, c’est insupportable. Nous il nous faut monter sur le puit pour vérifier qu’il n’est pas en train de trucider sa femme un soir de dispute (c’est gueulard un voisin, c’est affreux, mais on veut rester discret, donc sur le puit avec un périscope et pas tout bêtement par dessus la haie bien en vue).

  • Quand les enfants, neveux et nièces sont là, on entend de gros soupirs derrière la haie (toujours elle, il y passe sa vie), alors qu’un jardin c’est fait pour jouer au foot avec toute la famille (les hommes surtout), les femmes essayant de couvrir les bruits footesques à grand renfort de conversations forcément intéressantes.

  • La rue appartient à tout le monde, il arrête de faire la tronche, ses invités n’ont qu’à aller se garer place de la mairie, c’est à 100 mètres.

  • Il fait peur à notre chat qui adore crotter (c’est le mot que je cherchais) dans ses géraniums en ridiculisant ses chiens qui ont peur des chats ces grosses bêtes crétines et gueulardes. S’il lui donne une crise cardiaque, à nous le somnifère dans une boulette de viande pour lui faire peur avec ses clebs en catalepsie (les tuer, jamais) et en plus on portera plainte !!!!

Bref le voisin à la campagne n’est qu’un chieur. (Surtout celui de Mrs Bibelot et Jean Poirotte qui dégomme les chats à la carabine et a déjà empoisonné 4 chiens sans s’en cacher vraiment, mais il existe d’autres posts pour ces gens là, que je ferai Dies Irae).

Pour ce qui concerne les voisins normaux, la vie n’est qu’un long calvaire, car le voisin gentil que l’on fréquente est assez rare…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *