Bienvenue sur le blog de la Gentille sorcière.

L'escargot Léo

L_escargot_L_o_57210837Cette photo illustre parfaitement Pulchérie en train de dessiner. Sauf qu’elle avait des pouettes (couettes) et ne dessinait pas tranquillement assise à une table, ça se saurait… Reste l’air concentré en somme…

Elle était très en avance pour tout. Je mets ici en garde les parents d’enfants comme elle : arrêtez de l’admirer et de le pousser dans le droit chemin du “doué pour tout”, vu qu’il va comprendre “je fais ce que je veux d’abord, puisque que suis cap…” avant le “je t’emmerde t’es nul”.

Parce qu’après ce sont des années à pister le trésor et ses géniales inventions… ou à l’écouter nous faire la morale…

Donc, très en avance sur son âge, Pulchérie savait très bien tenir un crayon de couleur ou juste bêtement HB, ou stylo, ou feutre. Une fois le coup pris, rien ne lui échappait (y compris un stylo plume très cher qui ne s’est jamais remis qu’elle s’en serve 5 minutes, un plume à moi bien sûr, celui d’Albert ayant rejoint sa carte bleue dans la planque du trésor adoré : les après skis d’Albert)

Donc elle dessinait. C’est incroyable le papier qu’elle a pu user. Maintenant qu’elle est militante écologiste quand ça la prend, je pourrais lui rappeler le nombre d’arbres qui sont DCD par sa faute, mais elle n’allusionne jamais sur le sujet… (une dispute de plus en moins, c’est toujours ça de pris).

A l’époque elle écoutait Anne Sylvestre et ses fabulettes (c’était avant Dorothée !!!) dont une chanson sur l’escargot Léo qui aime l’eau. Elle la chantait très bien, mais un jour Jean Poirotte cet inconscient (il faut vraiment que je règle mes comptes avec mon père et ça va chier un max), lui a montré comment dessiner un escargot. Tout simple. Elle a maîtrisé en 3 secondes l’enroulement diabolique de la coquille d’escargot le reste ne l’intéressait pas, elle faisait juste la coquille)…

Moi j’étais en cloque de Delphine, transformée en serpillère moyenne et j’étais ravie qu’elle dessine pendant que je médusais sur le canapé en attendant la mort de chier ma pastèque qui menaçait de faire 300 g de plus que la première (pari tenu).

Otite du trésor adoré et chéri, bien entendu. Appel au secours au médecin. Un nouveau à l’époque, qui la sciait parce qu’elle le trouvait BEAU (Delphine d’ailleurs également par la suite, je dois reconnaître que mes filles ont du goût). Du coup elle ne lui gerbait pas dessus, ne hurlait pas pendant qu’il lui examinait les tympans (forcément ensanglantés), se cachait ses futurs seins pendant qu’il stétoscopait et roucoulait quand il lui palpait d’éventuels ganglions, bien présents, (il lui fallait tout de même, beau ou pas,  savoir qu’elle était une emmerdeuse de première pour les ganglions, via sa mère (comme il me l’a dit un jour dans un moment d’odieuse distraction “vous faites des ganglions comme un pommier fait des pommes”)).

A l’époque nous avions avec Albert un grand séjour double. Nous l’avions coupé en deux avec petit coin salle à manger (on mangeait dans la cuisine ou via plateau TV), et grand coin salon.

Le médecin doit rédiger son ordonnance (vu les ganglions et l’état du tympan), je lui avance une chaise dans le coin salle à manger peu utilisé, pour qu’il soit à l’aise sur la table et m’en remplir 3 pages d’une écriture illisible (je ne sais pas si vous avez remarqué mais les médecins écrivent tous très mal, les pharmaciens doivent prendre des leçons spéciales de décryptage sans doute). Sur la chaise de monstrueux escargots dessinés au feutre indélébile (acheté par Albert pour identifier ses boîtes de bricolage et perdu rangé dans ses après skis qui était la cache à trésor de Pulchérie). Brève stupéfaction de ma part, sourire du médecin quand Pulchérie très souriante et tranquille a déclaré : “c’est papa, je l’ai vu hier… il décore tout !”.

Il y avait des escargots dessinés sur toutes les chaises… + environ 56 sur la moquette sous le lit de l’héritière en titre… Toujours au feutre indélébile bien sur sinon ce n’est pas drôle du tout. D’ailleurs il était sec quand on la retrouvé…

INTERDICTION FORMELLE DE DESSINER DES ESCARGOTS AILLEURS QUE SUR DU PAPIER ! TU M’ENTENDS PULCHERIE ?

Vi“. (Cause toujours…)

Déménagement 3 mois plus tard…

On retire le canapé… Une frise d’escargots Léo tout le long du dossier, bien planquée derrière, mais bien là car non lavable… Dans notre chambre idem, quand on a retiré le lit… Dans la sienne pareil… Partout où sa petite main avait pu se glisser (avec le feutre indélébile ou mon crayon khol), il y avait des escargots Léo….

Albert qui était tout fier de notre papier intact et des talents de sa fille, s’est collé au papier peint en maudissant Anne Sylvestre et le proprio qui voulait récupérer son appart en l’état. Quant aux talents de sa fille, il n’avait plus qu’à se… Bref, à arrêter d’en être fier.

Je ne sais pas comment il a fait son autoritaire, mais après elle a renoncé aux escargots léo. Elle préférait les éléphants qui trompent énormément… (Jean Poirotte s’en souvient, il avait une trompe de gravée sur sa télécommande, l’avait qu’à ne pas laisser traîner sa lime à ongle en métal qui dessine super bien sur la télécommande et chanter n’importe quoi à sa petite fille…)

C’est beau les enfants en avance sur leur âge… (oui, elle n’était pas encore rentrée à l’école, donc elle avait moins de 3 ans, largement…)

Le pire restait à venir… Mais ça vous le savez déjà… Encore que je puisse encore avoir quelques réserves…

Posté le 14 février '07 par , dans Faites des gosses !.
Tags :

Commentaires »

Pas encore de commentaire.

Nom (obligatoire)
E-mail (required - never shown publicly)
URL
Votre commentaire (smaller size | larger size)

RSS feed | Trackback URI