Le Grenelle de l'environnement…

Ce Grenelle de l’environnement a pas mal exaspéré la famille. C’était quoi cette expression ? On savait qu’il y avait eu les accords de Grenelle, mais bon là, les médias racontaient vraiment n’importe quoi… Oui je sais, dans la famille de la sorcière on trouve abominafreux le moindre terme mal-t’à-propos… On traque le « à la tombée de la nuit on y verra plus clair », le « mont Ararat de la Mecque » et autres joyeusetés…

Visite chez Wiquipédia : « Le Grenelle de l’environnement est un ensemble de rencontres politiques organisées en France en octobre 2007, visant à prendre des décisions à long terme en matière d’environnement et de développement durable. Le terme « Grenelle » renvoie aux accords de Grenelle de mai 1968, et désigne par analogie un débat multipartite réunissant des représentants du gouvernement, d’associations professionnelles et d’ONG ».

Moi je n’ai qu’une chose à dire : la langue française est assez riche, point besoins d’analogie pour désigner les termes « débat » et « accord » ou tout bêtement « réunion » voire même « sommet ». Le « sommet de l’environnement » aurait été très bien non ?

Les accords de 1968 fort heureusement n’ont pas été signés à Moncucq. Parce que sinon cela aurait été le « mon cul de l’environnement »… Quoique pour certains cela soit exactement ça. Il existe d’ailleurs également une petite bourgade qui ne s’aggrandit curieusement pas et qui s’appelle « Anus« . Nous aurions donc eu « l’anus de l’environnement ». On imagine sans peine les dérapages possibles et les crises d’hémorroïdes…

Finalement on l’a échappé belle… Mais cela serait marrant que l’on aille dans le trou du cul du monde pour y signer des accords importants, surtout pour la suite des choses.

Je sais, c’était facile, mais moi « le Grenelle de l’environnement » m’a fait grincer des dents pendant toute sa durée (+ mon père, ma mère, mes frères et mes soeurs, et si j’avais un marteau…) (jamais contente, je suis au courant !).

Où allons-nous ma bonne dame avec l’évolution du vocabulaire. Jecépas !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.