Le restau sur les champs… (2)

Nous n’avions particulièrement pas prévu que Pulchérie, munie de son CD de Ace of Base et ayant digéré sa glace, n’avait qu’une hâte : rentrer. Exit le restaurant, notre vrai plaisir du jour avec ma mère. Elle s’en foutait complètement du restaurant. Delphine moins, qui n’avait pas décidé de faire limite anorexique.

Elle a commencé (Pulchérie bien sûr) à chipoter devant les menus que nous contemplions avec toujours l’idée d’aller chez Lééééonnn. Là elle a carrément crisé car :

  • Ces salauds cuisinent le lapin avec de la bièèèèère

  • J’aime paaaaaas les moules

  • Et j’aime paaaaaaas les frites

  • Le reste Beuuuuurk… Etc…

Elle nous a fait un caca nerveux sur le trottoir. Tentation de la baffe à lui dévisser la tête, mais devant le public qu’il peut y avoir sur les Champs, ça la fout mal (de quoi se mêlent les autres, je vous le demande, une claque n’a jamais tué personne). Elle le sentait parfaitement et en a rajouté une couche pour nous trouver LE restaurant idéal (pour elle).

Nous y sommes rentrées non convaincues. Un restau sur les Champs qui n’a pas un péquin à table à 19 H 30, c’est forcément louche. Nous ignorions débuter une grande aventure culinaire et que les aventuriers n’ont que ce qu’ils méritent : des merdes en général et seulement, parfois la gloire (je vous rappelle que Christophe Colomb cherchait les Indes et ne les a pas trouvées, et que du coup on ne lui a accordé que la Colombie, ce qui est consternavrant). (Comme toujours je m’égare)

Une superbe blonde à l’entrée, trônant derrière son téléphone et sa caisse, nous a demandé si nous venions dîner. Bonne question vu l’heure. Elle faisait très distinguée, jusqu’à ce que nous l’entendions décrocher son téléphone.

  • Ouais, l’Elysée Marrant j’écoute

  • Ouais, c’est pour dîner ?

  • OK je note, s’lut ! M’ouais, c’est noté.

Dommage, je ne peux pas vous retransmettre le ton. Sachez toutefois qu’Arletty avec son atmosphère, à côté d’elle, faisait très distinguée…

Nous commandons, Pulchérie ayant l’ordre de se décider rapidement vu qu’elle nous a entraînées dans un piège. Ma mère et moi commençons à nous demander pourquoi on ne lui a pas flanqué une baffe à lui dévisser la tête devant tout le monde, pour aller chez Lééééonnnn ! (Pulchérie on va chez Léon, c’est comme ça et pas autrement, ah mais !)

  • Première arrivée de plat : premier loupé, ce n’est pas ce que Mrs Bibelot a commandé. Le serveur l’air aigre, vérifie et confirme : ils se sont trompés de table (quelle autre table a du monde ?). Elle ne veut pas manger son plat quand même (aucune excuse) ? Non ? Quelle emmerdeuse (il l’a pensé tellement fort qu’on l’a entendu)

  • Arrive mon plat alors que les filles ont pris le menu enfant (je vous rappelle qu’elles détestaient le steack haché et les frites, et ont donc pris jambon grillé/purée c’est top à payer au restaurant). Moi j’ai pris des coquilles Saint Jacques. J’adore, normalement. Mais là, elles baignent dans une sorte de gelée suspecte. Pendant que Mrs Bibelot attend sa langue sauce piquante en lieu et place de la cervelle aux épinards précédemment apportée, nous testons mon plat. Elle trouve : c’est du riz qui a cuit dans la sauce et pris cette consistance gélatineuse. Ma mère est le Dr House de la cuisine.

  • Aimable, comme toujours, mais toujours prête à déraper dans le style emmerdeuse qui tue, j’appelle le serveur qui me confirme : c’est bien du riz qui, au lieu d’être présenté à part, est cuit directement dans la sauce avec le reste. Il me précise fièrement « c’est une spécialité du chef »

  • Et moi toujours aimable, je lui rétorque « et bien le chef ferait bien de changer de spécialité » (je sais que les filles s’en souviennent…).

  • J’ai commandé des coquilles St Jacques, j’ai eu des coquilles St Jaques, de quoi puis-je me plaindre ? On se le demande car :
  • Mrs Bibelot renonce à faire changer les rognons apportés en lieu et place de sa langue sauce piquante (ça tombe bien, elle aime les rognons) depuis le temps qu’elle attend. Mais on ne va pas faire tous les plats non plus…

  • Delphine pas du tout difficile, renâcle devant son jambon grillé/purée, ce qui est un comble car c’est son plat préféré. Pulchérie la boucle. On en profite, c’est tellement rare. Elle doit sentir venir le coup de Sirroccccco qui l’attend dans la voiture… Du coup elle avale le jambon et la purée et se dévoue pour terminer celui de sa soeur (quelle abnégation !)

  • Pour le dessert, elles n’ont plus faim. Elles veulent bien une glace, mais alors une boule seulement alors que 3 sont prévues par coupe. Je demande si l’on peut servir une boule à chacune et compter juste un dessert. On me répond sèchement « ouiiiiiii »

  • Mrs Bibelot et moi ne prenons rien, non merci, j’ai le riz gélatineux qui me plombe l’estomac et elle, commence à se débattre avec ses rognons. Il y a des luttes de ce genre qui peuvent perdurer plusieurs jours. Le garçon insiste, du coup nos précisions ne le satisfont pas.

  • La jolie blonde répond toujours au téléphone, de plus en plus mal aimable et de plus en plus mal embouchée. Le restaurant est complet, elle ne peut prendre personne (????)

  • L’addition arrive. Moment historique. J’arrive à faire rayer pour Mrs Bibelot « langue sauce piquante + rognons » et je rouspète pour les desserts. Pour chaque fille on a compté un dessert complet (donc 6 boules au lieu de 2). On m’a rajouté des cafés non bus et pour moi un supplément pour le riz.

  • J’arrive à faire descendre l’addition en menaçant de faire un scandale. Delphine est toute pâle (pas de scandale, pas de scandale… petite mère)

  • De guerre lasse, je paye, et nous quittons cet endroit maudit où nous avons si mal mangé, pour si cher.

  • Et Pulchérie se prend le coup de Sirrrroccco dans la voiture.

  • Son grand père nous demandera le lendemain pourquoi nous ne lui avons pas flanqué une claque à lui dévisser la tête avant de rentrer chez Léééonnnnn (2 fois moins cher en prenant la totale et nous savons que nous nous serions régalée, enfin moi la fois où je suis allée chez Léon, je me suis régalée)

Bonne question…

On ne flanque pas une claque à une emmerdeuse sur les champs Elysées…

Car la vie n’est qu’un long calvaire…

0 réponse sur “Le restau sur les champs… (2)”

  1. Ok, j’admets que ma pire expérience chez un Léon (cafard par terre, moules pas cuites et frites trop salées ET froides) n’était rien à côté de ça…

  2. Ah non ! Pas bien, les claques !

    Et une ENORME fessée cul nue ? 😉
    Mais tu tiens ta vengeance, maintenant : raconte cette histoire à toutes ses relations 😀 Pour te faire taire, elle sera obligée de te le payer, Léon 😉

  3. Ha ha tu t’es trompée, pour le plat de Mrs bibelot c’était bien meilleur que ça : comme ils n’avaient plus du plat qu’elle avait commandé, ils lui ont donné celui qui était juste après sur le menu !
    Bien plus gonflé…

  4. Ce genre d’aventures ne nous arrivera plus (j’espère…). Combien de fois sommes nous partis, le nez au vent pour choisir un resto et d’être tombé sur… ce genre de choses.
    Il n’y a plus qu’à espérer que ça n’arrive plus 😉

  5. Réponses en vrac !

    Plume Vive : je suis allée une fois chez le Léon pas loin de chez moi, et je me suis régalée !

    Louisianne : oui, maintenant c’est Pulchérie et Delphine qui connaissent les bons plans à Paris !

    Molivabelle : l’année suivante, plein à craquer, visiblement changement de propriétaire…

    Manou : c’est exactement ce que l’on a pensé. On en parle encore…

    alphabet : une claque n’a jamais tué personne… C’est vrai qu’elle me doit un Léon, maintenant qu’elle est grande…

    Ma méchante : tiens, te voilà ! J’avais zappé pour le plat de Mrs Bibelot, mais ils lui ont bel et bien amené 2 mauvais plats… C’est vrai que le coup du « suivant sur la carte » sans venir dire « nous n’en avons plus, que désirez vous ? » c’était gonflé…

    Dom : j’y ai mangé une fois et c’était vraiment délicieux. Sinon hein ? des baffes !

    Esther : il faut dire qu’un restaurant vide, sur les champs, à cette époque de l’année, c’était franchement louche…. Je suis toujours sceptique devant les restaurants vides à certaines heures…

  6. Réponses en vrac !

    Dom : j’adore les salsifis, mais sauf qu’ils me déclenchent comme des contractions comme quand on accouche. Alors j’y ai renoncé (parce qu’avec du poulet rôti, c’est également délicieux…). Quand je le dis que la vie n’est qu’un long calvaire…

    Vladyk : sauf que là, nous sortions les filles pour voir les illuminations sur les champs Elysées (entre autre…) Mais la vie n’est qu’un long calvaire…

  7. C’est complètement dingue !
    Ce sont des malfaiteurs ces gens là.
    T’imagines l’image désastreuse que ça peut laisser aux touristes étrangers.
    Je vais te dire Calpurnia, c’est plus grave que de voir siffler La Marseillaise au stade de France, tiens !

  8. Heu…
    Je voulais dire, « Ce genre d’aventures ne VOUS arrivera plus (j’espère…). »
    … Je m’étonne pas mon égocentrisme… HemHem…

  9. Réponses en vrac !

    Désolée, je passais une bonne soirée avec une blogueuse amie…

    Estel : succulent, le terme est TRES APPROPRIE ! Bravo ! :-))

    Marcus : pas fous les étrangers, il n’y en avait pas. Sinon perso, je n’aime pas entendre siffler la Marseillaise. Je n’ai pas assisté à la séance au stade de France, mais je l’ai vécu en Italie lors de la coupe d’Europe. Cela ne me viendrait pas à l’esprit de siffler un hymne national qui représente toujours pour nous quelque chose.

    Marie-Christine : je veux bien que tu me l’emprunte mais sans excès, car c’est une expression à moi, qui remporte toujours un certain succès…

    Esther : pas grave. Comme ici on se tutoie d’ordinaire, j’ai pensé que tu parlais de ton homme et toi 🙂

  10. Un jour, si t’es sage, je te raconterai une histoire de frites de quand j’étais petite dans un retaurant très classe de La Rochelle (le restaurateur n’a rien à se reprocher, mais la vie de mes parents a été un mini calvaire)

  11. Je tombe sur ton blog en dérivant de clic en clic.. je lis cette note sans trop y croire (à moitié avachie et presque ronflante) et là bonheur des bonheurs…..je suis MOOOOOOOOOOOORTE de rire died tu m’as éclaté…..excuses-moi et surtout ne me dévisses pas la tête°°°°….excellentissime blog (je n’ai pas tout lu..ce soir je n’ai pas le temps mais je repasse très vite..trop bon vraiment!!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *