Bienvenue sur le blog de la Gentille sorcière.

Le retour de l'oral d'anglais

Epreuve d’anglais oral à passer à Versailles, au lycée Marie Curie (ou bien Pierre et Marie, je ne sais plus, sauf que c’est elle qui a vraiment découvert le radium).

Convocation à 8 H 30. J’arrive à l’heure grâce à la voiture de Jean Poirotte. Je passe la première assez décontractée et j’attends les copines dont une a la mauvaise idée d’avoir un nom commençant par V. C’est simple, on doit l’attendre jusqu’à 13 H 30 et on crève de faim (à 18 ans, on crève de faim à toutes les heures).

Nous voici donc parties pour la gare des chantiers en échangeant nos impressions. Nous arrivons à la gare en ayant nos impressions. Nous voyons que le prochain train pour Rambouillet est quai C, dans 1 minute, donc nous laissons nos impressions pour un court laps de temps.

Cavalcade dans les escaliers. Certaines vident un peu de leur stress et nous arrivons sur le quai en même temps qu’un train dans lequel nous montons sans réflexion.

“Tiens” dit Véronique quand le train démarre “Rambouillet c’est par là ?”.

Elle a raison, Rambouillet c’est dans l’autre sens. Nous descendons donc à la station suivante que couvre encore notre billet en maudissant notre hâte, car un autre train arrivait à Versailles, allant dans l’autre sens, pendant que nous montions avec trop de précipitations dans cet imbécile de train partant vers Paris.

Nous regardons bien le quai qui va nous permettre de rentrer chez nous et d’aller manger. Quai D. Nous nous y précipitons même si, vu l’heure, le prochain train va mettre 1/2 d’heure à arriver.

Nous échangeons à nouveau nos impressions sur ce fichu oral. Cela nous prend du temps. Nous voyons des trains passer à droite, et repasser à droite, sans sourciller : il était bien indiqué “quai D”.

18 ans, toute une insouciance, il nous faut un homme avec casquette qui ressemble à un chef de gare, pour nous tirer de nos considérations distinguées sur le bac et ses épreuves. Il est 15 H 30. Tout de même !

  • Il nous demande “ce que nous fichons là”.
  • Nous lui répondons poliment que nous attendons le train pour Rambouillet annoncé quai D
  • Il nous rétorque que le quai a changé depuis 1 H 1/2 voire plus, et que nous avons loupé 3 trains. Nous sommes ravies Thérèse !
  • Nous lui demandons pourquoi une annonce n’a pas été faite par micro
  • Il ne sait pas pourquoi, il est confusionné légèrement mais sans plus
  • Nous lui précisons notre situation précaire et que nous crevons de faim
  • La SNCFeu s’excuse et nous offre les sandwiches
  • Nous allons prendre possession des sandwiches pendant que le 4ème train passe quai A
  • Nous prenons le bon train, au bon quai, 1/2 d’heure après
  • Je rentre à la maison pour trouver Mrs Bibelot dans tous ses états : j’ai loupé mon épreuve d’anglais oral et du coup je me suis jetée sous le train, elle a vécu un véritable enfer

Je commence légèrement à le penser : la vie n’est qu’un long calvaire…

Posté le 19 juin '08 par , dans Histoire de sorcière.
Tags :

8 commentaires »

Comment par Louisianne
2008-06-19 13:27:16

Quelle insouciance en effet ! Et la pauvre maman à l’époque où les portables n’existaient pas !

 
Comment par ophise
2008-06-19 16:00:15

La Seuneuceufeu vous a payé des sandwichs ????? J’y crois pas !!!! Y’a pas à dire : c’était mieux avant hihi

 
Comment par Calpurnia
2008-06-19 17:44:11

Premières réponses en vrac (et peut-être les seuls vu l’abondance de commentaires…)

Louisianne : oui il y a des cas où je suis archi pour le portable… Quant à l’insouciance, oui un peu tout de même pour ne pas s’alarmer de ne pas voir de train arriver…

ophise : authentique. Car réellement lors de notre arrivée l’affichage précisait par erreur quai D. Nous étions là depuis 2 bonnes heures par leur faute (et à cause également de notre manque de curiosité.

 
Comment par Dom
2008-06-19 19:03:43

Je remarque qu’à l’époque les employés de la sncf s’inquiétaient des demoiselles en détresse, leur offrait sandwiches et cela, ma bonne dame, ça a bien changé.

Et le lycée, c’est bien Marie Cu.

 
Comment par Calpurnia
2008-06-19 19:09:39

Dom : il me semblait bien que c’était Marie Curie sans son Pierre (il m’a toujours agacée celui-là, c’est ELLE qui a découvert le radium…)

 
Comment par Marcus
2008-06-20 00:16:50

Louisianne : quand les portables n’existaient pas on décidait de quelque chose avant et ont s’y tenait ensuite, autant que possible.
Ça s’appelait l’organisation préalable et la parole donnée.
Désormais, avec ces fichus portables, enfants et parents sont entrés dans l’ère de la négociation différée. Je pense sincèrement que l’outil a une sérieuse influence négative sur le comportement et le fonctionnement des individus.
Perso, je n’ai pas de portable et je n’en veux pas.
Et s’il n’en restait qu’un à ne pas en avoir, et bien je serais celui-là.

 
Comment par Calpurnia
2008-06-20 11:07:58

Marcus : je suis bien d’accord avec toi. Je me suis résignée à avoir enfin un portable car je suis en recherche d’emploi. C’est pratique mais devrait plus servir à l’urgence que de manière trop régulière. Le “je t’appelle quand j’arrive” au lieu de l’ancien “j’arriverai à 15 H 15″ m’agace prodigieusement.

 
Comment par Louisianne
2008-06-20 11:29:55

@ Marcus : j’ai mis longtemps à m’y mettre, je n’en voulais pas non plus ! Mais mère solo, c’est ma vieille voisine qui m’a convaincue, pour pouvoir me prévenir au cas où, quand mes filles ont commencé à rentrer seules de cours !
Mais je suis bien d’accord avec toi, cela incite à la paresse (surtout les ado) : genre “maman tu veux pas regarder sur internet, l’heure du dernier train de banlieue ? maman tu viens me chercher, ya plus de bus, maman j’ai 20 mn de retard, attends moi à morne plaine dans ta voiture à te geler ! “

 
Nom (obligatoire)
E-mail (required - never shown publicly)
URL
Votre commentaire (smaller size | larger size)

RSS feed | Trackback URI