Bienvenue sur le blog de la Gentille sorcière.

Je me suis mariée… Part 2

Je_me_suis_mari_e_56801229L’avant veille du mariage (un jeudi soir donc), Albert et moi nous sommes couchés le plus tôt possible, cannés. J’avais des courbatures partout et pour la démarche de la mariée descendant les marches de la mairie je craignais le pire, d’autant que je n’avais pas “fait” mes chaussures.

Pour l’absence d’église il nous avait fallu être très fermes, les plus intolérants sur ce coup là étant les non pratiquants des deux familles, comme quoi il y a toujours des surprises

Le maire avait délégué ses pouvoirs à un de ses adjoints ami de papa qui était ravi de me marier m’ayant connue haute comme ça. Tout était prêt.

Sauf le bouquet de la mariée non commandé par Albert comme le découvrit Mrs Bibelot avec horreur le vendredi en fin d’après midi. Réquisition d’un ami fleuriste à Jean Poirotte qui se fit une joie de le préparer pour un tarif prohibitif (entre amis hein…). Mrs Bibelot refusa d’avancer le prix du nénuphar supérieur à celui du safran à Albert : ça porte malheur (et les perles donc, elle ne savait pas plus que moi). L’ouragan pointait : le mariage avait lieu le lendemain (détestant me lever de bonne heure, j’avais choisi 16 heures pour la Mairie et j’avais bien raison ! Le mariage, les photos, et hop ! tout le monde au vin d’honneur et au reste).

Albert partit régler le bouquet de la mariée en fin de soirée le vendredi en maudissant sa future belle mère (chacun son tour), alors que je lui avais demandé de faire des neuvaines pour qu’il ne pleuve pas le lendemain. Et c’est là que nous avons réalisé que nous n’avions pas préparé la table ! Qui, où, comment, avec qui ?.

Dessin solennel de la table en fer à cheval, fiches des invités à caser avec une vague inquiétude planant : où placer le furoncle (la mère d’Albert pour ceux qui n’ont pas tout suivi). Impossible de mettre la mère du marié sur un bout de table à la sortie des cuisines. Après discussion : on ne pouvait la mettre nulle part, sauf, en refaisant toute la table côté est et ouest, les mariés trônant plein nord avec leurs amis (nous avions punaisé nos papiers sur la table de Mrs Bibelot).

Finalement un arrangement fut trouvé, sans qu’Albert ne comprenne. La femme du remplaçant du maire était aussi bête et méchante que le furoncle, on décida de mettre les parents du marié en face de l’autre couple. Quelques couples à déplacer Est/Ouest pour éviter que l’ex soixante huitard ne s’entretue avec le stalinien zélé et à 23 H tout était bâché…

Nous avions déposé une liste de mariage aux galeries farfouillettes et recevions régulièrement des avis de cadeaux dûment choisis par nous. Certaines personnes manquaient à l’appel et nous avions peur avec raison, ces personnes là étant connues de tous pour leur goût délicieux… Le samedi matin la famille d’Albert débarqua et sa gentille grand mère (il en avait une méchante), m’intima l’ordre de me rendre chez mes parents, une mariée ne devant pas se préparer sous le même toit que le marié qui avait juste à se raser, enfiler son costume, après avoir regardé le match de rugby un jour où la France a gagné…

J’avais tout embarqué chez mes parents où ma tante vint me rejoindre pour la coiffure. Pour constater que j’ai vraiment le cheveux fin et raide (pour la répétition j’avais mis des bigoudis et elle avait trouvé un peu de texture, là elle dû sortir son fer à friser et frôler la dépression devant la capacité de mes cheveux à ne prendre que le faux pli, mais elle eut raison de tout). Coiffure aboutie, maquillage, habillage, bien entendu j’étais en retard. Je ne vous raconte même pas l’animation qui régnait dans le 5 pièces de mes parents avec plein de femmes en slips et les caquetages qui allaient avec (mon père et les hommes intelligents s’étant réfugiés chez moi devant le match avec le futur marié et ses beaux-frères).

Prête en retard comme il se doit, papa m’emmena après le départ de tout le monde, heureux comme tout, sauf que le garagiste lui avait réparé une aile froissée la semaine précédente en temps et en heure (pour le vendredi donc), en la repeignant de la mauvaise couleur. Je partis donc en voiture bicolore rejoindre tout le monde.

Ce qui est curieux c’est cette impression d’être absent de ce que l’on vit. Dire bonjour à tout le monde, embrasser tout le monde en évitant le rouge à lèvre de tante Hortense sur mes joues divines, entrée dans la mairie au bras de papa sans voir le bordel dans le cortège derrière, à découvrir sur le film la semaine suivante : c’est quoi ce travail, personne ne sait marcher au pas ?

A la question bête et rituelle répondre “oui” sobrement (et non pas comme une amie à moi “je ne suis pas venue ici pour dire non !”, le maire lui reposa la question…) Moi d’une petite voix, Albert avec détermination. Signatures. C’est fait nous sommes mariés et l’ami de papa fait son petit discours, vu qu’il m’a connue toute bébé, qu’il manque du monde qu’il salue au passage. Sachant que nous voulons un enfant pour très bientôt, nous signale que “ça commence par un tube digestif embouché d’un klaxon” et que dans 24 ans nous serons en train de pleurer parce que l’enfant chéri se marie…

Le vin d’honneur était très bien. C’est au cours de ce dernier que certains me firent la surprise du cadeau. Un vase marron avec des chiures de pigeon jaune/bleu/rouge (ayant coûté très cher en plus), un service de verres à vin avec écrit dessus “beuvez toujours ne mourrez jamais”, une nappe et les serviettes assorties brodés main, un service à porto que je n’ai jamais pu refourguer à personne même à 1 € dans une brocante, le tout à frémir d’horreur mais quand on est la mariée on fait au moins aussi bien que Lady Di… (seule meilleure amie avait des serviettes de toilettes super qui résistent toujours !)

Le repas fut très bien également, la table était super bien organisée et l’aile Est a vécu un grand moment lors de la rencontre du Furoncle et de la femme du remplaçant du maire (l’un d’eux déplora de ne pas avoir eu de magnéto pour enregistrer l’intégrale de leurs conneries). Le repas était excellent, nous avons bien bu, bien mangé et bien dansé (le seul couac fut la trombine des vacherins excellents mais pas du tout bien disposés).

Un de mes beau frères a réussi à faire croire à la femme du patron (ancienne hôtesse de l’air) qu’il était pilote de ligne, il engueulait sa femme parce quand son mari a bu une femme doit faire la tronche, et tante Hortense fit une valse avec un ami d’Albert qui l’avait sympathiquement invitée : elle était ravie.

Le furoncle tirait une tronche de cake après le repas pendant que tout le monde dansait et qu’il commençait à y avoir du laissé aller dans les tenues (j’ai un film, j’ai des preuves) : j’étais sa bru sa vie était foutue.

J’avais très peu bu et j’ai ramené Albert à l’hôtel où nous avions décidé de nous réfugier pour laisser notre appartement aux autres. Albert n’était pas franchement en état de conduire voyant les arbres tomber sur la route les uns après les autres + une soucoupe volante (c’est hallucinant le nombre de soucoupes volantes qu’il a pu voir certains soirs…). Pour arriver à la chambre il y avait un escalier à monter et j’ai renoncé à ce qu’il ne me prenne dans ses bras pour me faire franchir le seuil de la porte en nous tuant tous les deux.

Le lendemain mes parents avaient prévu un buffet froid. Dans mon souvenir, j’étais juste un peu fatiguée et tout le monde était en forme (RV chez mes parents prudents à 14 H pour les gens n’étant pas rentrés chez eux). Le dimanche s’est terminé tard. Pas autant que le mariage où le restaurateur nous avait viré à 4 heures avec diplomatie, mais tout de même, heureusement que nous avions trois jours pour nous en remettre.

Ce n’était pas le tout : nous étions mariés et nous avions un enfant à mettre en route ce qui représente une tâche écrasante à assumer (ne comptez pas sur moi pour vous donner des détails crapuleux). Le voyage de noce eut lieu plus tard, alors que j’étais enceinte de Pulchérie et la voiture pas du tout conforme à la photo…

Mais cela c’est une autre histoire que ce voyage de noce…

Posté le 16 novembre '06 par , dans Chroniques d'une vie ordinaire.
Tags :

Commentaires »

Pas encore de commentaire.

Nom (obligatoire)
E-mail (required - never shown publicly)
URL
Votre commentaire (smaller size | larger size)

RSS feed | Trackback URI