Bienvenue sur le blog de la Gentille sorcière.

Soir de blues

Femme_qui_pleure

  • J’ai trimé comme une malade au boulot, mais s’il y a du licenciement en vue, je serai forcément dans la charette, c’est écrit (bon d’un autre côté il n’y a pas de licenciement en vue). Lundi je les emmerde tous et je me pointe à 10 heures avec une excuse béton (même pas cap, l’heure c’est l’heure) (même le lendemain d’une crise de colite frénétique, je pars bosser, épuisée, mais bon)

  • Le chat fait la gueule : il est malade ? Après lui je n’en aurai pas d’autre, alors chiant ou pas, il est prié de tenir le coup. Qu’est-ce que t’as mon pépèèèère ?

  • Les filles sont loin et vivent très bien sans moi. Je les ai bien “educare”, mais bon, finalement ça me fait chier qu’elles soient si loin, je préfèrerais qu’elles soient là tous les jours (enfin 1 WE sur 2). Je les vois demain d’accord, mais bon… Là je déprime grave : je vis mes derniers jours

  • Je suis fatiguée comme pas possible. IL est 21 H 30 et je n’ai qu’une envie : aller me coucher. Ce n’est pas normal pour un vendredi.

  • Ce n’est pas normal décidément d’être fatiguée à ce point là par un vendredi de boulot (une heure de moins à faire) : je couve un truc grave (J’ai 39,5°)

  • Une leucémie c’est certain, c’est ça !. Demain je range l’appart, que tout soit en ordre à ma mort. Ca va m’achever (de tout ranger) mais tant pis.

  • Faut que je vois le médecin pour la prescription pour la prise de sang qui va révéler forcément que mes leucocytes sont anormaux, sauf qu’avant j’ai le contrôle technique de la voiture à faire (samedi de bonne heure : je suis née sous une mauvaise étoile, le contrôleur ne pouvait pas me prendre à midi (j’ai 40° de fièvre il ne me verra pas, j’ai annulé, je vais vivre dans ll’illégalité la plus totale pendant encore une semaine)

  • Inutile de creuser le trou de la sécu : je suis perdue et je déteste les prises de sang, Autant en finir avec grâce (et des somnifères si possible, merde je dois aller voir le toubib tout de même). On ne rigole pas avec ça, les fourmies dorment et aucune ne viendra me planter son venin auquel je suis allergique à mort avant avril.

  • Le chat régurgite ses croquettes sur la moquette : il est perdu également (tant mieux, il ne me pleurera pas). Il m’emmerde léger tout de même à réguriter ses poils dans l’entrée (bilan de l’inquiétude mortelle)

  • Le téléphone déconne à nouveau. La tonalité c’est quand il veut et le boitier capricieux me fait chier. Je vais mourir seule, sans téléphone, abandonnée de tous…

  • Internet merde : je suis victime d’un complot. Mon blog dérange.

  • J’ai eu 3 pauvre coms sur mon dernier post. J’écris n’importe quoi. Je suis nuuuullle et je mérite la mort.

  • Je dois relire lundi de toute urgence (en fait c’était pour hier), le mode d’emploi de la pompe truc en français et signaler à notre distributeur italien les fautes de français (je le sens bien ce coup là et j’en ai mal à la tête : combiner une leucémie et un mal de crâne atroce dû à une traduction forcément merdique,  c’est un manque de bol incroyable)

  • Où y a-t-il un gourou pour me débarasser de mon manque de bol ?

  • Les pages jaunes c’est n’importe quoi (je cherche un exorciste, le gourou m’inspirant peu, et je ne trouve pas)

  • J’ai 3 dents de sagesse qui décident de pousser en même temps. Je les sens bien, et maintenant que le chat a bien régurgité il en pête de joie, sous mon nez, c’est divin

  • C’est combien la consultation chez le véto ? Une fortune. La prochaine fois je prends un cheval !

  • Tiens le téléphone sonne (tiens, il remarche). Connais pas le n° d’appel. M’en fous je ne décrocherai pas. J’agonise, j’ai les dents de sagesse qui poussent et qu’on me foute la paix !

  • L’autre abruti que je m’en vais plaquer bientôt a trouvé un créneau pour m’appeler de la mer du Nord et m’a laissé un message (c’était lui le n° inconnu). Les nouvelles sont top : dans 10 ans il n’y aura plus de poissons (alors qu’Internet ment prodigieusement en prétendant que c’est pour 2048 quand je serai morte). Il rentre dare dare pour demander sa mutation dans une autre administration ou je le plaque (du coup c’est fait)

  • Je tousse mortellement : un de mes collègues m’a refilé la grippe avaiire (c’est ce qu’il a, vu les symptomes).

  • Où est mon testament ?

  • Le voilà, tout va bien. Finalement je ne vais pas mourir tout de suite, j’ai mal à la gorge subitement, je viens de regarder dans le fond : c’est une angine. Heureusement le Dr Acromion habitué à mes angines éclairs me prescrit toujours de quoi avoir un traitement d’avance.

  • C’est écrit chez Hélène : je ne sais pas me maquiller (n’ayant jamais suivi tous ses conseils), j’ai râté ma vie.

  • Merde, je n’ai à nouveau plus la tonalité

  • Le chat a faim maintenant : il a des croquettes

En fait, je suis allée chez le dermato ce vendredi soir. Il m’a brûlé des tas de trucs qui pouvaient tourner moche (éviter le mot cancer, même s’il plane). Dans le dos je m’en fous. Sur le bras aussi. Sur l’épaule également. Encore que ça fait vachement mal, j’ai l’impression d’être une pustule géante (en plus de l’angine déclarée).

Mais mes chers lecteurs adorés : sur le visage ça ne me plaît pas du tout : je ressemble à une vache normande (ou un dalmatien au choix). D’où la déprime de ce soir où bien sûr tout va mal, après m’être croisée dans le miroir en rentrant chez moi (dans le rétroviseur je n’avais pas trop vu les dégâts et cet homme intelligent n’a pas de miroir chez lui… (quel rat, d’un autre côté il était trop tard, il avait oeuvré)
Et l’idée qu’il va me falloir sortir samedi et dimanche avec cette tronche (je ne vous parle pas de mon arrivée glorieuse au boulot lundi) me déprime à mort.
En plus l’homme de l’art m’a prévenue après que les brulages sur le front pouvaient éventuellement engendrer un gonflage des paupières (et forcément chez moi, ça va le faire tout à fait)

J’en entends qui ricanent : ce n’est pas charitable

PS du samedi matin : les paupières sont bien gonflées, je ressemble à une vache normande qui aurait fait de la boxe. J’espère que je ne suis pas la seule à qui ce genre de chose arrive…

Posté le 25 novembre '06 par , dans Coup de blues.
Tags :

Commentaires »

Pas encore de commentaire.

Nom (obligatoire)
E-mail (required - never shown publicly)
URL
Votre commentaire (smaller size | larger size)

RSS feed | Trackback URI