Respectez donc les limitations…

Contr_le_technique_recadr__200405833_001S’il y a une chose avec laquelle je ne plaisante généralement pas, c’est la conduite en voiture.

Je fais donc partie des crétins qui marquent les stops, des andouilles qui ne passent pas à l’orange, des civilisés stupides qui laissent traverser les piétons et comble de l’horreur, des abrutis qui respectent les limitations de vitesse (entre autres multiples choses).

Une fois par semaine minimum, je suis dans l’obligation absolue d’aller me promener vers le cabinet délégué par l’ANPE pour m’aider à retrouver du travail. J’adore cette promenade hebdomadaire qui se devrait d’avoir lieu le plus souvent possible : je ferais plus sérieuse. Qu’importe si je m’y rends pour faire ce que je fais chez moi en ayant économisé de l’essence, une fois par semaine seulement, mon « coach » trouve que c’est léger.

Pour me rendre là-bas, j’emprunte des routes que je connais par coeur, et les planques de la maison poulaga également. Mais généralement ce n’est pas seulement la peur du gendarme qui motive le fait que je respecte les limitations de vitesse. Dans mon secteur, il y a des traversées de grands animaux, et ça, ça ne pardonne pas.

Pour me rendre là-bas toujours, j’emprunte également une route limitée à 50 sans aucun motif. 4 voies, terre plein central, rien de dangereux comme carrefour à l’horizon, bref, une brimade totalement injustifiée !

C’est bien pour cela qu’ils sont souvent là, avec leur radar et leur pile de papiers à vous retirer le permis sur le champ. C’est dans ce secteur que Truchon s’est fait retirer son permis pour 3 mois (bien fait !).

Donc je respecte les limitations de vitesse, la limitation à 50 particulièrement (curieusement parfois, sur 50 mètres on a droit à 70…). Et ça donne quoi ? Comme hier par exemple ?

  • Le crétin de derrière qui se demande qui est cet incapable au volant de copine, et me colle au cul en faisant des appels de phares tant qu’il ne peut pas doubler.

  • Enfin il peut me doubler : ce qu’il fait en klaxonnant et en me faisant un bras d’honneur

  • Coup de sifflet maléfique : le voila grillé, vu la manière dont il m’a dépassée il était au moins à 80…

  • Envie pour moi de m’arrêter pour lui dire « bien fait ». Non mais il ne sait pas lire les panneaux ?

  • Je passe, ironique, pendant que le flic commence à regarder les papiers afférents à la conduite du véhicule.

Au retour j’étais d’autant plus prudente qu’ils changent de secteur régulièrement. J’avais bien raison, car c’est sur le tronçon sur lequel le « 50 » est le moins justifié qu’ils se sont déplacés pendant que j’apprenais à rédiger un CV correct. D’ailleurs ils avaient demandé du renfort.

Je vérifie que je ne dépasse pas 55 au compteur et je me mets sur la file de gauche, car je vais devoir tourner, quand arrive derrière moi un 4X4 qui me demande ce que je fous à grand renfort d’appels de phares, de klaxon. J’ai même l’impression que le type a ouvert sa vitre et me crie des injures. Il me double (sur la droite) et se rabat en me faisant une magnifique queue de poisson pour se retrouver devant 4 brigades éblouies… Moi on m’a fait gentiment signe de passer (encore heureux) et on a continué à verbaliser ceux qui m’avaient précédemment doublée…

Et là, lâchage total de ceux qui avaient été épargnés par l’embuscade, me suivaient encore, et ne comprenaient pas que je m’obstine à 50. Ils ont compris, après m’avoir doublée avec sans doute moultes jurons, quand 4 autres brigades leur ont sifflé dans les oreilles de bien vouloir s’arrêter, alors que moi je pouvais passer.

Je le sais bien moi, qu’après le premier barrage, il y en a un autre, mais ce n’est pas la seule raison de ma conduite exemplaire… Grosso modo, je préfère respecter les limitations de vitesse (tout en pestant quand c’est injustifié et dans ce secteur ça l’est). La simple idée en effet que l’on puisse me retirer un point de mon permis me file de l’urticaire…

Mais quelque part je ne suis pas gentille quand je ricane. Que les autres ne veuillent pas respecter, c’est leur problème. Mais qu’ils arrêtent d’engueuler le conducteur devant eux, qui est à la vitesse limite… Parce que déjà que l’on prend sur soi pour ne pas écraser l’accélérateur, alors en plus, s’il faut se farcir des andouilles à klaxon, merci bien !

Au volant aussi la vie n’est qu’un long calvaire…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.