Le pôle emploi ou : comment se faire truander par l'Etat.

L’Etat c’est nous paraît-il. Je ne me sens pas concernée c’est curieux.

Donc j’ai fait connaissance avec le pôle emploi. Les mêmes locaux séparés, du personnel un peu perdu par contre, et j’ai eu affaire à deux personnes réellement charmantes, qui ne m’ont pas caché que les structures peinaient à suivre.  Ceci exception étant faite de l’hôtesse d’accueil côté assedics toujours aussi désagréable et à qui un monsieur lui a fait remarquer que si elle se retrouvait sans boulot, cela ne lui ferait pas de mal. Des années qu’elle sévit celle-ci. Faudra que j’en parle…

Au pôle emploi-assedic : inscription prise en compte dès le 19 février dernier, car la jeune femme a parfaitement compris mon problème de connexion internet et serveur téléphonique (elle doit entendre cela toute la journée), et décrété que du coup j’étais inscrite depuis le 18 février et non pas le 2 mars. Changement par rapport à mon inscription de décembre 2007, elle m’a demandé « que s’est-il passé ? », malgré les papiers du patron causant juste CDD. J’ai pu me lâcher un peu, et elle a soupiré.

« Ras le bol m’a-t-elle dit, d’entendre des histoires comme les vôtres, de voir chaque jour des gens révoltés et découragés ».

Car cerise sur le gâteau, elle a calculé mes droits par rapport à mon dernier emploi, avec mes droits précédents :

Tenez-vous bien :

  • En décembre 2007, j’avais droit à 35,45 Euros par jour sur une durée de 700 jours (moins de 50 ans, mon patron y avait veillé).
  • En février 2009 j’ai droit à 34, 75 Euros par jour (mais pendant 36 mois). C’est moins qu’avant, donc ils sont dans l’obligation de reprendre mes anciens droits.
  • Sauf que ces anciens droits, c’était 700 jours et que cela ne change pas. On ne peut pas m’accorder mes anciens droits sur les 36 mois auxquels j’ai droit avec mes 50 ans passés. Pour 70 cents de différence, je n’ai même pas le droit d’exiger mes nouveaux droits.

Ne pas mordre surtout. Elle avait l’air réellement navrée. Elle a recommencé les comptes plusieurs fois, et là j’ai vu la tête de mon patron tournoyer au plafond : la prime qu’il m’avait promis et qu’il a réduite de moitié, m’aurait réellement sortie de cette nouvelle ornière, à 100 Euros près. J’ai bien vu qu’elle hésitait. Pour si peu, pouvait-elle se permettre une faute de frappe ? Elle m’a juste demandé si j’étais certaine de la dernière paye, puisqu’il y avait eu une prime de résultat. Le patron ne s’était-il pas trompé ? Sous-entendu « arrangement possible ? ». Bref, je l’ai remerciée et je suis préparée pour mon RV avec le conseiller pôle emploi-ANPE prévu au départ tout de suite derrière, mais reporté à l’après midi pour une raison indépendante de la volonté de tout le monde. 2 allers et retours à Rambouillet dans une même journée, ce n’est pas énorme, c’est juste très chiant. Et la raison indépendante de leur volonté c’est un homme en fin de droit, qui a décidé de péter la gueule à la conseillère ANPE qui ne fait pas les lois et fait avec les annonces qu’elle a. Et là, vous devez le savoir : je suis totalement contre péter la gueule à cette pauvre fille qui ne m’annonce pas que je dois aller dans un cabinet de consultants…

Jeune femme charmante là encore, me demandant de lui raconter un peu pourquoi j’avais l’air si triste (Moi ?). C’est la question à poser à une personne qui a une boule dans la gorge, mais elle était équipée : elle m’a tendu une boîte de kleenex. On se croirait chez le psy…

Après elle a actualisé mon CV, et nous avons regardé ensemble les petites annonces. Elle était la première à soupirer devant les exigences du patronat « secrétaire bilingue, et blabla et blablabla, 40 H, et gnagnagna : 1300 Euros brut par mois ».

« Il va savoir que cela cesse m’a-t-elle dit. Plus ils en demandent, moins ils payent, c’est scandaleux ! et nous n’arrivons pas à les raisonner ».

Elle a estimé que j’étais très capable de rechercher toute seule comme une grande, sans cabinet de consultants « ah, ceux-là, tout le monde m’en dit du mal ! mais quand le logiciel les désigne comme conseillers, nous ne pouvons rien faire ! Vous trouvez cela normal ? ».

Nous étions d’accord. Elle m’a offert un thé, car j’avais comme en décembre 2007, la gorge nouée. Elle m’a tout de même au cours de la recherche de petites annonces (c’est le néant horrible), fait sans le vouloir, un compliment : « 50 ans ? Je n’aurais jamais cru ».

Je n’ai pas mentionné mon âge sur mon CV, mais bon, vu l’âge que j’avais quand j’ai eu mon dernier diplôme, on ne peut que voir que je ne suis pas un perdreau de l’année…

La différence par rapport à décembre 2007 : des personnes désormais confrontées au côté « sous » et « recherche vaine » donc : découragement. Des personnes plus humaines, désemparées elles aussi. Peut-être est-ce voulu… Qu’elles soient désemparées ne me dérange pas : cela les rend humaines enfin.

Mais bon, qui ne risquent pas de perdre leur emploi, on est d’accord. Et les 70 cents qui m’ôtent mes droit à 36 mois d’indemnisation, même si je souhaite de tout coeur retrouver un emploi bien avant, cette petite assurance sur l’avenir qui me passe sous le nez, et bien, je l’ai carrément en travers.

Et 70 cents en travers de la gorge, ça ne va pas arranger mon angine qui allait mieux… Celui qui m’a suggéré que mon angine était peut-être dû à ce que j’avais en travers de la gorge, avait sans doute raison.

D’où ma question au Dr Acromion : comment le microbe mute-t-il quand on ne va pas bien ?

Il me remercie de repasser dans 2 ans. Il étudie trop de chose à la fois, et là c’est la question piège. Il sait pourquoi on en « a plein le dos », « pas les épaules pour »,  » plein le ventre ». Mais l’angine on ne la lui avait jamais faite et donc, il sèche…

Quand je le dis QUE LA VIE N’EST Qu’UN LONG CALVAIRE !

Et qu’en plus le parcmètre ne vous oublie pas avec le SCRATCH 5 minutes de passées : PV.

Même si on a mis un petit post-it « Assedics ». L’Etat (c’est moi) n’aura jamais pitié ?

Un petit geste de l’état (c’est moi), ce serait le truc à mettre sur le pare brise, parce que l’on est chômeur, aux alentours des assedics et de l’anpe, pas au supermarché. C’est rêver tout debout… Mais bon, juste le droit de se garer sans payer.

C’est peu, mais cela peut empêcher une révolution qui couve…

18 réponses sur “Le pôle emploi ou : comment se faire truander par l'Etat.”

  1. C’est bien triste tout cela ! Tiens moi j’ai eu un coup de fil d’un employé du pôle emploi paumé qui n’a aucune information sur les aides à la formation !
    Secrétaire bilingue 1300 euros, ben voyons !
    Allez Courage, tu vas t’en sortir !

  2. Du coup, le 19 mars, vous êtes dans la rue vous aussi 😀 ? Pour montrer à celui qui ne voit pas, et qui a une rolex parce qu’il n’a pas raté sa vie, lui ;), qu’il y en a marre ?

    Bon, je ne pense pas que vous vous souveniez de moi (dans le cas contraire, si vous pouviez me donner votre recette pour avoir votre mémoire, je vous serais (heu serai ? pffff, vivement que ma fille révise ses temps, ça me permet d’éviter la faute pendant quelques mois …) éternellement reconnaissante). Je suis la pénible qui vous a malencontreusement et totalement involontairement coupé l’herbe sous les pieds suite à votre poste sur les assistantes maternelles (les nounous, quoi !). Depuis, j’attends piteusement la suite promise 🙁

    Bonne journée sous le soleil !

  3. Sourire, d’abord, c’est unE et pas un… mais c’est pas grave, tu ne pouvais pas savoir… Ensuite, si je te disais ça, c’est parce que perso, je l’ai vérifié me concernant…
    Et tout cela ne met pas beaucoup de baume au coeur à la future chomiste que je suis……
    Ahem, excellente, en tous cas, l’idée de la gratuité du stationnement pour les demandeurs d’emploi !

  4. Réponses en vrac !

    Louisianne : les patrons en profitent, ils n’ont que l’embarras du choix… Faut pas s’étonner que l’on se décourage !

    alphabet : je me souviens parfaitement, mais pas de recette particulière pour la mémoire ! Et non, je n’irai pas manifester. Je suis pour les marches silencieuses et contre l’énervement collectif !

    RdT : je n’ai pas compris tout de suite… Le baume au coeur, on l’attend depuis longtemps…

  5. La gratuité pour les parlkings autour des Pôles Emplois, quelle bonne idée, logique et implacable… 🙂 j’adore

    Sinon que dire, que certes il y a surement de l’abus important, mais encore une fois j’oserais être le mouche du coche et dire qu’il ne faut pas trop généraliser… je déteste les généralisations, certes il y a de l’excés, mais à mon avis c’est toujours le même genre d’employeur… celui qui temps de crise ou pas a toujours exploité….Il existe quand même des directions respectueuses de l’élément humain de leur etp…

    Malheureusement ce climat social d’attente, de mal être ralentit plus que sérieusement l’activité…. et le manque d’offres d’emploi est quand même en corélation avec ce fait…. il y a vraiment au niveau professionnel en tout cas dans mon secteur, un gel des investissements et une vaie attitude de status quo en attendant au moins le passage du premier semestre… et au vu de ce que je vois et entend encore une fois dans mon secteur, la rentrée septembre 2009, risque de faire du mal….et d’entrainer un sérieux écrémage des petites structures…

    La LME n’ayant rien arrangé à ce marasme ambiant 🙁

  6. M’dame Sorciere, si j’ose me permettre de te proposer une « mine » d’emplois pour assistantes trilingues bien payees… Peut-etre que…

    A l’epoque ou je voulais quitter mon hotel d’aeroport et son ambiance deletere (j’ai perdu mes accents sur ce fichu clavier anglais), je compulsais (tous les 15 jours, je crois) le magazine anglophone Fusac. On le trouve,notamment, dans les pubs anglais et irlandais.

    Il y a souvent des offres d’emploi pour des assistantes de CEO / GM de haut niveau, et la maitrise de langues etrangeres est plutot bien recompensee puisque, dans mon souvenir, certaines annonces proposaient des salaires annuels de depart compris ente 30000 et 40000 EUR. Je ne sais pas comment ca a evolue depuis le debut de la crise, par contre.

    Je te souhaite plein de bonnes choses pour la suite.

  7. Réponses en vrac !

    Marie ; il y a plein de petites choses à faire pour les chômeurs et qui ne coûteraient pas grand chose. Gratuité du train par exemple (il roulera de toutes manières) pour se rendre à un entretien, possibilité de ne pas payer le parking et surtout, l’impression qu’on l’aide dans ses recherches…

    Princesse : je ne suis pas trilingue du tout (même pas bilingue), c’était juste un exemple qu’elle me montrait, réellement révoltée par la description du poste et le salaire proposé…

  8. Je vais pas trop m’attarder sur le sujet…parce que je me connais, restons zen.
    Un chomeur, c’est un peu comme un obus sur patte, ça peut péter n’importe quand…donc le petit personnel a plutôt interet a évaluer gentiment la situation c’est quand même lui en 1ére ligne…
    Le systéme avait sans doute besoin d’une vraie réforme, pas d’une petite mesurette pour gagner des euros…

  9. Bruno : le système gagnerait beaucoup à reconnaitre le chômeur comme une personne en détresse. Et à lui accorder de petits riens qui ne coûtent rien mais lui font sentir qu’il est reconnu.
    Il faut vraiment que j’aille à pied jusqu’à l’Elysée avec une banderole ?
    Ne me dite pas « chiche », s’il y a du monde pour me soutenir…

  10. C’est fou comme le système peut être d’un chiant par moment… Heureusement qu’il reste de rare personne doué de sensibilité et humaine !

  11. C’est pas parce qu’ils ont changé de nom et qu’ils se sont réunis qu’ils vont devenir efficaces par le miracle du saint esprit (très tendance en ce moment le saint esprit, tu devrais l’invoquer, ça marcherait peut être).

    Malheureusment

  12. Réponses en vrac !

    Vladyk : tout système est chiant par définition. Consigne, consigne…

    Dom : face à leurs ordis, leurs nouveaux programmes, j’ai trouvé les employés nettement moins arrogants qu’avant. Et surtout c’est d’un calme : visiblement on évite une réunion de chômeurs de plus de 2 personnes. La peur ?

  13. dans ton article, tu as écrit « Celui qui m’a suggéré que mon angine était peut-être dû à ce que j’avais en travers de la gorge, avait sans doute raison. »
    Et j’aurais dû commenter en disant que ce n’était pas celui, mais celle… voilà, simplement…

  14. Dis moi, mais si tu le leur demandes, je crois de mémoire qu’on peut obtenir des tickets de transport pour ne pas payer le train non ?

    Pour les tickets de rationnement, c’est plus tard.

  15. Réponses en vrac !

    Rdt : dans le doute je me souviens qu’hélas, le masculin l’emporte sur le féminin…

    Dom : je m’étais déjà renseignée : pas de transports ou stationnement gratuits. Pour les tickets de rationnement, cela ne m’étonnerait pas tiens !

  16. hum, pôle emploi, je pratique personnellement depuis quelques mois, et j’avoue qu’à chacune de mes visites mensuelles, je suis navrée de constater l’inefficacité et mollesse de mon cher conseiller,ce qui me permet d’alimenter mon blog en post tragi-comiques d’ailleurs….le mien ne sait rien ,ne connait rien, et a peur des femmes….c’est dire…

  17. Anne-so : là je dois dire que devant l’air découragé de la jeune femme je me suis posé des questions. D’un autre côté, elle semblait bien s’y connaître par contre, mais été découragée par l’absence de petites annonces…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *