Bienvenue sur le blog de la Gentille sorcière.

Echarpe, Hachis parmentier et Chili con carne… (fin)

SourireLes patates épluchées (après la guerre de 100 ans pour savoir pourquoi ce serait-toujours-moi-qui-aurait-l’éplucheur-de-merde ?!) ont été mises à cuire, et gendre n° 2 est venu contempler le livre de cuisine afin de faire la pâte à chou qui doit être froide avant toute utilisation. Il a commencé la recette : il était coincé dans la cuisine (cet innocent) à 16 H précises.

Pulchérie et moi avons trouvé le moyen de nous enguirlander sous ses yeux, pour une histoire bien évidemment idiote. Impossible pour lui d’y couper : il était coincé devant sa casserole et mère/fille ce n’est pas triste non plus, même si l’on n’essaye pas de s’étrangler. Puis la pâte à choux étant faite sans versement de sang, Delphine a exigé de faire la crème patissière. Il ne faut que 2 oeufs : elle s’est ruinée pour rien !!!! La crème se fait, la pâte à choux est mise à refroidir dehors : on va bien rigoler, on va faire un nain jaune. Le chat gambade toujours dans le cerisier : cet animal est d’une rare intelligence.

Gendre n°2 joue pour la première fois, comment que les filles vont le truander à mort et ne pas lui signaler qu’il a posé le roi qui prend. Elles lui signalent par contre qu’il doit le doubler. Je m’en fous : c’est moi qui ait le roi qui prend quand il a été doublé par Pulchérie (après Gendre n° 2). Je suis riche, ils me haissent tous, mais je suis riche. Ce n’est pas le tout de jouer, mais on n’est pa là pour s’amuser. Il faut faire cuire les choux et faire la purée, la partie s’arrête donc alors que je m’apprête à les ruiner. Pour du pas de bol, c’est du pas de bol.

Je ne sais pas comment on ne retrouve pas plus de pâtissiers pendus devant leur enseigne, déçus par la vie. Faire cuire des choux c’est l’horreur dans certains cas. Ca gonfle, cela ne gonfle plus, le four est trop chaud ou pas assez, ça colle, c’est un casse tête, chacun donne son avis. Bref nous avons des choux (les miens étant les plus beau hé hé hé). Pulchérie trouve que le nombre n’est pas en adéquation avec le nombre de convives : on a peur de manquer…

Jean Poirotte donne un cours de purée à Delphine avec son presse purée dont il soit dommage qu’il n’en ait pas un de rab qu’elle pourrait embarquer. Elle espère qu’il y aura assez de beurre  Jean Poirotte lui explique que le beurre est important et le lait aussi. Tout le monde est rassemblé dans la cuisine qui soudain semble trop petite. On met la table (les filles). On va boire l’appérot tout de même en farcissant les choux de crème patissière. Les filles se demandent si elles vont se disputer pour lécher la casserole… Elles renoncent.

Le hachis parmentier est au four, tout va bien. L’ambiance est maintenant au beau fixe. Sauf qu’en mangeant le hachis parmentier, nous allons causer de Chili con carne….

La vie est ainsi faite en France : quand on mange, je ne sais pas si vous avez remarqué, mais on parle forcément d’autres repas, et d’autres plats que ceux que l’on est en train de manger. Et là la question grave était posée !

Le Chili con carne que fait par Jean Poirotte est-il le VRAI ? (s’il y en a un vrai). Mais cela c’est une autre histoire (pour le lendemain il avait prévu autre chose, donc aucun rapport).

Les choux à la crème étaient délicieux et nous ont donné l’occasion de causer d’autres desserts et de réaliser que le chat était toujours dehors. Nous lui avons donc ouvert et il est rentré en rouspétant à son tour.

Le dîner terminé et les jeunes partis, le calme est revenu dans la demeure. Le lendemain a été calme aussi. Forcément, quand on se couche à 4 heures du matin on est un peu vaseux pour le déjeuner, même et surtout quand on est jeunes. Le déjeuner (lentilles + petit salé) nous a donné l’occasion de discuter du repas de noël, ceci sans disputes et sans réflexions.

J’avais l’impression d’être dans une famille normale. J’aime pas… (faut dire que la veille on avait donné pour deux jours). Je vous sens déçus aussi, mais c’est comme ça…

La vie n’est qu’un long calvaire…

Posté le 28 novembre '06 par , dans Dans la série Diabolique.
Tags :

Commentaires »

Pas encore de commentaire.

Nom (obligatoire)
E-mail (required - never shown publicly)
URL
Votre commentaire (smaller size | larger size)

RSS feed | Trackback URI