Bienvenue sur le blog de la Gentille sorcière.

'Chroniques d’une vie ordinaire'

Internet et moi…

Je_hais_l_informatiqueInternet m’énerve régulièrement (78 fois par jour).

A ma décharge, si je suis loin d’avoir des dons d’informaticienne, je sais au moins maîtriser parfaitement pas mal de programmes. Et Internet a été installé par Charles Hubert (autrement dit au départ, n’importe comment).

J’en sais peu, mais j’en sais tout de même un peu. Hors Charles Hubert appelait le PC en lui-même “la grosse boîte noire dans laquelle on met les disquettes” (ceci à la hot-line Wanadooooo en train de lui restaurer son installation, le mec a dû mourir de rire), ceci vous situe son haut niveau. L’histoire du disque dur l’a toujours dépassé (forcément lui il a un disque mou), ainsi que tout ce qui était programme. Word lui a toujours posé d’énormes problèmes et il fallait que je vienne m’y coller. Lui parler d’Excell, de Power-pointt, pire que pire : adobe photoshopp ou autres (faire un scan, passer les photos du numérique sur le disque dur, etc), c’était rencontrer un regard vide. Un peu le mien quand j’écoute ma fille parler code html, flux rss et autres joyeusetés avec un informaticien. Même si je n’y entrave que pouic, au moins je sais que cela existe (ainsi que le setup qui peut sauter le coquinou).

Il y a 8 mois j’ai fait un grand nettoyage dans mes programmes, après installation faite grace à la méchante d’un nouvel anti-virus et pare-feu (ah bon, il faut un pare-feu ?). J’ai donc éliminé un grand nombre de programmes après avoir fait des captures écran de l’état de mon dossier “programmes” pour les montrer à l’informaticien de la boîte. Il m’avait coché ceux que je pouvais supprimer sans problèmes. Nous avons donc découvert que Charles Hubert visiblement cliquait toujours sur OK quand on lui proposait une installation quelconque. De plus il avait téléchargé lui, déjà plus de 4 anti-virus qui bien évidemment se contrariaient les uns et les autres.

Je n’échappe pas malgré mes efforts, aux publicités intempestives qui n’arrêtent pas de se pointer sur mon écran de manière régulière (curieusement depuis le début de cet article, je n’en ai pas eu une) :

  • Connexion Internet + 2 minutes : voici les rencontres mystiques qui se pointent. Je ferme. Elles insistent, au cas où ma demande de fermeture soit une erreur

  • + 5 minutes : c’est un autre site de rencontres, certainement plus hot. Je ferme. Il revient, au cas où ma demande de fermeture soit une erreur

  • + 10 minutes : pratiquer le téléchargement d’une sonnerie ultrasons pour le portable “que même tes profs et parents n’entendent pas” (ni le môme d’ailleurs, l’humain ne perçoit pas les ultrasons, rhooo l’arnaque). Je ferme. Il insiste au cas où ma demande de fermeture soit une erreur.

  • + 20 minutes : les USA veulent m’accorder une green card, je l’ai gagnée, c’est écrit. Je ferme.

  • + 40 minutes : la j’redoute a des promotions à me proposer. Je ferme. Elle me demande si je suis certaine ou si je veux voir les promotions. Je suis certaine, je ferme. Elle se repointe au cas où ma demande de fermeture soit une erreur. 4 clics pour éliminer sa tronche de cake

  • + 45 minutes : ma préférée. Une blondasse peroxydée à l’air niaiseux comme pas possible, me propose d’un air aguichant de rentrer dans la plus grande salle de casino du monde. D’ailleurs le programme commence à se télécharger. Je ferme et j’annule. Le programme recommence à se télécharger. Je ferme. La blonde revient 3 minutes plus tard au cas où ma demande de fermeture soit une erreur. Je dis plein de gros mots.

  • + 60 minutes : on trouve tout sur Ebayyyy. Je ferme. On se repointe au cas où ma demande de fermeture soit une erreur. Je comprends que Charles Hubert ait pris cela pour une obligation (de télécharger un programme quelconque, ou de cliquer sur OK…)

  • Maintenant on va recommencer à partir du début. Et en plus j’en passe et des meilleures… (dont les pages jaunes qui font de la pub pour leur nouvelle présentation encore plus merdique que la précédente, d’autres sites de rencontres, etc (le pire étant parfois dans le etc…))

  • Je flanquerais bien de temps à autres un grand coup de pied dans la grosse boîte noire où l’on met les disquettes, mais j’y tiens trop…

Une sorcière très légèrement agacée…

Posté le 31 mars '08 par , dans Chroniques d'une vie ordinaire. Pas de commentaire.

Hommage à…

11_novembre

Elle les a vus passer tout simplement, tous beaux dans leur bel habit, l’air trop accablé. Trop beaux, trop accablés, il ne pouvait y avoir qu’une raison.

Elle a mis sa jolie robe, sa plus belle robe en fait, une robe crème. Celle qui a le plus de dentelles. Elle a regardé celle en préparation pour son mariage, les “entre deux” qu’elle peaufinait avec soin et venait de terminer. Elle l’a mise en place bien en évidence sur son lit. Elle l’a déposée là comme un message.

Elle a mis ses jolies botines, est passée par la grange 2 minutes pour garnir son sac, et elle est partie sans se faire voir de ses parents. Une distraction de leur part, une volonté de sa part…

Elle a marché longtemps longtemps Madeleine, qui traîne quelque part sur cette photo. Elle a marché tellement longtemps qu’elle est arrivée au pied d’un arbre un peu sacré dans la région, tellement beau que l’on pourrait penser qu’il est là depuis la nuit des temps. Un peu loin de chez elle…

Elle s’est assise sur une énorme racine Madeleine, écoutant son coeur battre trop vite, puis ralentir petit à petit, écoutant monter un chagrin qui ne voulait déboucher sur rien.

Rien. Pas une larme, pas un sanglot salvateur. Le coeur et les yeux secs, elle écoutait juste son coeur se remettre de la longue marche, faisait appel à ses souvenirs qui la trahissaient. Tout à coup les visages aimés, le visage tant aimé se dérobaient à elle. Et les odeurs, ce qui fait qu’un être est unique… Rien, plus rien. Il n’y avait que la voix que l’on n’oublie jamais, qui retentissait dans sa tête, à en devenir folle. Il n’y avait plus que la dernière fête alors que tout le monde était heureux sans savoir, au cours de laquelle “ils” s’étaient engagés…

Et le chagrin figé quelque part dans sa poitrine, ne se déclenchait pas vraiment. L’horreur absolue que de ne vouloir qu’une chose : hurler comme une bête le visage contre la terre mère, pleurer à s’en vider la tête, et ne pas pouvoir. Non rien. Pas une larme, juste la gorge bloquée, bloquant tout et surtout la raison qui défaille de toutes manières, tout à coup.

Juste une vision qui obsède. Ces 3 hommes vêtus de noir, passant devant chez elle, pour aller non loin, elle a bien regardé où ils rentraient, elle n’est pas folle Madeleine. Elle est juste lucide et ne refuse pas la vérité. Si elle est folle, c’est de chagrin qui ne veut pas sortir.

Une certaine joie depuis quelques jours rodait, et il a fallu qu’ils passent. Dans la maison où ils sont rentrés, ils étaient déjà venus 3 fois. L’accablement était trop visible pour laisser le moindre espoir.

Le “mortuaire”, c’était donc pour Georges, le seul survivant des 4 fils jusque là. Le mortuaire c’était pour les parents, pas pour la fiancée, l’amoureuse qui venait de vivre 4 années de souffrance, d’attente, puis d’espérance.

Quand les parents de Georges ayant surmonté un peu leur chagrin sont venus pour voir Madeleine et ses parents, des amis de toujours, ils ont trouvé une famille un peu affolée par la disparition de la “petite”, la vision de la robe de mariée trop en évidence.

Il a fallu à l’autre Georges paniqué, le père de Madeleine, qui tournait en rond sans savoir quoi faire, mettre en laisse son malinois préféré sur la demande du père du mort qui lui, avait gardé la tête froide après trop de douleurs. Il a fallu au père de la petite, qui boîtait d’une sale blessure récoltée dans les tranchées, prendre à la main la chemise de nuit de sa fille et ordonner au chien “cherche mon garçon, cherche” après la lui avoir donnée à renifler. Le malinois était ravi : enfin du travail intéressant !

Il les a menés sans grande hésitation jusqu’au hêtre magique, ce qui leur semblait loin, car tous les hommes valides étaient en fait rescapés d’une blessure quelconque ou un peu âgés. Le chien s’est mis à aboyer en s’asseyant, ravi d’avoir rempli sa mission. Ils n’ont pas compris tout de suite, il leur a fallu lever les yeux à la lueur des lanternes pour comprendre.

Madeleine s’était pendue à la plus basse branche du hêtre un peu haute tout de même. Sa belle robe était en haillon suite à l’escalade qu’elle avait dû faire, ses chaussures étaient sales. Elle avait fait ce qui lui semblait avoir à faire en y réfléchissant de toute évidence, car une telle gymnastique ne se fait pas sur un coup de tête. Les 2 hommes qui sont montés détacher la corde en pleurant, ont pu en attester. Il avait même fallu à Madeleine une force surhumaine pour arriver à ses fins, à sa fin, sans aide…

Elle s’était brisé la nuque, donc son visage n’avait pas souffert de sa mort. On a ramené chez elle à la lueur de lanternes, une jeune fille de 22 ans qui n’était pas défigurée et dont les femmes : sa mère, sa soeur, et son ex future belle mère, se sont attelées à faire la toilette mortuaire. Les pères pleuraient sur le désastre de cette guerre qui les rattrapait après l’armistice.

Elles lui ont mis sa robe de mariée, sans une larme, sans un mot, sans rien de plus à dire…

La gorge bloquée, le chagrin se refusant à sortir… L’envie d’aller crier comme une bête contre la terre mère en faisant de la boue de leurs sanglots qui se refusaient à venir. L’une avait perdu 4 garçons, l’autre 2 garçons et maintenant une de ses filles. La dernière, innocente, avait elle aussi perdu son fiancé, et maintenant sa soeur, avec laquelle elle pouvait évoquer les heures noires.

Madeleine. Peut-être une des dernières victimes de la grande guerre, Georges étant mort après l’armistice, 2 jours tout de même après l’armistice que ne connaissaient pas certains postes…

Tante Hortense et mon arrière grand mère ne manquaient jamais de l’évoquer le jour férié du 11 novembre… Longtemps elle a été pour moi “cette pauvre Madeleine” inconnue, jusqu’à ce que tante Hortense ne m’en donne une photo(graphie).

Une jolie jeune fille avec le sourire, et une robe claire à dentelles, qui croyait encore que Dieu existe… Je la garde pour moi, pour qu’elle soit une personne qui vous appartiendra un peu.

Une pensée très forte, méritée, pour toutes les victimes de cette guerre, en ce jour où le dernier aura son hommage national et avec lui, tous les autres…

Je n’oublie pas les allemands au passage, parce que je trouve stupide de les écarter de cette grande guerre, la der des der… (à lire : à l’ouest rien de nouveau) et de cet hommage. C’est mon avis, et je le partage… Après tout, peut-être reste-t-il un allemand quelque part, encore en vie, qui porte en lui les images de l’horreur…

Posté le 17 mars '08 par , dans Chroniques d'une vie ordinaire. Pas de commentaire.