Bienvenue sur le blog de la Gentille sorcière.

Compte rendu du dimanche : la liste de Schindler

Pulchérie était en CM2. J’étais allée voir ce film avec mon copain du moment, Monsieur le toujours en retard en retard, dans des conditions qui ne m’avaient pas convenu du tout.

Et d’un, il était en retard, donc nous sommes rentrés les derniers pour nous retrouver assis au premier rang. Je déteste. Tout le monde déteste, c’est bien pourquoi on ne s’assied jamais au premier rang spontanément. Et de deux : c’était une VO sous-titrée. Là, au risque de faire hurler les puristes, je déteste la VO sous-titrée, même si avec une VO en anglais je m’en tire à peu près pour comprendre que les sous-titres c’est n’importe quoi. Je perds mon temps à lire les sous-titres en me disant que merde, nous avons le meilleur doublage du monde. Donc, je déteste la VO sous-titrée et les filles taisez-vous, vous ne me changerez pas, c’est trop tard, je la déteste depuis trop longtemps.

Je voulais donc revoir le film, dans de meilleures conditions pour moi. J’ai décidé arbitrairement que Pulchérie était en âge de découvrir certaines vérités, et que Delphine était trop jeune et trop sensible. Après consultation du maitre de Pulchérie qui devait pour la fête de fin d’année aborder le thème de la résistance via un poème d’Aragon, il s’est avéré qu’il aurait bien aimé emmener sa classe voir ce film mais que certains parents s’y opposaient violemment.

Je suis donc partie avec ma fille dans la voiture, abandonnant Delphine en larmes qui braillait que nous allions bien nous amuser et elle paaaaas ! Mrs Bibelot devait pourtant l’emmener manger une glace et s’acheter un joli chemisier…

Dans la voiture j’ai expliqué à Pulchérie les dessous les plus sombres de l’histoire, sans oublier le côté “argent” dont il est souvent question dans le film. Et je lui ai dit qu’au fur et à mesure, je lui dirais qui s’en sortait ou non, pour lui éviter de trop grandes angoisses, car le film est flippant.

Ce que j’avais apprécié et que j’apprécie toujours, c’est qu’au départ, le personnage d’Oskar Schindler n’est pas sympathique. C’est un profiteur de guerre, qui va s’humaniser au fur et à mesure, révélant le meilleur qu’il peut y avoir en nous, alors que Goethe ne montre que le pire de l’homme, tout en restant humain malgré tout, au travers de son attirance pour une juive, un personnage plein de contradictions.

Dès le début du film, Pulchérie me tenait très fort la main. Je la sentais se crisper, et de temps à autre, devant un personnage je pouvais lui dire “il/elle s’en sortira”.

Elle a compris pourquoi la petite fille en manteau rouge, la seule couleur du film, m’avait fait penser à ma petite soeur, à sa tatie. Cela m’avait frappé la première fois. Cette petite fille m’avait évoqué ma soeur avec ses jolies boucles, son air perdu quand on massacre autour d’elle. Cela aurait pu être elle, toute sa famille ayant déjà disparu. Et la liquidation du ghetto a de quoi faire trembler, parce que là, malgré ceux que l’on suit et qui vont s’en sortir, il y a tous les morts bien visibles, surtout sur grand écran (la scène perd de son intensité sur petit écran)

Malgré mon avertissement, quand le convoi des femmes est dirigé sur Auschwitz, qu’elles ne seront pas gazées, mais repartiront indemnes, j’ai senti ma fille tétanisée, souffle coupé, au moment où elles entrent dans la salle de douche pour “désinfection”, au moment où leur peur est palpable. Elle m’a planté ses ongles qu’elle ne rongeait plus dans ma main à moi, et a vécu, je l’ai bien senti, l’horreur que cela avait du être quand ce n’était pas une douche réelle. Elle n’a pas compris pourquoi les Kapo voulaient retenir les enfants qui repartaient, au son du toujours “comment peut-on vouloir la mort de petits enfants ?”.

Et puis à la fin, quand Schindler pleure tout à coup qu’il aurait pu en sauver plus, qu’il avait gaspillé trop d’argent qui représentait des vies, elle a versé toutes les larmes de son corps, parce que c’était trop beau, pour ne pas s’arrêter quand les survivants suivis des acteurs qui les ont représentés dans le film, viennent déposer sur la tombe de leur sauveur, chacun une petite pierre.

Nous sommes rentrées, elle silencieuse et pensive, sans trop de questions que j’avais devancées. A sa soeur qui l’enviait elle a précisé “tu parles comme je me suis amusée” ! Elle s’en souvient encore, et ce n’est pas pour rien qu’elle a une fois de plus levé la main pour répondre “présente”, afin de réciter à la fête de l’école “celui qui croyait au ciel et celui qui n’y croyait pas”. Déjà qu’elle avait déposé une gerbe ronde le jour du 11 novembre en sacrifiant une grasse matinée…

Delphine a attendu pour voir ce film. Aujourd’hui encore, je vous parie mon thé du matin pour 8 semaines, qu’au moment où Schindler s’écroule en pleurant, elle sera répandue sur le canapé, en inondant la moquette… Comme j’en fais autant, je ne critique pas…

De temps à autre tout de même, je m’en veux de les avoir traumatisées…

Posté le 20 juillet '08 par , dans Histoire de sorcière.
Tags : , , , ,

Commentaires »

Comment par Camille
2008-07-20 13:55:19

Bonjour…
je suis ton blog depuis quelques temps déjà, sans laisser de commentaire, mais là, ce texte est vraiment trop beau, je trouve, pour ne pas laisser un petit mot…
Ce film m’a bouleversée aussi, pourtant, je ‘lai vu quand j’avais 17 ou 18 ans, mais je m’en suis jamais remise, je crois!
C’est le genre de film qui fait que, dans un vie, on a un “avant Liste de Schindler” et un après….

 
Comment par Erwan
2008-07-20 18:33:33

Je dois dire que mes parents m’ont un peu ‘traumatisé’ dès 8 ans comme tu l’as fait avec ta fille, mais je pense que c’est mieux que ces gens qui ne connaissent rien à cette barbarie, et qui ne trouvent pas choquant les propos de certaines personnes publiques.

C’est certain, un enfant peut être choqué par ça. Mais si ça le rend plus réceptif à la douleur et à la peine du monde, et plus enclin à s’insurger contre ça, où est le mal?

 
 
Comment par shalima
2008-07-20 22:39:28

Ce film, je l’ai vu à la télé. En 2 fois. Je n’ai pas pu le voir d’une traite, impossible. Mais impossible aussi de le laisser en plan.
Celui qui m’a le plus marqué, c’est Shoah, vu avec ma mère je devais avoir 15 ans. Je n’en ai pas dormi de la nuit.

 
Comment par Bleck
2008-07-20 23:32:11

“De temps à autre, je m’en veux tout de même de les avoir traumatisées…”

– Mais non ça leur fait pas de mal à ces gnomes, nous le mercredi matin on les réveillait réguliérement avec Shining et puis parfois et par surprise L’exorciste en boucle juste avant le coucher… C’est pour ça “La liste” comme une lettre à la poste, ça ne leur à fait ni chaud ni froid… L’ainé travaille maintenant aux abattoirs et le plus jeune est taxidermiste (la nuit) le jour il a un bon job dans une clinique gériatrique.

Bleck

 
Comment par Pam
2008-07-21 09:59:43

Je trouve ça génial de la part d’une maman d’accompagner ses enfants face à des vérités dures comme celle de l’holocauste.
Personnellement, je fais partie de ces enfants à qui les parents n’ont jamais rien dit sur les horreurs de la vie, et j’aurais préféré le contraire. Parce que découvrir ce genre de choses toute seule, c’est dur, c’est très dur, on ne comprend pas forcément. J’aurais aimé avoir une main à serrer pendant le visionnage de ce film, par exemple…
Tes filles ont de la chance de t’avoir ;)
(et vice-versa je pense, non ? héhé)

 
Comment par Louisianne
2008-07-21 10:14:18

Pour les films en VO je t’en serre 5 parce que j’ai horreur de ça aussi, quitte à passer pour une illetrée (ça fait intello de voir les films en VO !)
Je n’ai pas vu ce film. J’ai vu beaucoup de films ou série sur le sujet, Holocauste, Sobibor, Le choix de Sophie, La vie est belle. J’ai lu aussi beaucoup de livres. Mais je suis trop sensible et j’ai décidé d’arrêter de me faire du mal.
Je ne pense que tu aies traumatisé tes filles. Moi aussi j’ai voulu qu’elles voient certain films, et puis c’est bien d’en parler avec ses parents. C’est mieux que ce que souhaitait faire le petit Nicolas dans les écoles non ?

 
Comment par Calpurnia
2008-07-21 10:38:20

Réponses en vrac :

Camille : bienvenue ici. En fait il y a un “avant” et un “après” certaines vérités très dures, et après on n’est plus jamais le même…

Erwan : j’ai toujours pensé que l’éducation c’était cela aussi… rendre réceptif à ce qui ne va pas dans le monde !

Marcus : l’image de la fin…

shalima : je n’ai pas vu Shoah. Maintenant j’ai de plus en plus de mal à voir certains films très durs…

Bleck : je ne voulais pas que cela ne leur fasse ni chaud ni froid. S’endurcir de trop n’est peut-être pas la meilleure solution !

Pam : j’ai découvert cette réalité là en 5ème, cette année là, les profs d’histoire devaient nous en parler. Le mien avait apporté un livre avec des photos atroces, je ai fait des cauchemars pendant des semaines… J’aurais préféré être préparée…

Louisianne : j’ai vu les autres films et “le choix de Sophie” m’a laissé un atroce souvenir. Au moins pour la liste de Schindler on peut se dire qu’il a sauvé 1200 personnes. C’est immense !

 
Nom (obligatoire)
E-mail (required - never shown publicly)
URL
Votre commentaire (smaller size | larger size)

RSS feed | Trackback URI