Petit mode d'emploi à l'usage des inconscients…

Bon les hommes, l’heure est grave, il me faut dare dare vous donner un petit lexique afin que vous puissiez comprendre votre chère moitié, votre petite amie, votre meuf, votre fille et même, pourquoi pas : votre mère.

La femme est subtile et vous prenez tout au premier degré, c’est insupportable. Vos réponses tombent toujours à plat ou déclenchent un séisme de force 18 sur l’échelle de Richter (qu’est-ce que j’ai diiiit ?). Pour l’échelle de Richter, allez donc plancher un peu pour savoir quel est le maximum et vous comprendrez pourquoi un lexique vous est utile.

« Je n’ai rien à me mettre » dit la créature désespérée devant 5 armoires ou placards ouverts, 352 paires de chaussures, autant de bottes, ceintures, foulards, châles islamiques. La vérité est qu’elle ne sait pas quoi mettre. Elle en a de trop. Mais la tête sur le billot, elle ne l’avouera jamais et vous n’allez pas, pauvre malade, débile, téméraire ET inconscient, le lui faire remarquer.

Pour répondre comme il faut, il vous faut faire un petit effort. Si, si, ne me remerciez pas, c’est gratuit et bénissez moi plutôt. Notez bien quelque part le jour où elle s’est trouvée divine avec la robe rouge et jaune à petits pois, le sarouel orange et la tunique hippie, que vous n’étiez pas d’accord sans le dire (vous avez tout compris, c’est bien). Donc devant son « je n’ai rien à me mettre », rétorquez de l’air de celui qui a tout compris « et ta robe rouge et jaune à petits pois ? ». Ca va la scier, vous aurez la paix jusqu’au lendemain, et le temps d’inventorier le RIEN pour le lui ressortir en cas de crise (c’est comme le palu, ça revient souvent). Genre « moi je t’adore avec ton jean truc et le Tshirt assorti », etc… C’est faux derche à mort, mais la paix a son prix. Soyez prévenu toutefois que toutes vos suggestions seront mauvaises, mais au moins vous donnez l’impression de participer…

« Je suis moche AUJOURD’HUI ! » sanglote la même créature. Là il faut être plus subtil qu’elle, même si c’est difficile, après tout, l’homme a pu marcher sur la lune n’est-ce pas ?

Donc lui répondre « ah je n’ai rien remarqué », est immédiatement interprété par « tu es moche tous les jours de toutes manières » et c’est à proscrire ABSOLUMENT. Même si vous pensez qu’en fait elle est toujours divine et qu’aujourd’hui ou hier… N’oubliez jamais qu’elle regarde cernes, poils folâtres, et autres, avec un MIROIR GROSSISSANT. Faites le test pour comprendre son calvaire, en évitant d’aller la voir en pleurnichant que vos poils de barbe sont trop visibles, ça la ferait trop rigoler…

Répondez avec une réelle FRANCHISE « moche ? Hmmmm, je n’irai pas jusque là, mais tu as une TOUTE petite mine ! C’est vraiment parce que tu me l’as fait remarquer, mais bon… J’aime bien quand tu as une TOUTE petite mine mon trésor en sucre adoré, tu te souviens d’hier soir ? Quoi rien hier soir ? Mais tu t’es beaucoup agitée cette nuit (ne jamais prononcer le verbe RONFLER) ma puce, donc tu as mal dormi ». Le « je t’aime » n’est jamais superflu et évitez de rajouter « malgré tout » sous peine de… Vous m’avez comprise.

La créature questionne après avoir batifolé devant son rien à se mettre pendant 1 heure. Vient la question fatale : « Comment tu me trouves comme ça ? » « Je mets la rouge ou la bleue à petits pois jaunes ? ». NE JAMAIS REPONDRE FRANCHEMENT, VOUS AUREZ TOUT FAUX. Elle se pose la question à elle-même, donc une réponse trop franche va la disturber. Evitez le « tout te va de toutes manières » trop faux cul qui va vous embarquez dans une intéressante conversation rapport à : « tu as vu ma tronche en vert pomme ? des explications, j’attends, et les copains attendront aussi… ». Rappelez lui ou apprenez lui que vous êtes daltonien, ou que les hommes déterminent moitié moins bien les couleurs que les femmes (ce qui est exact). Comme vous en êtes conscient, vous vous en rendez à son jugement. A tel point d’ailleurs que vous lui laissez choisir votre chemise (le coup des couleurs est tout à fait réel…)

Un soir de blues, la créature vous pose la question fatale : « tu serais malheureux si je mourrais ? ». Quelque soit votre avis réel sur la question (idiote j’en conviens), la seule réponse est « OUI ! JE NE POURRAIS PAS M’EN REMETTRE ». Après vous pouvez rajouter que vous ne pourriez pas vivre sans elle, que vous iriez vous ouvrir les veines sur sa dalle funéraire. Evitez tout de même de préciser que c’est parce ce qu’elle est la seule à faire des pâtes à la carbonara dignes de ce nom, ça gâcherait la déclaration…

Idem pour votre mère qui déclare « tu as une petite mine mon trésor… », répondez immédiatement, la réplique est toute prête, que vous avez été malade la nuit dernière parce que vous avez terminé EN DOUCE tout le ragoût que votre petite femme vous avait fait. Car la mère parfois (souvent) pense que la créature affame son fils… Evitez à tout prix d’évoquer une biture grave (mauvaise influence), des nuits blanches (faute à la créature évidemment) ou des sushis pas frais (la créature nourrit mon fils n’importe comment). Parler de votre travail de malade et de votre patron sadique ne vous avancera à rien : il vous faut protéger la créature des attaques de votre génitrice. Et évitez surtout de ne pas répondre, sinon vous n’êtes pas sorti de l’auberge (espagnole)

Si vous voulez d’autres précisions, genre « je fais quoi quand elle a des contractions depuis 1 H et qu’elle me demande de l’achever ? », n’hésitez pas, je suis là…

Car je le sais moi, que la vie n’est qu’un long calvaire…

0 réponse sur “Petit mode d'emploi à l'usage des inconscients…”

  1. Prems !

    Si je peux me permettre : à la question « tu m’as déjà trompée » la seule et unique réponse possible est « JAMAIS ! » et vous vous y tenez (vrai ou faux) jusqu’à votre lit de mort svp. N’avouez jamais !

  2. ophise (chouette un commentaire ! ma reconnaissance éternelle) : ça c’est le conseil que je ne donne pas justement au cas où de réels rats viennent lire ce blog 🙂 Mais c’est évident. Et quand tu dis « jusqu’à votre lit de mort » tu n’est pas assez précise : ils doivent emporter ce secret dans leur tombe…

  3. L’échelle de Richter elle est ouverte, mais 18 ca fait beaucoup quand même, le plus gros mesuré tremblement de terre mesuré c’était 9,5…

  4. Petite suggestion personnelle (et pas du tout orientée) :

    Au fatidique « j’ai rien à me mettre » que mademoiselle braille devant son armoire, suggérez lui d’aller ENSEMBLE faire les boutiques samedi prochain pour lui dégoter une ou deux nouvelles jolies tenues.
    Elle en restera baba !!!

    (bah quoi ? Evidemment, que je prêche pour ma paroisse, je suis pas neuneu !)

  5. Réponses en vrac !

    JR : je sais. C’est pourquoi j’ai parlé de 18… Dans certains cas cela semble réaliste…

    Katia : heu… Ca me paraît risqué pour la malheureuse qui va se traîner un martyr du shopping pendant de longues heures…

    Caju : ah le long désert sans mec pour nous emmerder :-)))

    macaron : répondre d’une voix suave « le principal est que tu n’aies rien ma chérie. Cela aurait pu m’arriver à moi aussi, il est statistiquement prouvé que les hommes cassent plus de voitures que les femmes ». C’est vrai et donc, irréprochable…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *