Bienvenue sur le blog de la Gentille sorcière.

Les trucs de Tante Alphonsine (1)

Alphonsine_accoucheElle en avait plein. Elle était belle, elle était gentille mais fallait pas pousser non plus, elle assumait et oh combien pour son époque. Elle a surmonté ses peurs, ses deuils, elle a tout simplement affronté la vie. En cela, toujours soutenue par un mari aimant.

Elle a perdu une soeur à Oradour sur Glane et s’est occupée de la survivante  partie en vacances là bas, qui resta prostrée longtemps. Elle a perdu également deux de ses quatre fils, tous dans la résistance, qui ne sont jamais revenus de nuits et brouillards, plus de nouvelles, alors que les deux autres étaient revenus (en piteux état, mais revenus et survivants). Elle a assumé sa nièce (Mrs Morgan) après le décès de la maman bien trop précoce, et l’autre nièce nettement plus jeune pendant que la maman était prostrée. Et elle a eu ce qu’elle méritait : une mort digne, en pleine santé si je peux me permettre… L’oncle Jules l’a retrouvée un beau matin toujours endormie et souriante… Sauf qu’elle dormait du sommeil éternel… Elle est partie ainsi, laissant un veuf inconsolable et deux fils encore en vie malgré les camps… Elle est partie sans rictus laissant craindre qu’elle avait senti la mort venir la chercher dans son sommeil. Pour elle, il y a eu une justice. Elle avait 85 ans, l’oncle Jules attendit 10 avant d’aller la rejoindre, 10 ans inconsolable.

Comment avoir une peau de rêve ? son vinaigre dont la composition m’est arrivée via Mrs Morgan. Je l’utilise et meilleure amie également qui a hérité de la recette en même temps que moi, un jour de séjour chez Mrs Morgan… (cliquer sur Mrs Morgan, l’affichage merdouille régulièrement, ça m’énerve). VOUS, VOUS ATTENDREZ UN PEU POUR LA RECETTE !!!! (je vous sens vous précipiter telles des vautours, sur LA recette…)

Sans le savoir, elle était diététicienne et infligeait (outre le sans sel) des choux fleurs (c’est bon pour la santé) à sa petite famille 3 fois par semaine. Il est réel qu’elle salait peu et fronçait les sourcils quand on se servait de la salière. Les légumes étaient obligatoires, et elle avait décrété que de manger de la viande trop souvent c’était trop… Elle achetait du poisson en dehors du vendredi, ce qui la rendait excentrique.

Elle militait pour que la femme vote. Pour elle il était inconcevable que le monde ne soit dirigé que par du mâle qui avait fait ses preuves dans le pire pendant des millénaires.

Elle avait eu 4 garçons en 4 ans (ici). Pas envie d’arrêter ses galipettes avec l’oncle Jules. Comme elle l’expliquait à Mrs Bibelot : les galipettes c’est chouette. Sur ce coup là, sa nièce fut longue à comprendre (une autre histoire)…

Elle se promenait avec ses 4 chieurs de première, en 1915, attendant comme toute femme qui se respecte, des nouvelles de son homme. Comme elle était du genre petite puce, elle attendrissait avec sa marmaille remuante. Et comment qu’elle s’ouvre à la marchande de carottes sur son attente d’une permission de l’oncle Jules, sauf que là, tout à coup, elle a peur d’un 5ème fils… Sans Jules pour l’assister dans les toilettes…

Et la marchande de lui dire “il y a un truc”. C’était précieux à l’époque. La mère de tante Alphonsine au moment du 3ème, lui avait donné des trucs pour “le faire passer”, mais elle ne voulait pas de ça… Elle ne voulait “rien faire passer”, juste ne plus concevoir. Partie comme elle l’était elle pouvait avoir 10 garçons, et jamais la fille espérée par elle et l’oncle Jules…

Le truc existait déjà sous Louis XV. Une petite éponge, imbibée d’une préparation à mettre où il se doit… Il est à noter que l’éponge contraceptive existe toujours… Imbibée bien sûr d’une préparation hautement plus efficace que le vinaigre (parce que oui, c’était du vinaigre…) mais bon…

J’ai testé la version moderne, c’est facile à mettre en place, moins facile à récupérer (adopter la position dite “du lotus écartelé” dans la salle de bain, loin de tout regard…)

Alphonsine fit provision d’éponges qu’elle imprégnait totalement de son vinaigre personnel à elle. Elle était allée se renseigner chez l’herboriste qui lui avait conseillé des plantes anti conception, qu’elle avait bien évidemment fait macérer dans le vinaigre… Le vinaigre c’était son truc… Pour le teint, pour les cheveux, pour les petits bobos, elle avait tous les vinaigres possibles… Un de plus…

Est-ce cela qui a marché ? Jamais plus Alphonsine ne se retrouva enceinte et son mari ne sut jamais pourquoi, car lui ne sentait rien (une éponge, tu parles comme ça se sent). Pourtant malgré son savoir, elle voulait une petite fille. Mais courir le risque d’une 5ème garçon : hors de question.

Quand je repense à tout ce que Mrs Bibelot m’a dit d’elle, elle avait pourtant un régime typique fille. Elle a bien eu raison de ne pas courir le risque… Et puis un enfant chaque année, cela s’assume comment ?

Quand je le dis qu’elle était admirable… Car elle a refilé la recette des éponges à sa nièce, à une époque où l’encouragement à la contraception était passible de prison, voire même un crime (fallait repeupler la France après la boucherie de 14/18). Elle le fit tout de même. Pas compliqué de faire du vinaigre et d’utiliser des éponges (quitte à faire l”e lotus écartelé” pour la récupérer à l’abri de tout regard, cela va sans dire, c’est trop top glamour…)

Sa vie a été parfois merveilleuse, parfois un long calvaire (souvent même, trop…) Paix à son âme. Je ne l’ai jamais connue, mais je l’aime beaucoup la tante Alphonsine…

Aujourd’hui est la date anniversaire du moment où l’oncle Jules a réalisé que finalement elle ne dormait pas… Mais Mrs Bibelot manque cruellement (partie en vacances, enfin) pour me rappeler l’année (et mon programme arbre généalogique boude, car la vie n’est qu’un long calvaire et les ordinateurs capricieux)…

Posté le 31 août '07 par , dans Chroniques d'une vie ordinaire.
Tags :

Commentaires »

Pas encore de commentaire.

Nom (obligatoire)
E-mail (required - never shown publicly)
URL
Votre commentaire (smaller size | larger size)

RSS feed | Trackback URI