Bienvenue sur le blog de la Gentille sorcière.

Archive pour mai, 2008

Un joyeux bon anniversaire !

En fait la chanson qui me trottait dans la tête c’était “un joyeux non anniversaire – à moi ? à Vous !” dixit le chapelier toqué de Alice au Pays des merveilles.

Il flottait dans l’air du temps comme une déprime annoncée, comme une décennie à fêter, et j’avais dit NON ! Cette année je resterais chez moi, à me morfondre devant l’injustice du temps qui passe, devant la rigueur de l’année écoulée, devant l’injustice de trop d’injustices. Chez moi je prendrais les bonnes décisions, je ferais les bons choix, je réorganiserais enfin après tant de mois, ma disposition, je pousserais les meubles et mettrais du net et du joli dans ma vie… après ce jour morne.

Il flottait dans l’air du temps comme une conspiration qui s’annonçait, via des chuchotements que mon oreille encore jeune pouvait percevoir. Il flottait dans l’air du temps que je n’étais pas paranoïaque et tout à coup cette certitude qu’allait venir une surprise cette fois-ci non annoncée.

Il flottait dans l’air du temps mes deux bébés trop grandes filles maintenant qui ne voulaient pas laisser leur maman se morfondre un si beau jour de mai, le même que celui qui l’avait vue mettre le nez dehors.

Cela a été des “psitt Delphine !” de Mrs Bibelot, alors que je montais l’escalier et ne pouvait percevoir que ce “psitt !” un peu louche. Cela a été Delphine et ma soeur chuchotant un peu alors que je revenais de me laver les mains. Cela a été mes articles de Canalblog passés en archives et Pulchérie même pas inquiète me disant qu’en une semaine ce serait résolu. D’ailleurs une copine à elle que je connais avait eu les mêmes soucis, je pouvais la contacter pour qu’elle me rassure. Cela a donc été une blogueuse prête à faire un gros mensonge par mail pour éteindre mes craintes puis fugitifs soupçons.

Cela a été comme une oreille qui frise un peu, une intuition générée par peut-être trop de sensibilité depuis quelques mois. Comme un baume sur le coeur, et l’envie de me laisser porter jusqu’au jour J.

Cela a été ma mère me programmant une jolie sortie pour le jour de mon anniversaire, un beau château à visiter, un restaurant à savourer, et que si que j’allais dormir chez mes parents la veille pour être certaine d’être bien réveillée à l’heure ?

On m’éloignait de chez moi, je le sentais bien, mais je ne savais pas pourquoi. Pour que je ne mette pas pendant un petit temps un oeil sur Internet ? Pour…

Cela a été meilleure amie m’annonçant sa venue pour le dimanche 11, m’intriguant quelque peu mais sans plus. Ma soeur proclamant que le samedi et le dimanche elle pioncerait, marre de cette vie de fou, trop de sorties. Cela a été Delphine hésitant à venir pour mon anniversaire et Pulchérie qui ne savait pas si elle pourrait.

Et voici donc votre sorcière débarquant chez ses parents le jeudi 8 mai. A-t-elle oublié quelque chose ? Ses médocs ? Sa chemise de nuit ? “tu es tellement distraite ma chérie !” (moi ????). Sorcière cogitant un peu. Surprise pour le samedi ou le dimanche ? Et si c’était mieux de ne pas savoir ? Si c’est samedi ou dimanche, pourquoi m’occuper un peu trop la veille et le jour J ?

Et voici son père à 19 H alors qu’elle revient de Fontainebleau, la sommant d’aller très vite chez elle. Il y a urgence mais pas grave.

Cadeaux ! Me voici chez moi un peu stupéfaite, après avoir cogité à mort pendant le court trajet.

Delphine radieuse mais si mais si, qui a tout déménagé pour que cela soit comme dans mes rêves, ayant eu des idées comme je n’en avais pas eues, et qui s’est coltiné un travail de déménageur vu les bibliothèques, la vaisselle et le reste dont une bonnetière qui pèse un âne mort. C’est tout joli chez moi, à revivre. Et fugitivement je songe à ce à quoi je n’avais pas pensé pour que cela soit ainsi. On se bloque sur des idées toutes faites, on n’imagine pas un meuble dans une autre pièce et pourtant cela change tout !

Pulchérie radieuse me transportant maintenant dans mon univers virtuel. Mon blog est tout beau tout neuf, et je sais quel travail cela lui a donné. Je suis vraiment chez moi partout maintenant, même si je vais chercher quelques affaires et quelques clics pendant plusieurs jours. Les messieurs des demoiselles sont hilares : l’un a remis de l’ordre dans mon ordi saccagé par Charles Hubert avec ses programmes pirates, l’autre se penche sur mon téléphone et les connexions TV.

Et puis la surprise du vendredi, alors que j’avais fugitivement pensé à une petite fête le samedi ou le dimanche : tous ceux que j’aime pour le soir même, dans un jardin fleurant bon les fleurs de printemps, au son des oiseaux aussi contents que moi. Une merveilleuse soirée étouffant la tristesse des derniers mois, des cadeaux choisis avec soin, un vrai anniversaire enfin !

Et ici, connus ou inconnus, venus me souhaiter cet anniversaire que j’imaginais si triste. A vous tous merci du fond du coeur !!!! Ainsi qu’à ceux que je vois peu mais auxquels je pense parce qu’ils sont loin, et qui m’ont adressé tous leurs voeux ce jour là via les mails dont on peut apprécier l’existence.

Merci mes filles pour l’organisation, les idées, la synchronisation, la logistique, ces beaux cadeaux, et tout l’amour de tous. Merci pour la peine que vous vous êtes donnée sans rechigner. Merci de m’avoir donné l’occasion de reprendre de l’énergie et du courage.

Merci à tous ceux qui ont fait de cette journée, une de celle que je ne pourrais jamais oublier.

Posté le 13 mai '08 par , dans Chroniques d'une vie ordinaire, Histoire de sorcière. Pas de commentaire.

Bon Anniversaire Gentille Sorcière !!

Voilou, c’est un de mes cadeaux d’anniversaire cette année, un blog tout neuf, sans pop up casino, chat coquin et autre, et sans feuille de style horrible canalblog, j’espère que tu apprécieras :)

Après avoir rapatrié toutes les archives de ton ancien blog, en passant manuellement en brouillon chacun de tes 600 et quelques posts (manip insupportable, j’ai mis 5 heures), j’ai bien cru que tu allais avoir une attaque en constatant qu’il te manquait des archives. J’espère que tu ne m’en voudras pas trop, mais rassures toi, tous tes billets sont bien au chaud ici, protégés, et enregistrés en backup :)

Et puis je crois que là, il y a des gens qui ont quelque chose à te dire dans les commentaires… Bon anniversaire ma p’tite mouthe.

Signé : ta méchante ;)

Posté le 9 mai '08 par , dans Chroniques d'une vie ordinaire. 94 Commentaires.

P comme Première fois…

CE POST, CONSACRE AU “DICTIONNAIRE D’UNE CIVILISATION TORDUE”, N’EST EN AUCUN CAS AUTOBIOGRAPHIQUE (CECI POUR LES MAUVAIS ESPRITS)

Premières fois inoubliables

  • Dans la voiture, dans le parc du château entre deux rondes du gardien de nuit

  • Dans la forêt, l’été, sur un nid de fourmis rouges

  • Debout dans le couloir de la cave après avoir vérifié que tout l’immeuble a bien rangé son vélo et le reste.

  • Dans la chambre de jeune homme du jeune homme qui précise « fais gaffe ma mère a le sommeil léger»

  • Dans notre chambre de jeune fille quand papa ronfle juste à coté avec des apnées du sommeil qui peuvent à tout moment faire croire qu’il est réveillé

  • Etre prise en traître par nos sens le jour où l’on a mis notre culotte « babar » et le soutien gorge qui ferme avec une épingle nourrice

  • Prendre l’air blasé de celle qui sait déjà tout, en se demandant secrètement si on a un vagin ou pas.

Premières fois pas racontables

  • Dans la voiture, dans le parc, entre deux rondes du gardien de nuit, mais le gardien de nuit qui fait des rondes surprises et le klaxon qui est coincé sur « marche » à mort

  • Dans le couloir de la cave quand on a vérifié que tout l’immeuble a bien rangé son vélo, MAIS le père Michu qui boit en douce et a sa planque dans la cave

Premières fois cauchemars :

  • Etre prise en traître par ses sens avec la culotte Babar et le soutien gorge mal fermé, successivement dans une voiture puis sur le seul nid de fourmis rouge du secteur (rapport au gardien de nuit) en s’obstinant à prendre l’air blasé avec un mec qui dit « fais moi tout mon amour » alors que non, décidément, on n’a pas de vagin.

On racontera 20 ans plus tard :

  • « Il s’est redressé en disant “merde”, a heurté le klaxon qui s’est coincé. Une lampe de poche m’a aveuglée : c’était le père Michu qui faisait sa ronde. Du coup on s’est installés sur la mousse. Quand j’ai dit « Aïe une fourmie” il s’est vexé”

  • Il s’est piqué le doigt avec l’épingle, a ricané en voyant mes Babars. Quand j’ai dit « Aïe » il m’a précisé qu’il n’avait pas d’épingle LUI

  • Sur un lit de fourmis rouge il m’a dit « fais moi tout », j’ai répondu « aïe aïe aïe »

Généralement la première fois est inoubliable. Pour eux également sans doute.

Le seul problème c’est que si les femmes racontent leur première fois, les hommes ne le font jamais. A leur naissance c’était déjà fait…

Posté le 7 mai '08 par , dans Dictionnaire d'une civilisation tordue. Pas de commentaire.

Décrypter les petites annonces…

EndoraQuand comme moi on consulte les petites annonces tous les jours (Waterloo morne plaine…), que l’on se renseigne surtout, on apprend à décrypter les dites petites annonces et à voir où sont les pièges.

  • Bonne gestion du stress nécessaire : vous allez bosser avec une bande d’emmerdeurs eux-mêmes stressés, dont vous deviendrez le puching ball, tout en gardant le sourire, nécessaire à la bonne cohésion de l’équipe. Je le sais j’ai donné chez Truchon sur la petite annonce duquel il y avait la même requête.

  • Savoir gérer les plannings est essentiel : les techniciens se bouffent le nez pour ne pas aller chez Trucmuche et vous allez devoir vous en mettre un à dos régulièrement, parce qu’il faut assurer l’après vente même chez Trucmuche.

  • Bonne orthaugraphe exigée : ça paraît effectivement nécessaire, sauf que le type corrigé, ne comprendra jamais que vous avez passé 4 heures sur 120 pages et trouvé 499 fautes. Il croit que vous avez glandé devant Internet.

  • Horaires : 39 heures sans récupération ou heures supplémentaires (pour un salaire de misère) : c’est un négrier, courage fuyez.

  • Vous aurez à gérer les notes de frais : avec une comptable sadique qui refuse de rembourser une bière un soir à l’hôtel. Vous ferez donc le tampon entre la comptable sadique et les techniciens, ingénieurs ou autres, qui la détestent de leur refuser une Kro quand ils sont en déplacement toute la semaine. L’ambiance se dessine déjà

  • Ambiance conviviale, voire familiale :  en famille on peut bosser 12 heures par jour. Et on ne s’engueule jamais plus qu’en famille dans certains cas…

  • Grande disponibilité exigée : faudra de temps à autre y aller le WE (toujours pour un salaire de misère), rester le soir jusqu’à 22 heures ou pointer à 6 H 30.

  • Petit standard à gérer : 200 appels par jour à filtrer, répartir, noter : vous aurez une crampe de l’écrivain à force de rédiger des post-it, et frôlerez l’otite purulente parce qu’on vous aura hurlé dessus via téléphone toute la journée.

  • Forte possibilités d’évolution : vous commencerez par faire juste du standard et de la frappe, puis vous ferez 8 heures de dactylo-magnéto par jour, puis vous vous mettrez au technique, puis vous vous mettrez à la sécurité, avec une augmentation de 15 euros par an. Enfin, un an sur deux…

C’est marrant, je viens de retrouver la petite annonce de Truchon datant de septembre 1998… Vous allez me dire que je suis timbrée, mais je l’ai scannée et je la lui ai envoyée avec commentaires…

Heu non, ce n’est pas marrant, la vie n’est qu’un long calvaire.

Posté le 5 mai '08 par , dans Coup de gueule. Pas de commentaire.

Mai 1968 Bis…

Demain 3 mai 2008, il y aura 40 ans que tout a commencé.

Comme on va nous rebattre les oreilles avec mai 1968 qui a 40 ans (quelle rhorreur que ces 40 ans !), je vous mets juste un petit lien sur le post que j’ai déjà édité sur le sujet. Pour le côté politique et social il y a des gens plus doués que moi pour vous en parler.

Mes souvenirs de petite fille de 10 ans sont donc .

Et je précise que si nous dinions à la bougie, c’est bien parce que l’heure d’été n’avait pas encore été inventée. Et NA !

Une sorcière têtue…

Posté le 2 mai '08 par , dans Chroniques d'une vie ordinaire. Pas de commentaire.