Bienvenue sur le blog de la Gentille sorcière.

Archive pour septembre, 2007

Robert Benoist

Oui c’est lui… Ici (cliquez juste avant sur “oui c’est lui”) et

Il fait partie de l’histoire familiale, mais du côté de mon grand père maternel (le mari de Mrs Morgan), alors que Tante Alphonsine était de la famille de cette dernière. Les deux familles avaient bien sympathisé (et on se demande pourquoi j’ai des problèmes…).

Il est né avec des conneries plein la tête… C’était une tête brûlée, un farceur de première, un gamin brouillon et téméraire, un aventurier dans l’âme.

Il est très particulier d’avoir une personne “célèbre” dans sa famille. Parce que Robert était célèbre de son temps. Pas du nôtre, tout le monde l’a oublié… Pourtant il a sa place dans le Quid pour avoir gagné les 24 heures du mans, et il est le premier réel champion du monde automobile français.

Ne reste de lui que son cénotaphe au cimetière du village, son nom sur le monument aux morts et plein de photos que Mrs Bibelot protège avec attention. Mais ses cousines parlaient de lui. Mon arrière grand mère, et tante Hortense. C’était leur cousin germain et elles se souvenaient surtout de ses blagues de gamin qui les avaient fait mourir de rire (genre, enfoncer la pipe du visiteur dans le TDC du chien et comment que tous les gamins rigolaient en douce de voir le dit visiteur tirer sur sa pipe après…).

Mon grand père s’en souvenait aussi très bien qui l’a connu longtemps, et Mrs Morgan avec qui il était marié à l’époque. Ils m’en ont parlé, ayant vécu de grands moments historiques, genre la future belle soeur de Mrs Morgan qui avait un amant à la Gestapo (et non on ne l’a jamais tondue elle, et tant mieux parce que c’était une pratique ignoble) et invitant celui qu’il traquait à dîner… (on met ça dans un film on se fait tuer). Tout s’est bien passé finalement, la photographie ce n’était pas celà à l’époque… mais pas mal de personnes assistant à ce dîner l’ont très mal digéré… (on bouffait mal à l’époque, c’était dommage de ne pas digérer un bon repas)

J’étais trop fière sur ce coup là quand que j’étais petite, d’avoir une personne célèbre, même disparue, dans mon entourage. Je l’enviais. Sauf que sa fin n’est pas à envier du tout et que son courage n’appartient qu’à lui ainsi que sa vie. La célébrité peut parfois rejaillir sur qui ne l’a pas méritée en somme. Mais aujourd’hui, je veux parler de lui et que l’on sache qu’il a existé. Et vraiment existé, autrement que comme héros. Comme un homme tout simplement, à qui je ne dois rien… que son souvenir transmis par des êtres qui l’aimaient…

Quand il a débuté dans l’aviation, son plus grand plaisir était d’aller faire du rase motte au dessus du jardin de sa grand mère à Achères, qui sortait en brandissant sa canne “Robert, descend, je te l’ordonne, que je te mette une claque“… Il faisait peur aux poules… Et s’amusait de voir sa grand mère brandir sa canne !!!! Ses cousines en rigolaient encore à 95 et 93 ans… Ca c’est un souvenir de famille !

Quand il a décidé de faire coureur automobile, chez Delage et Bugatti de préférence, tout le monde a été contre. Allait-il dilapider l’héritage familial en bêtises (mais où est donc passée la cassette ????). Il y a une course qu’il a gagnée malgré un tête à queue, en marche arrière… C’est normalement historique et je cherche l’article (illustré, de l’époque !) que m’a confié Mrs Bibelot et que j’ai tellement protégé que je ne sais plus où je l’ai mis… (mais je vais le retrouver, je pense qu’il est dans un certain tiroir auquel je n’avais point songé avant de commencer ce post… Ben non, je l’ai bien planqué, je serai obligée d’y revenir du coup…)

C’était le héros de mes grands pères, le Senna de l’époque (et encore, avec Senna, je date). Tous les gamins le connaissaient… Robert Benoist c’était LE coureur automobile de l’époque.

Vint l’autre guerre mondiale et évidemment il fallait qu’il fasse quelque chose même s’il avait pris un peu de bouteille (pas vraiment, d’après Mrs Morgan il était d’une séduction pas possible, et sur ce coup là on peut la croire, elle avait l’oeil…). Il était impossible qu’il reste immobile à ne rien faire. Pris pour la première fois par les allemands comme résistant reconnu, ces derniers ne trouvèrent rien de mieux que de le mettre au volant de sa propre voiture, dans un convoi. On en ricanerait presque. Evidemment il leur a faussé compagnie à la première occasion. On ricanerait s’il n’y avait pas la suite…

Mais vint sa mère mourante qu’il voulait absolument aller voir, ce qu’il fit au nez et à la barbe des allemands qui pourtant surveillaient les alentours, et puis tout à coup qui (qui l’a reconnu jour de dies irae) l’on sait dans la famille, pour dire aux allemands où le trouver, alors que l’on a accusé son frère injustement. La fille du frère (la nièce donc), est toujours de ce monde pour nous raconter, à nous, la dernière génération, ce qu’il s’est vraiment passé (c’est difficile parce que la pauvre a toujours sa tête à 90 ans mais est sourde comme un pot). La version officielle est qu’il se fit prendre en allant voir sa mère (ce qui la met toujours hors d’elle (la fille du frère) car elle l’a revu juste après). La version familiale est toute autre… Il se fit prendre dénoncé par… Direction nuits et brouillards après le passage obligé dans une rue de Paris de triste mémoire.

Mort pendu à des crocs de boucher car les nazis avaient beaucoup d’imagination, le 9 septembre 1944, à Buchenwald alors que la France respirait vraiment un air de liberté…

Paix à son âme et à ses cendres qui sont restées là bas. Au cimetière du village, au moins c’est bien lui qui est gravé sur le “in mémoriam”. “Robert Benoist, assassiné par les nazis en 1944″ (je vous fais grâce du reste) C’est lui, comme sur les photos de famille, comme dans les articles que tout le monde a gardé (Pulchérie veut récupérer un max, mais tout ce qui est papier, c’est pour moi !).

Paix sur terre… Et in mémoriam pour tous les anonymes qui ont vécu la même chose… Comme quoi la célébrité ne protège pas de tout. Tellement de talents, d’écritures en devenir, de chansons à succès, de vies tout simplement ordinaires, brisés net par les deux grandes guerres…

Hommage ici à Louis Pergaud, Anne Franck, l’auteur du “Grand Maulne”, et tant d’autres, engloutis par l’absurdidé humaine. Et hommage à Robert. Plus personne ne l’ayant connu réellement n’est encore en vie (sauf sa nièce et Mrs Bibelot, mais elle, était trop petite pour s’en souvenir vraiment, elle n’a que le souvenir de ses parents, surtout de son père, mais bon, elle l’a connu)

Et hommage aussi aux inconnus qui ne passeront jamais à la postérité et qui avait tout simplement leur vie à vivre et forcément un talent…

C’est aussi pour lui que le 8 mai on ne rigole pas trop dans la famille et que l’on assiste à la cérémonie… C’est peut-être férié comme le 11 novembre, mais ce n’est pas pour rien… C’est aussi pour cela que je m’en vas vous gaver avec la deuxième guerre mondiale pendant un bout de temps.

La vie n’a été pour eux qu’un long calvaire à la fin. Et une fin c’est important… Pendu à des crocs de bouchers, ça me tétanise toujours, j’en frémis à l’écrire. Comment peut-on infliger de telles tortures à son prochain ? Comment peut-on rester humain ainsi… ?

Pourquoi n’ai-je pas la Foi ? Pour tout cela… Si dieu existait, il ne supporterait pas

PS : vous remarquerez que je cite une anectode qui n’est pas mentionnée dans les articles en référence (qui ne sont pas d’accords sur la date de la mort, qui pour la famille via des témoins de confiance est bien le 9 septembre 1944). J’ai préféré vous présenter celui que ma famille a connu et ce que l’on savait vraiment…

Posté le 9 septembre '07 par , dans J'aime bien l'histoire. 5 Commentaires.

Communications téléphoniques diaboliques…

Echecs_74362764Je ne sais plus comment Pulchérie en était arrivée à jouer aux échecs. Une chose est certaine, elle m’avait donné des cours et à sa soeur également, ainsi qu’à Jean Poirotte.

Elle s’inscrivit à un tournoi (au lycée) et rentra maussade le soir parce qu’on lui avait fait “le coup du berger”. Qu’elle me fit le soir même, mais avec la haine tout de même…

Avec papa à une certaine époque, nous faisions une à deux parties par jour (j’avais un bras en vrac). On commençait à se débrouiller et j’avais même acheté un livre.

Puis, mon bras remis, Charles Hubert (qui était hélas entré dans ma vie) ne supportant pas de perdre et ne voulant pas m’affronter (comme si j’étais championne de France des Echecs), je fis l’acquisition d’un logiciel pour jouer sur l’ordi. J’en ai bavé avant d’arriver au stade 2 pour découvrir qu’il y avait un bug dans le programme. Inutile que je vous décrive le bug si vous ne savez pas jouer, mais en bref (pour ceux qui savent), la partie se déroulant de la même manière, l’ordi me bouffait mon cavalier en fin de partie, mettant le roi en échec avec ma dame. D’ailleurs il faisait “blops”, alors que quand il gagnait il faisait “youpee”…

Donc un moment que je n’ai pas joué aux échecs. Faut que je m’y remette c’est clair, et que je trouve le bon programme pour m’exercer sur l’ordi…

Ma soeur déménageant, mes parents se retrouvèrent dernièrement avec les deux petits (10 et 8 ans), à garder. Hors mon neveu adore jouer aux dames (même s’il se fait battre par papy car il est distrait) et aux échecs… Devant son refus de jouer aux dames, Jean Poirotte accepta de faire une partie d’échecs et je les abandonnais là, devant le jeu retrouvé (enfin) pendant que nous allions nous promener et que Jean Poirotte visitait la maison de fond en comble pour retrouver le jeu.

Mon père déteste téléphoner. Je précise c’est important…

  • Dring !!!! J’arrive tout juste et je viens de commencer à me regarder un film… “Coraline, nous ne sommes pas d’accord sur la disposition des pièces. Tu les mets comment ?” (moi j’émerge de mon film)… “Heu… Tour… Cavalier… Fou…”

  • “Non, c’est le fou avant le cavalier”

  • “Si tu veux”. (raccrochage) (ne pas contrarier papa dans certains cas, et j’ai un suspense à tenir moi…)

  • Dring ! “c’est le roi ou la reine sur la case de sa couleur ?” (je ne saurai jamais qui donc a tué Harry…)

  • “C’est la reine”

  • “Je ne suis pas d’accord c’est le roi…” (raccrochage) (ils sont bien partis je le sens bien, avec fou et cavalier pas à leur place, le roi et la reine non plus…)

  • Dring ! (4 minutes après) : “dis moi Coraline quand un pion arrive à Dame on en fait quoi ?”

  • Je réfléchis deux secondes (je suis toujours dans mon film et pas du tout concentrée sur Echecs) : en 15 minutes il y a déjà un pion arrivé à Dame. Ils jouent comme des manches ! est ma seule pensée…

  • “Ce que tu veux. Moi je prends toujours une dame, mais bon chacun sa technique”

  • “Et je la reconnais comment ?”

  • “Tu peux te faire une tour aussi (moi je joue énormément avec les tours, ce sont mes armes de prédilections ou un fou, ou un cavalier”

  • “Oui mais je le reconnais comment”

  • “Tu mets un post it dessus !, ou une marque, ce n’est pas compliqu锑 (raccrochage)

  • Dring ! “le roi il bouge comment déjà ?” (bien temps de s’en préoccuper avec 2 dames au moins dans un des deux camps)

  • “De case en case, pas plus d’une à la fois et il ne peut pas se mettre en échec”

  • Conciliabule avec le petit déclarant à son grand-père “tu vois que j’avais raison”

  • “Et pour le cavalier dis-moi, il bouge comment ? Thibaut lui fait sauter des pions” (ils jouent vraiment comme des manches, enfin, mon père ne sait plus jouer)

  • “C’est normal, c’est la seule pièce qui peut sauter des pions… s’il trouve une bonne place”

  • “Bon bah on recommence une partie, on te rappelle ma chérie, en cas de besoin“…

  • DRING !

Adieu, veaux, vaches, cochons (Harry), me voici partie à la recherche de mon livre concernant les échecs pour le remettre religieusement à mon père le lendemain. (Je sens qu’il potasse la sortie espagnole qui lui a fait perdre tant de parties face à moi…)

La vie n’est qu’un long calvaire. (Il est à noter que j’ai pu faire à Jean Poirotte 3 fois de suite le coup du Berger alors que moi comme Pulchérie, on ne nous y reprendra JAMAIS !)

Posté le 6 septembre '07 par , dans Dans la série Diabolique. Pas de commentaire.

Le portail automatique (et électronique)…

SourireJ’avais fait une vague allusion au portail automatique de mes parents lors de mon post sur les beautés du progrès (ici). Portail qui s’ouvre avec un bip. Pratique quand on part et quand on revient : pas la peine de descendre de voiture, d’ouvrir le portail, de re-descendre de voiture pour refermer le portail… Un truc achement bien. Permet en plus de filtrer les visiteurs via une sonnette et un interphone. Hyper top.

Qui tombe en panne il y a 3 ou 4 semaines.  Reste à ouvrir le portail à la main et à appeler l’électricien qui est parti en vacances, ce rat.

Donc on peut refermer le portail à la main, mais ça grippe un peu. Aquisition d’une grosse chaîne et d’un cadenas pour fermer le portail et grosses angoisses de Mrs Bibelot qui a pris l’habitude de se sentir en sécurité chez elle…

Mon frère suggère une panne de fusibles. Jean Poirotte ouvre un boîtier : point de fusibles. De l’électronique, c’est ça qui merde, c’est certain. Tout le monde sait que l’électronique ça se détraque un jour ou l’autre…

Dans la famille on est du genre têtu, (mais pas buté, je vous rassure). Jean Poirotte n’avait pas vu de fusibles à changer éventuellement, parce qu’il n’y en avait pas dans le boîtier qu’il avait ouvert.

Et voiloù les parents partis passer leur mois de septembre à la Grande Motte, les veinards. C’est mon frère et ma belle-soeur qui gardent chien et chat, et la maison. Et mon frère est têtu, comme son père. Il a décidé qu’il y avait des fusibles, il y a forcément des fusibles, il trouvera les fusibles, il changera les fusibles avant le retour de l’électricien en vacances (ce rat).

Dimanche 2 septembre, me voici me pointant : portail fermé. Eux ont décidé de le coincer, même si ça grippe et de mépriser le cadenas et la grosse chaîne apparement. Je sonne. Ma belle soeur (coraline bis) sort pour m’ouvrir et hop, voiloù le portail qui s’ouvre car elle vient d’actionner le bip. Fugitivement, je pense que l’électricien est rentré de vacances, qu’il s’est déplacé le samedi et qu’il est bien sympa ce gars…

Ben non. Mon frère a ouvert la bonne boîte (il y a des fusibles NDDD !) sur les deux s’occupant du portail, trouvé les fusibles dont l’un était visiblement fondu dans un coin, est allé en racheter des neufs, et youpee, le portail remarche (et il y a un fusible de rab, pour 2 euros la réparation, ça valait la peine de les chercher les fusibles).

Appel aux parents à la Grande Motte.

  • Oui c’est Coraline Bis, l’électricien est rentré de vacances, il a fait un devis à la louche, il y en a pour environ 400 euros de réparation

  • Consternation de Jean Poirotte : c’est quoi le problème ?

  • Un composant électronique qui a grillé… Compliqué… On fait quoi ?

  • Bah faut le réparer, donc on répare, on vous envoie un chèque dès lundi pour réparation le plus vite possible, 400 euros ça fait suer…

  • Ah, ne quitte pas je te passe ton fils.

  • Allô papa ? Tu me dois 2,50 euros pour les fusibles du portail que j’ai changés…

  • Quels fusibles ?

Là ce n’est pas chrétien du tout, mais on rigole doucement, parce qu’il est certain qu’à 800 km de là, Jean-Poirotte se torture l’esprit pour savoir où sont ces fichus fusibles qu’il a loupés. Il faut savoir qu’il est très bricoleur, mais pour ce qui est électricité, il n’est pas du tout à son top. La preuve.

Mrs Bibelot connaîtra-t-elle la vérité ? Lui a-t-il dit “le portail refonctionne à nouveau c’est à n’y rien comprendre ?” “il y avait bien des fusibles, changés ça a tout arrangé”… Mystère. Parce que sur le coup des fusibles, elle va rouspéter Mrs Bibelot qui avait acheté une méga chaîne et le cadenas qui va avec…

Enfants indignes de rire de nos parents et de leur portail électrique (une clef, il n’y a que ça de vrai…)

La vie n’est qu’un long calvaire…

Posté le 4 septembre '07 par , dans Dans la série Diabolique. Pas de commentaire.

10 ans déjà

Au cas où vous z’auriez loupé l’information, il y a eu 10 ans le 31 août que Lady Di nous a quittés… (moi je me suis dit égoïstement : comme le temps passe)

Je me souviens trèèèès bien de ce jour. Les filles étaient chez leur père et devaient me revenir sous peu (mes trésors….) mais j’avais une soirée chez une copine habitant à 10 mètres de chez mes parents. L’idéal pour rentrer à pied (en titubant éventuellement, mais finalement non), faire un poker et jouer “au bouchon”, comme des imbéciles jusqu’à 3 heures du mat.

Le dimanche matin j’ai émergé vers 11 H 30 pour entendre Jean Poirotte me déclarer : “la terre s’est arrêté de tourner cette nuit”. On ne me la fait pas, murgée de la veille ou pas, j’ai quand même quelques notions de physique… C’est sa formule à lui pour annoncer un évènement, donc comme je suis toujours accrochée au sol (alors que si la terre avait arrêté de tourner je serais en lévitation), je demande des précisions : “Lady Diana est morte”.

Je me suis figée. Moi qui ne suis PAS DU TOUT PEOPLE j’ai été sciée un petit moment. Comment ? Où ? Pourquoi ? Mais bon il y avait de la blanquette à manger et le grand-père encore là, anti monarchiste à mort, donc on a causé d’autre chose au déjeuner. En plus j’avais une GDB inhabituelle à me coltiner…

Comme UNE GAMINE, j’ai regardé tout, tout et tout la semaine qui a suivi sur la Lady Di… Avec les filles nous nous sommes levées à l’heure le samedi matin de l’enterrement (j’adore le faste de la couronne d’Angleterrre, pour cela on ne me refera pas), pour ne pas louper un sabot de cheval martelant Londres. Nous avons pleuré comme des fontaines à cet enterrement… J’ai même acheté le CD rapport à une musique que j’avais bien aimée (gaie comme tout, comme il se doit…)

Et puis le temps a passé… Diana a été révélée comme étant autre chose que la reine des coeurs et autres. Je ne lui jette pas la pierre Pierre, mais je la retiens surtout comme “bonne mère”… Pour le reste, ne pas oublier qu’elle était issue d’une famille très en haut de l’échelle pour la couronne, et que malgré ses déboires de petite fille, elle ne pouvait pas ignorer ce qui l’attendait en tant qu’épouse de l’héritier du trône… Ce n’était pas une fille du peuple…  Maintenant qu’elle ait voulu changer les choses, je suis tout à fait d’accord avec elle. Elle l’a fait finalement sans le vouloir, en mourant, hélas pour elle. Mais hélas également c’est cette mort prématurée qui fait d’elle ce qu’elle reste actuellement…

Mais qu’on arrête de nous gonfler avec la princesse un enfant atteint du Sida dans les bras. C’était médiatique à mort et ça l’est resté… J’ai pensé à elle en voyant “Palais Royal” où l’on sent bien la manip de la part de celle qui était au départ la pauvre cruche et qui met en péril la couronne en attirant trop les feux des projecteurs…

Donc le 10ème anniversaire ça m’a gavée légèrement… Et vous ?

Posté le 2 septembre '07 par , dans Histoire de sorcière. Pas de commentaire.