Moi si j'étais toi…

Si_j__tais_toi_56801040J’essaye d’éviter de donner des conseils aux autres, dans la mesure du possible, sauf si on me le demande expressément et en tournant ma langue 7 fois dans ma bouche avant de répondre (sauf à mes filles, mais c’est normal, je suis leur mère, le seul problème étant qu’elles se permettent de me donner des conseils depuis très longtemps, et franchement, là, on rêve).

Parce que les conseils des autres me saoulent, surtout quand je n’ai rien demandé, donc les 3/4 du temps voire plus.

Quand je suis partie avec Pulchérie en Egypte en septembre 2004, j’étais en instance de rupture avec Charles Hubert, et bien évidemment j’ai pas mal soliloqué sur le sujet. Prudente, à ma question « que dois-je faire ? », elle évitait de répondre et se plongeait d’un air absorbé dans Lewis Caroll, ayant son idée dans sa petite tête et très exacte, que j’avais déjà pris ma décision et que j’en prendrais conscience un jour (le virer quoi…). Mais me donner son avis, elle n’avait pas envie… Dieu qu’elle avait raison et quelle sagesse !, car en suivant son avis, qui était finalement le mien, qu’elle avait déduit à mes discours, j’aurais pu lui reprocher un jour de cafard de l’avoir écoutée !

J’ai une collègue qui a tout juste dépassé d’un an le quart de siècle, qui est la championne du monde du conseil. C’est simple, elle est parfaite elle, et ne voit pas pourquoi on ne profiterait pas de sa grande expérience et de sa perfection. Donc elle n’attend pas qu’on lui demande son avis pour nous le donner (ce en quoi elle a finalement raison, car on est tout un tas qui ne le lui demanderions surtout jamais, de peur qu’elle ne réponde).

Dernièrement ça causait cheveux et couleur dans le lieu fumeur (donc dehors sous la bise glacée). Je ne donne pas mon avis là dessus. Parce que je ne veux blesser personne et que je suis coiffée pareil depuis l’âge de 18 ans (cheveux long et blonds, on a le droit de critiquer mon manque de fantaisie, mais chaque fantaisie s’est soldée par une horreur capillaire). Mais là, j’avais tort de la boucler, car elle m’a conseillé sans préambule oratoire de me faire faire un balayage, vu que je suis blonde mais que ça fonce un peu, et qu’un balayage ce serait bien. Sinon, je ne serai un jour plus blonde, ce qui sera dramatique, car seules les blondes ont le droit d’exister sur terre (je m’insurge contre ce diktat de la blondeur, moi qui aurait tant aimé être brun corbeau…).

Mèches et balayages elle connaît. Je me suis mordue les lèvres pour ne pas lui dire que je trouvais que sa couleur faisait tranche napolitaine, et la psychologue m’a conseillé hier d’arrêter de la boucler. Puisqu’elle me donnait son avis, je pouvais lui donner le mien. Hors elle fait tranche Napolitaire (avec des racines en plus, limite tiramisu pour les racines) avec ses mèches bien claires sur base foncée. Mon autre collègue qui travaille avec elle et ne donne jamais de conseils (sauf voilés « ça te va bien le rouge ! ») a plus de goûts et des mèches et boucles plus en harmonie, c’est mon avis. Je me le garde, je signale juste que je trouve cela joli quand c’est vrai. Si je ne dis rien, ne pas me poser de question, je vais éluder.

Mais sa science ne s’arrête pas au capillaire hélas. Elle sait ce qu’est une bonne secrétaire. Elle ferait mieux de se relire et de corriger ses fautes, et d’arrêter de croire qu’on ne voit pas qu’elle fait des conneries comme tout le monde (et du charme à tout le sexe masculin, même pas discrètement). Elle sait également que je devrais changer de voiture, comme si je n’en avais pas envie, et ne voit pas pourquoi je ne peux pas débourser pour ce changement… (elle n’a pas d’enfants, n’en a donc pas élevé deux avec des périodes difficiles qui ont fait des ponctions inquiétantes dans ses réserves). Elle sait que je serais bien perchée sur du 10 cm de talons, avec des bijoux partout qui feraient du bruit, et que je suis ridicule à ne pas m’exposer au soleil.

STOP – PITIE !!!!!

Moi si j’étais toi… Bon ben je ne suis pas toi, alors je la boucle (sauf avec les filles, mais bon j’ai du répondant en face, parce que si elles étaient moi, elles arrêteraient de fumer, c’est tout bête).

Vous avez le courage vous de demander au conseilleur d’en face de la boucler,
ou de lui balancer dans les gencives que la tranche napolitaine vous trouvez ça moche
et le nombril à l’air en hiver ridicule ?

Moi pas… On travaille dur avec la psy…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *