Vox populi sur coup de calgon

Les sorcières ne sont pas à l’abri du coup de calgon, preuve en a été faite hier soir. J’étais déterminée à arrêter mon blog et je trouvais poli de vous en avertir. Pourquoi déterminée ? Et justement à arrêter mon blog (et non pas à arrêter de cloper ?). Je n’en sais plus trop rien… C’est le problème du coup de calgon. Ca vous sappe votre énergie et ça vous fait raisonner n’importe comment.

Mauvais concours de circonstances et le moral dans les godasses : j’écris n’importe quoi, je suis nuuullle, autant arrêter avant de recevoir des commentaires désobligeants (la sorcière tu baisse, lâche nous les baskets). Un petit tour sur l’origine des visites, rien de tel dans ces cas là pour vous flinguer le moral. Ce n’est pas le tout d’avoir des visiteurs, mais les pervers, les tueurs de belle-mère (encore que parfois on puisse les comprendre) et les rechercheurs de sortilèges en tout genre, ça lasse un peu (je suis nuuullle). Le calgon c’est quand il veut, on ne maîtrise pas tout…

Ce matin, je me suis levée, bien déterminée à en finir avec mon blog, sans vraiment plus savoir pourquoi, sauf que c’était très important. Et là… Stupéfaction devant le nombre de commentaires…

  • J’ai des admirateurs secrets

  • Les fidèles sont au poste pour m’interdire de faire une bêtise

  • Ma fille m’enguirlande (ça la change)

  • Des anonymes sortent de la foule des lecteurs fidèles mais secrets, pour se révéler à moi et m’encourager à continuer

  • Des encouragements, du remonte moral, des encouragements, des interdictions formelles d’arrêter, du remonte moral.

  • De l’amitié… de la solidarité, quelque chose de très particulier que j’ai déjà testé ici et qui m’avait bien aidé quand Truchon m’a lourdée…

Quelque part je me sentais mieux… Alors Coraline/Calpurnia tu vas faire une bêtise avec ton blog ? Franchement ça ne fait pas sérieux… Là c’était le calgon positif…

Alors un grand merci à tous et à toutes, inconnus, fidèles, mieux connus, d’avoir sû me dire ce qu’il fallait… Un grand merci  très sincère.

Car vox populi vox dei : je n’ai pas le choix : je continue. Et si vous n’avez pas le temps de laisser un com, ce n’est pas grave (c’était juste ma fixette de ce maudit samedi soir…)

ET ENCORE MERCI ! (et non Pulchérie, je ne faisais pas « du boudin », je le pensais vraiment)

Une réponse sur “Vox populi sur coup de calgon”

  1. ouf ! merci d’avoir continué de nous régaler avec vos super textes;
    et je suis encore loin d’arriver aux écrits de 2020 ! mais je remonte le temps tranquillement (depuis 2006) et ça me ravit toujours;

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.