A découvrir ou à relire : Les lions diffamés de Pierre Naudin

En juin 1340, le tout jeune Ogier d’Argouges accompagne son père à la bataille navale de l’Ecluse, première atroce défaite de l’armée française face à l’angleterre aux tous débuts de la guerre de 100 ans.

Au lendemain de la bataille, le jeune adolescent a perdu toutes ses illusions, la confiance en son roi et surtout en son honneur. Accusé faussement de trahison, son père, chevalier normand, a été dégradé devant les rescapés du massacre, et les lions de son blason ont été diffamés, à savoir privés de leur queue en panache.

Parti en Périgord avec un de ses oncles pour y faire l’apprentissage des armes, Ogier se sentant au bout de 5 années capable de venger l’honneur de sa famille, va tout mettre en oeuvre pour confondre le véritable traître.

Grande fresque de cette époque, le livre comporte un nombre appréciable de tomes pour qui aime lire.

Sans compromis aucun avec l’histoire, Pierre Naudin, descendant des Argouges, a su admirablement faire revivre cette redoutable époque, sans jamais tomber dans la mièvrerie et le « tout se termine bien » pour les héros principaux. On s’y croit, on y est, on a froid dans les chateaux l’hiver, chaud l’été, on a peur pendant un siège et l’on meurt trop facilement.

Et la lecture de cette saga a été pour moi une véritable épreuve (ou un long calvaire, au choix).

CAR :

Le premier tome : « les lions diffamés », m’avait été donné par Mrs Tricot, ainsi que le second « les fleurs d’acier ». Sauf que me procurer le troisième tome « la fête écarlate » m’a pris 2 années, les éditions Trévise ayant changé 2 fois d’éditeur (c’est idiot mais c’est comme ça, Trévise n’est qu’un nom…)

Même galère pour « les noces de fer » que j’ai attendu 3 ans en emmerdant régulièrement tous les libraires de France et de Navarre.

Et à la fin du 4ème tome si chèrement acquis, le héros meurt, j’avais du mal à m’en remettre, mais c’était la guerre, même si le héros n’avait que 19 ans.

Et puis on dira 10 ans après, traînant à la FNAC, me voici tombant sur le cycle « Ogier d’Argouges » au grand complet, chez un nouvel éditeur. Le premier tome (énorme) avait été scindé en deux, et, stupéfaction, il y avait 2 tomes après « les noces de fer », Ogier n’étant pas mort… Restait donc à lire « le jour des reines » et « l’épervier de feu » (et non, vous ne saurez pas comment cela se termine).

Pierre Naudin a écrit d’autres sagas qui m’ont nettement moins plu, et que j’ai donc données car si je devais garder tous mes livres, j’irais dormir à la cave.

J’ai découvert aussi un jour l’auteur, lors d’un reportage surprenant. Passionné du moyen âge et de ses ancêtres, Pierre Naudin à l’époque, vivait dans le château familial, avec son épouse, tel qu’au moyen âge, et habillé « époque », sa femme ayant appris à filer et à tisser… Ne mangeant que ce qu’il y avait à l’époque, etc…  C’était surréaliste…

Il n’empêche que cette saga que je vous conseille fort, je m’en vas la relire après 10 ans sans l’avoir ouverte. Evidemment si vous n’amez pas l’histoire et particulièrement cette époque là, ne m’en voulez pas : moi c’est Napoléon qui me gave, chacun ses goûts et ses époque

8 réponses sur “A découvrir ou à relire : Les lions diffamés de Pierre Naudin”

  1. Réponses en vrac !

    red de rOuge : c’est vraiment une saga à lire. Les autres de Pierre Naudin, à mon sens, mais c’est uniquement le mien, ne valent pas de découvrir l’auteur via leur biais (la saga « Ogier d’Argouges est la première ». Si je comprends bien, Napoléon ce n’est pas ton truc…

    valh15 : je suis également une inconditionnelle d’Angélique dont les livres sont réellement bien écrits, bien documentés, et dont l’histoire a été gâchée par des films niais à souhait… Je dois une partie de ma petite science sur la cours de Louis XIV et l’histoire du Canada, à ces romans, tellement bien écrits… Pas de honte à se cacher !

  2. Ce sont les récits les plus exacts sur le bas Moyen-Age. Mais nom d’une pipe, quel pessimisme. Ce sont des livres noirs, mais les meilleurs romans historiques que j’ai lu, avec la série « Fortune de France » de Robert Merle (dont le fils vient de sortir une nouvelle mouture vue par Miroul), et les piliers de la terre de Folett.

    Je parle pour les romans modernes, bien entendu. Quoique l’âge venant, j’aime beaucoup moins Dumas, que je préfère désormais pour ses récits de voyage, qui sont passionnants.

  3. Le Nain : il faut dire que l’époque était noire et pessimiste et ce, pour un moment ! Mais Pierre Naudin sort des sentiers battus et des poncifs sur la guerre de 100 ans, ce qui n’est pas rien !
    Je n’ai curieusement pas (d’après mes parents) accroché avec Fortune de France. Par contre j’ai adoré les piliers de la terre

  4. Non, le Moyen-Age n’est pas une période noire et pessimiste, c’est même tout le contraire. C’est une période certes très dure, mais pas plus que le durant le règne de Louis XIV, mais par où le concile de Trente n’est pas encore arrivé avec son rigorisme. D’ailleurs, durant la période du cycle d’Olivier d’Argouges, les régions touchées par la guerre seront peu nombreuses.Ce ne sera pas le cas au XVème siècle où les dégâts seront plus importants.

    Le fait qui fait tout basculer est la grande peste, mais elle n’occupe que le dernier volume de la saga.

  5. Le Nain : le véritable moyen âge n’est pas une période noire, mais après la mort de Philippe le Bel, elle débute tout de même. Le règne de Philippe V a vu la croisade des pastoureaux, les puits empoisonnés, les famines. Philippe IV et les querelles dynastiques… Quand débute la guerre de 100 ans, les vraies raisons économiques de cette guerre sont masquées par ces problèmes de dynastie, mais sont bel et bien là. C’est tout de même le début d’une ère noire, car Ogier d’Argouges ne couvre que les débuts de la guerre…

  6. Mmoui, c’est le début effectivement. Mais le pays n’est pas réellement touché par la chevauchée qui se terminera par Crécy et Calais. Les armées de ce temps sont fort réduites et ne font des dégâts qu’aux alentours de leur passage. La crise du XVème siècle, avec le duel entre Armagnacs, Bourguignons et Anglais sera bien plus terrible, à part dans le Midi de la France qui sera épargné.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *