Un dimanche comme dans les pubs…

C’est beau les pubs. J’avais oublié pendant pas mal de temps à ne jamais regarder la TV. Là, je suis un peu réconciliée avec (j’ai dit « un peu »), et donc, j’ai redécouvert les pubs.

Dimanche c’était grandiose. Nous avons fait journée pubs…

  • Ma belle soeur est arrivée avec sa nouvelle tenue à 60 Euros : une paire de lunettes fushia. Elle avait oublié les fleurs, mais comme elle était à poil, personne n’y a prêté attention (aux fleurs).
  • Mon frère était en train de devenir maboule à force de comparer les occasions du Lion, et toutes les autres voitures, que, bientôt on nous paiera pour les acheter. Il était connecté 100 % pub voiture et on pouvait presque l’entendre crier « j’achète ! » comme un traider véritable .
  • Mais mon père n’a pas cru bon le reprendre. Il mangeait du boeuf. En entrée, en plat de résistance, en lieu et place des fromages et dessert. Car qui mange du boeuf mange du boeuf. Il n’a pas arrêté de nous dire que ça ne voulait rien dire, mais c’était comme ça : il mangeait du boeuf.
  • Mon neveu aussi d’ailleurs, qui piquait dans l’assiette de son grand père qui lui faisait miroiter le jour où, grâce au boeuf, il ferait West Point.
  • Pendant ce temps là, ma nièce se rongeait les coudes pour séparer les moutons avec juste 3 cordes. Ouais, parfaitement, à table. Ca ne se fait pas… Mais la console machin, c’est la console machin.
  • Elle m’a prêté la console pour un programme bidon qui m’a révélé que j’avais l’âge mental d’une femme de 89 ans, c’est de la daube. J’aurais bien voulu pouvoir dire « je me sens à l’aise dans ma quarantaine, j’ai le cerveau d’une femme de 28 ans » (en français dans le texte de la pub)
  • Et sa cousine de 4 ans n’était pas choquée d’avoir sa mère à poil mais voulait des tartines de Nutellla, puisque c’est dit tout le temps : avec le boulot qu’elle s’était cognée le matin à jouer avec ses barbies, il lui fallait bien ça.
  • Mais ma soeur n’a rien vu concernant les enfants, qui avait amené 2 T Shirt repassés avec une tache. Et Mrs Bibelot lui faisait une démonstration de Vanish dans la salle de bain (sans manger de boeuf). Le temps d’un lavage, essorage, séchage, vous n’avez qu’à compter.
  • Pour le dessert il y avait des paniers. Mais SI ! les vrais, les derniers, les trucs aux fruits frais. J’ai amené le dessert : des vavouts comme aurait dit Delphine.
  • Super le dessert. Vous savez : quand on les mange, la pub de l’ex été le précisait bien : n’importe qui peut frapper à la porte, on le regarde dans les yeux et puis on retourne à son vavout. C’est ce qu’on a fait avec le voisin qui apparemment nous demandait d’appeler les pompiers vu qu’il avait une panne de fixe ET de portable. N’importe quoi : il s’imaginait qu’on allait lui répondre en mangeant des vavouts, du boeuf, et pour le reste j’en passe…
  • Mon beau frère n’était pas là, il est parti faire le tour du monde à reculons…
  • Ma tante n’était pas là non plus, elle s’était retrouvée statufiée par du plâtre à prise rapide dans un magasin où une conne avait payé par chèque. 2 heures pour la dégager…

Ce fut un dimanche magnifique ! Comme les pubs…

Edit du soir (espoir). Le jeu finalement c’est de reconnaître le produit. Dans le cas contraire, la pub a loupé son but…

0 réponse sur “Un dimanche comme dans les pubs…”

  1. Hihi ! Trop drôle ! Moi j’adorais la pub où il fallait se mettre à poil pour manger un yaourt qui faisait du bien à l’intérieur !
    Et le nombre de femmes dont la vie a été TRANSFORMEE grâce à une lessive !

  2. Ah oui passer le samedi à faire les noeuds, et la semaine comme disait coluche à les défaire :-)..

    N’empêche en bien ou en mal, le but est atteint .. on en parle !!!

  3. Ah oui pas de doute, si la vie était comme dans les pubs on seraient tous aux anges perpétuellement ! Par contre je trouve que la pub québécoise est encore bien frileuse à comparer aux pubs du reste du monde que j’aime bien regarder de temps à autres…

    Chez nous, pas question de sensualité, de prendre trop de risques… On est encore bien peureux dans le domaine quoi ! Il me semble que quand une pub ose, on s’en souvient plus non ? Il y a moyen d’oser sans être déplacé ceci dit, et je préfère que l’on ne dépasse pas les bornes bien sûr ! Mais un petit peu de fantaisie ferait du bien parfois…

  4. Mon cerveau de (mauvaise) ménagère de moins de cinquante ans est en train de chercher quelles sont celles que je n’ai pas réussi à identifier. Je dois dire que je me brouille avec tous les crétins qui osent m’apporter des vavouts en guise de dessert. (Et, pour les lunettes, n’y a-t-il pas un seyant modèle pour homme ?)

  5. Réponses en vrac !

    Louisianne : pour l’instant j’ai laissé de côté les lessives, assouplissants et autres, car il est certain que l’on passe de dépression sérieuse à état de béatitude parfaite avec la lessive truc… Quel dommage que Coluche ne soit plus là !

    Marie : je ne cite pas vraiment et pour certaines pubs je ne sais pas au fond quel produit elles vantent…

    Vladyk : il faut dire les choses comme elles le sont : en France les pubs sont d’une connerie affligeante. A tel point d’ailleurs qu’on ne regarde pas les rares qui sont intelligentes…

    Nita : ah pour les lunettes, le modèle pour homme aurait peut-être retenu mon attention 🙂

    Marie : moi le gamin qui disait que Maurice avait BOUFFE tous les choco-truc ça me hérissait le poil. Peuvent pas causer français dans les pubs ? Sinon tu fais comme tu le sens, mais déjà que la langue française part en c…….

  6. Je sais pas pour les pub de chez toi, je regarde sur un site web ou deux des pub du reste du monde mais bien souvent ce n’est pas indiqué la provenance du pays 🙁 À la rigueur la langue peut ne donner un idée mais sans plus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *