Conversation part 2…

T_l_phoneCeci est également une conversation téléphonique.

Drinnnnnggg !

  • Allô c’est Fernande snif, je n’en peux plus de ce con snif, tu peux m’accorder 4 heures quelques instants ?

  • Bouge pas, je vais couper le gaz sous la poêle à frire

  • Comment ça tu coupe le gaz, dis-moi tout de suite que de m’écouter te donne l’envie de te suicider au gaz !

  • Mais pas du tout, je t’ai dit que je coupais sous la poêle

  • Ouais, j’ai bien saisi l’allusion, Marie Charlotte m’a fait le coup !

  • Mais arrête Fernande, j’ai des escalopes dans la poêle, si tu veux que je t’accorde quelques instants, autant que tu veux d’ailleurs, j’arrête la cuisson, c’est tout.

  • Bon… Snif ! C’est vraiiimmmennnt un saaaale con !

  • Qu’est-ce qu’il se passe encore ?

  • Comment ça encore ?

  • Depuis quelques temps, toi et lui, cela ne va pas fort…

  • D’abord c’est lui qui déconne en premier lieu, et en second lieu, j’exige que tu t’explique sur ce encore !

  • Je viens de te le dire, depuis quelques temps, toi et lui cela ne va pas

  • Moi ça va très bien snif

  • Donc OK, il déconne, qu’est-ce qu’il t’a fait ce coup là ? (la fois d’avant il avait découché 3 jours sans un mot d’excuse)

  • Après le encore, voilà le ce coup là ! Tu es comme Marie Charlotte, tu te fous de ma gueule !

  • Fernande tu arrête de m’agresser, tu respire un coup et tu me raconte ton histoire…

  • Il a des préservatifs dans son porte-feuille et moi je prends la pilule

  • Ah…

  • C’est tout ce que tu trouve à me dire ?

  • (je cherche). Cela fait des mois que tu le soupçonne de te tromper…

  • Tu crois qu’il me trompe ?

  • Heu… Je n’en sais rien j’en suis certaine, me voilà dans un champ de mines, je sors par oùùù ? il a peut-être acheté des préservatifs au cas où…

  • Au cas où quoi ?

  • Je ne sais pas… Les hommes sont tellements compliqués (j’avais été larguée par Albert 10 mois plus tôt). Ah si : au cas où tu oublies ta pilule !

  • Au cas où quoi ? Je n’oublie jamais ma pilule !!!!

  • Eh bien au cas où il craque pour une autre. Au moins tu sais qu’il ne veut pas prendre de risques, Albert s’en fichait lui !

  • Je m’en fous d’Albert

  • Ah elle s’en fout l’ingrate ! Et bien moi je m’en fous de ton connard, qui te prend pour une imbécile depuis des mois, qui squatte chez toi en te prenant pour une conne parce qu’il n’a pas les moyens de se payer un loyer.

  • Coraline, je le savais déjà tout ça, mais je t’appelais pour que tu me dise que j’avais tort ! SNIF !

  • Eh bien tu as raison… Fous-le dehors et qu’on parle d’un autre… Si tu veux que l’on en parle vraiment, arrête de me demander des pourquoi à tout ce que je dis…

  • Je te remercie du conseil. Adieu !

Dring !

  • Coraline, c’est Marie Charlotte, je voulais juste te dire que Fernande a coulé une bièle, je crois que l’on est brouillées…

  • Je suis au courant…

  • Ah, zut, j’arrive trop tard…

Savoir que Marie Charlotte et moi n’avons plus jamais eu de nouvelles de Fernande qui a hébergé pendant des années son copain avec son nouvel amour (un homme)…

La vie n’est qu’un long calvaire, mais finalement, il y a un moment où Fernande doit raccrocher…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.