Communications téléphoniques diaboliques…

Echecs_74362764Je ne sais plus comment Pulchérie en était arrivée à jouer aux échecs. Une chose est certaine, elle m’avait donné des cours et à sa soeur également, ainsi qu’à Jean Poirotte.

Elle s’inscrivit à un tournoi (au lycée) et rentra maussade le soir parce qu’on lui avait fait « le coup du berger ». Qu’elle me fit le soir même, mais avec la haine tout de même…

Avec papa à une certaine époque, nous faisions une à deux parties par jour (j’avais un bras en vrac). On commençait à se débrouiller et j’avais même acheté un livre.

Puis, mon bras remis, Charles Hubert (qui était hélas entré dans ma vie) ne supportant pas de perdre et ne voulant pas m’affronter (comme si j’étais championne de France des Echecs), je fis l’acquisition d’un logiciel pour jouer sur l’ordi. J’en ai bavé avant d’arriver au stade 2 pour découvrir qu’il y avait un bug dans le programme. Inutile que je vous décrive le bug si vous ne savez pas jouer, mais en bref (pour ceux qui savent), la partie se déroulant de la même manière, l’ordi me bouffait mon cavalier en fin de partie, mettant le roi en échec avec ma dame. D’ailleurs il faisait « blops », alors que quand il gagnait il faisait « youpee »…

Donc un moment que je n’ai pas joué aux échecs. Faut que je m’y remette c’est clair, et que je trouve le bon programme pour m’exercer sur l’ordi…

Ma soeur déménageant, mes parents se retrouvèrent dernièrement avec les deux petits (10 et 8 ans), à garder. Hors mon neveu adore jouer aux dames (même s’il se fait battre par papy car il est distrait) et aux échecs… Devant son refus de jouer aux dames, Jean Poirotte accepta de faire une partie d’échecs et je les abandonnais là, devant le jeu retrouvé (enfin) pendant que nous allions nous promener et que Jean Poirotte visitait la maison de fond en comble pour retrouver le jeu.

Mon père déteste téléphoner. Je précise c’est important…

  • Dring !!!! J’arrive tout juste et je viens de commencer à me regarder un film… « Coraline, nous ne sommes pas d’accord sur la disposition des pièces. Tu les mets comment ? » (moi j’émerge de mon film)… « Heu… Tour… Cavalier… Fou… »

  • « Non, c’est le fou avant le cavalier »

  • « Si tu veux ». (raccrochage) (ne pas contrarier papa dans certains cas, et j’ai un suspense à tenir moi…)

  • Dring ! « c’est le roi ou la reine sur la case de sa couleur ? » (je ne saurai jamais qui donc a tué Harry…)

  • « C’est la reine »

  • « Je ne suis pas d’accord c’est le roi… » (raccrochage) (ils sont bien partis je le sens bien, avec fou et cavalier pas à leur place, le roi et la reine non plus…)

  • Dring ! (4 minutes après) : « dis moi Coraline quand un pion arrive à Dame on en fait quoi ? »

  • Je réfléchis deux secondes (je suis toujours dans mon film et pas du tout concentrée sur Echecs) : en 15 minutes il y a déjà un pion arrivé à Dame. Ils jouent comme des manches ! est ma seule pensée…

  • « Ce que tu veux. Moi je prends toujours une dame, mais bon chacun sa technique »

  • « Et je la reconnais comment ? »

  • « Tu peux te faire une tour aussi (moi je joue énormément avec les tours, ce sont mes armes de prédilections ou un fou, ou un cavalier »

  • « Oui mais je le reconnais comment »

  • « Tu mets un post it dessus !, ou une marque, ce n’est pas compliqué »‘ (raccrochage)

  • Dring ! « le roi il bouge comment déjà ? » (bien temps de s’en préoccuper avec 2 dames au moins dans un des deux camps)

  • « De case en case, pas plus d’une à la fois et il ne peut pas se mettre en échec »

  • Conciliabule avec le petit déclarant à son grand-père « tu vois que j’avais raison »

  • « Et pour le cavalier dis-moi, il bouge comment ? Thibaut lui fait sauter des pions » (ils jouent vraiment comme des manches, enfin, mon père ne sait plus jouer)

  • « C’est normal, c’est la seule pièce qui peut sauter des pions… s’il trouve une bonne place »

  • « Bon bah on recommence une partie, on te rappelle ma chérie, en cas de besoin« …

  • DRING !

Adieu, veaux, vaches, cochons (Harry), me voici partie à la recherche de mon livre concernant les échecs pour le remettre religieusement à mon père le lendemain. (Je sens qu’il potasse la sortie espagnole qui lui a fait perdre tant de parties face à moi…)

La vie n’est qu’un long calvaire. (Il est à noter que j’ai pu faire à Jean Poirotte 3 fois de suite le coup du Berger alors que moi comme Pulchérie, on ne nous y reprendra JAMAIS !)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.