Bienvenue sur le blog de la Gentille sorcière.

Mon animal de compagnie et moi…

Mon_animal_de_compagnieIl m’est arrivé pas mal de choses dans ma vie. Tout se brouille un peu, mais je me souviens avoir eu faim et froid, et soif tout à coup, être perdu, sans comprendre pouquoi. Je n’étais pas bien du tout, j’étais malade.  J’avais perdu mon compagnon chéri et je le cherchais partout. Et puis finalement j’ai trouvé plein d’animaux de compagnie qui m’ont mis dans une cage, fait des piqûres, palpé de partout, fait avaler des cachets. Cela encore pouvait passer. J’avais 6 ans… Et là le pire arriva : on m’ôta ce qui faisait ma personnalité sans me demander mon avis… (sinon vous pensez bien que j’aurais dit non…).

Un beau jour que je m’ennuyais dur dans ma cage, et sans plus aucune envie d’aller voir le sexe opposé, j’ai vu arriver deux animaux de compagnie qui se sont extasiés sur moi. C’est vrai que je suis beau. Noir ébène et bien portant (note de la sorcière : j’ai toujours aimé les chats noirs et venger les pauvres victimes d’un sectarisme atroce). On m’a retiré de ma cage, on m’a mis dans un panier et j’ai entendu de drôles de bruits et sentit d’odieuses odeurs, alors que j’étais curieusement balloté. J’avais peur. J’ai miaulé et j’ai bien peur d’avoir fait… Quelle horreur !

Quand on a ouvert le panier, je ne savais pas où j’étais. J’avais très peur toujours, et j’avais beau ne pas vouloir le montrer, je tremblais fort. Les animaux de compagnie n’avaient pas l’air méchants pour deux souris, ils m’ont fait des calins, mais j’avais déjà donné : ça ne compte pas, un jour on les perd. En fait ils pouvaient avoir d’autres maîtres qui m’en auraient voulu d’arriver. Alors j’ai inspecté un petit peu, et je suis remonté dans le panier pour y faire un petit dodo et reprendre des forces en cas de bagarres éventuelles. J’avais toujours super peur et je tremblais. La vie n’est qu’un long calvaire.

LUI était vraiment pénible, il n’arrêtait pas de venir me voir dans mon panier, et me racontait n’importe quoi, je n’y comprenais rien. ELLE a été sympa, elle a fait du bruit avec des croquettes et je me suis risqué hors du panier parce que j’avais faim. Elle m’a donné des croquettes et fait voir où étaient les toilettes. J’ai bien reniflé. Un autre que moi était passé par là, mais il y avait longtemps. Rien à craindre à priori. Mais vous comprenez, après mon tout petit territoire précédant, j’avais beaucoup à explorer. Du coup, comme j’étais fatigué, je me suis réfugié derrière le truc dans lequel ils mettent les boîtes pour que cela soit froid (j’aime pas quand c’est froid), et j’ai dormi un max. Avec LUI qui venait tout le temps me dire “gouzou gouzou il est où le diabolou à son papou…”. N’importe quoi. Personne n’avait prononcé mon nom depuis un moment. D’ailleurs je ne sais plus comment je m’appelais. Je sais comment je m’appelle maintenant, mais n’empêche que mon vieux nom me manque tout de même. C’est bête qu’il m’échappe. Je sais que si quelqu’un le prononçait je le reconnaitrais.

En fait mes animaux de compagnie étaient trois. J’ai vu débarquer une autre elle alors que je visitais un endroit sympa toujours dans l’expectative : plein de cachettes potentielles, des pulls tout doux par terre pour se coucher, un grand lit ouvert et pas fait, des placards plein de linge en vrac : super. De temps à autre cela sentait l’autre, mais qui n’était plus là, ça j’étais formel.

La grande sauterelle m’a flanqué à la porte de sa chambre (il paraît que c’est comme cela que ça s’appelle), en me disant “toitunépamonchat”. Puis elle a pleuré et j’étais tout malheureux car je sais consoler les gens qui pleurent, mais elle ne voulait pas de moi. Je me sentais ballot. Ce n’était pas de ma faute si l’autre n’était plus là, même si c’était mieux pour moi.

J’ai fait le tour de ce qui s’appelle “l’appart” en trois jours et je dormais peu car je redoutais une présence hostile. Puis j’ai compris qu’on ne me ferait pas de mal et que je n’avais pas d’ennemi sur le territoire et j’ai roupillé 48 heures d’affilée… Après je suis resté longtemps tout seul parce que lui et elles partaient toute la journée.

La grande sauterelle a finit par accepter de me recevoir dans sa chambre et que je me couche sur ses pulls. Elle me parlait beaucoup et me faisait des gratouilles en me disant “onnédépotestouslesdeux”. J’aime bien qu’on me parle, même si je ne comprends rien sauf “croquettes” : là on bouffe. Elle a compris aussi que j’aime bien boire au robinet et qu’on m’asperge. Comme elle se lavait souvent, j’étais super mouillé et super content. L’autre elle poussait des cris en voyant comment le sol était mouillé aussi, mais ce n’était pas de ma faute et ce n’est pas moi qui me faisait gronder alors ça allait.

L’autre elle, était sympa sinon mais sans déparler. On sent que c’est une grande personne, elle a dû avoir des petits un jour (la sauterelle sent un peu comme elle). Lui par contre non, il n’avait pas eu de petits, il avait dû passer par la même case que moi : c’est foutu après. Sinon il me donnait à manger tout le temps dès que je demandais, à savoir 8 fois par jour, et m’arrosait aussi quand il prenait sa douche, mais je pense qu’il ne le faisait pas exprès, comme la sauterelle. Il avait la manie de laisser son linge par terre après la douche, mais il était mouillé et après ma douche à moi j’aime bien les pulls secs et tout doux et pas les grands trucs trempés qui font “splotch”.

Elle la grande, m’ignorait quand je demandais à manger n’importe quand, en l’absence de lui et me disait tout le temps “tétrogro” et je n’y comprenais toujours rien. Elle me met régulièrement dans le panier pour aller voir un monsieur que je n’aime pas trop qui me flanque un truc dans le … et me fait un peu mal en me caressant le cou en disant “cébienmonpépère”. Mais il paraît que “jevébien” et du coup elle est contente et me donne du steak haché quand je ressors du panier à la maison (avec toujours une appréhension : pourvu qu’on ne me change pas encore de crèche ou que l’on ne m’ait pas apporté un rival en mon absence).

Un jour lui est parti. Je me suis retrouvé tout seul avec elle, la sauterelle étant déjà partie (et je l’avais attendue longtemps, trois soirs de suite, sur son lit en soupirant), et ne venant pas très souvent. Mais c’est pas grave elle m’a laissé une couette super sympa et quelques pulls dans un placard. Et quand elle vient on fait la fête. Elle se cache, je me cache, elle fait la grosse souris et crie parce qu’elle a peur : c’est super ! En plus elle m’arrose et me cause tout le temps. Je ne comprends rien mais j’aime toujours bien.

Donc je me suis retrouvé seul avec la grande et on a du mal à se comprendre parfois :

  • Elle m’ignore totalement quand elle prend son bain, alors qu’elle me laisse le placard ouvert pour que j’aille sur les pulls de la sauterelle (d’après l’odeur cela doit être un de ses petits). Donc on ne va pas me dire qu’elle ne comprend pas que je veux être arrosé !

  • Sinon quand il fait chaud elle est sympa, elle me brosse et m’arrose puis me rebrosse, mais bon il faut que je monte sur l’évier et ça me fatigue. Du coup elle me porte et me redit “tégros” et rajoute “tuvieillismonvieux” et je n’y comprends toujours rien.

  • Parfois elle fait “miaoouuu” super bien, mais je ne vois pas pourquoi elle me dit qu’on va sortir, alors qu’on ne sort pas…

  • Le matin elle ne me donne plus rien à manger depuis 2 ans, qui sorte de l’appareil qui fait froid et pas bon, et me dit tout le temps “tadescrokettes !” C’est vrai que j’en ai assez pour la journée, mais j’aimais bien les 3 boîtes par jour que lui me donnait (en douce d’elle, ça j’avais compris, et j’ai appris à regarder sans rien dire, mais elle ça l’énerve le dimanche à 15 heures quand je la fixe, et elle ne cède pas, elle dit “cépaleur” alors je finis par aller me recoucher). Je demande toujours tous les matins, dès fois qu’elle veuille bien, mais ça a l’air de l’énerver une fois de plus. Bon c’est pas grave, elle s’en va vite et je m’ennuie tout seul dans la journée, alors je dors.

  • Le soir elle me donne quand même de la boîte où c’est tout bon quand c’est pas froid. Mais deux fois par an elle change d’heure et ça me perturbe. Un coup c’est trop tôt (une bonne surprise), un coup elle prend une heure de retard et il me faut du temps pour m’en remettre, alors je miaule. Elle aussi, mais elle répond de travers.

  • Elle déteste que je gratte à sa porte, quand elle va faire dodo (je l’entends ronronner) et m’enferme dans la chambre de la sauterelle en me disant des trucs que je ne saisis pas. Je sais qu’elle ne veut pas que je gratte, alors j’attends un peu pour recommencer (1/4 d’heure quoi).

  • Quand elle ne s’en va pas, elle ne sait pas que la journée est faite pour dormir et fait tout un tas de bruits qui me perturbent qu’elle appelle de la musique. La nuit par contre, rien à faire elle ne veut pas jouer ni aller chasser. Pourtant la forêt est juste derrière et si je n’ose pas sauter du balcon, j’irais bien y faire un tour avec elle…

  • Heureusement de temps à autre la sauterelle vient, et on est potes tous les deux (mais bon, elle ne chasse pas la nuit non plus)

Adopter un humain à la SPA c’est pas évident… J’en ai pour des siècles à la dresser et ça me fatigue…

DIABOLOS

Posté le 16 décembre '06 par , dans Les pensées de Diabolos.
Tags :

Commentaires »

Pas encore de commentaire.

Nom (obligatoire)
E-mail (required - never shown publicly)
URL
Votre commentaire (smaller size | larger size)

RSS feed | Trackback URI