Bienvenue sur le blog de la Gentille sorcière.

'Chroniques d’une vie ordinaire'

J'ai du bol avec les spécialistes…

Visite_chez_le_m_decin_53272152Il y avait déjà eu la rhumato sadique et sa prise de sang que je n’ai jamais faite, nanananèreu… (ici). C’était rapport à une épaule merdique, on a les articulations que l’on mérite (et ça rime avec arthrite je vous signale, on m’admire, merci).

Là j’avais un problème qui trainait depuis un petit moment : une chute de cheveux anormale.

Nous pouvons tous perdre normalement jusqu’à 100 cheveux par jour sans problème paraît-il, c’est d’ailleurs à ses cheveux égarés chez ses victimes que le coupable se fait prendre dans “la clinique du docteur H” et dans plein de films. Moralité, pour réussir un crime, couvrez vous la tête avec un collant et mettez des vêtements neufs, dénué de tifs volages, en prenant une voiture de location qui contient les cheveux des autres que vous déposerez sans le vouloir chez votre victime. Aller louer une voiture avec la tête couverte d’un collant cela peut-être intéressant : vous me raconterez.

J’ai toujours beaucoup perdu mes cheveux sans m’alarmer après une première consultation il y a bien longtemps, et comme ils sont moyennement longs, cela fait tout de suite du volume. Mais là, 3 mois après être rentrée chez Trucmuche (relation de cause à effet ?), j’ai commencé à les perdre 2 à 3 fois plus que d’ordinaire. (Savoir en effet qu’un cheveu tombe 3 mois après sa vraie mort, pour être normalement remplacé par un nouveau).

Donc, pour faire faire des économies à la SS (LA SECU !) j’ai été obligée de prendre RV avec le Dr Acromion, afin qu’il me fasse une recommandation pour le dermato. C’est obligatoire et économique, je ne le répèterai jamais assez.

D’un autre côté, il en a profité pour me prendre la tension, normale pour la première fois depuis 2 ans, comme quoi l’important est de ne jamais désespérer (Midnight Express). Il a aussi examiné ma chevelure (tout de même), constaté qu’il n’y avait pas de pelade (qui se soigne sans dermato), ni trace de dépilation à un endroit ou un autre (la chute des cheveux chez les femmes peut se passer à des endroits stratégiques qui permettent généralement de faire un diagnostic à coup sûr), que j’avais les cheveux bien implantés serrés, mais très très très fins. Il a même tenté de tirer sur une mèche pour voir en s’excusant (c’est important) si cela tombait trop facilement.

Il m’a bien fait un mot de recommandation pour que je sois prise en charge par la SS (la quoi ?) et me voici en train de prendre RV avec son pote Olivier que je connais bien. Hors, cet Olivier de malheur, a les moyens de travailler maintenant à mi-temps, est s’est donc associé avec une jeune dermato.

Pas photo, je ne veux pas finir chauve : Olivier c’est juillet, sa collègue c’est le 14 avril, je prends RV avec elle.

J’ai vu débarquer une jeune femme autoritaire qui m’a montré le lieu de tortures d’un doigt avant d’aller engueuler la secrétaire, ce que j’apprécie toujours. Elle a regardé de travers le mot du Dr Acromion signalant qu’il n’y avait pas de traces de pelade.

Je pensais naïvement qu’elle allait vérifier par elle même. Que nenni. Elle m’a dit “il doit s’agir d’une carence en fer et d’une dermite seborrhéique”. N’ayant plus 20 ans et ne fermant plus ma gueule chez le médecin, je lui ai demandé gentiment si elle pensait vérifier par elle-même. Dans le cas contraire j’avais apporté un jeu de cartes : on pouvait faire un 421 pour savoir si elle avait raison ou non : je perdais elle avait raison, si je gagnais elle était obligée de m’examiner.

Elle m’a regardé d’un sale oeil (beaux yeux bleus mais sale regard) car le coup du jeu de cartes on n’avait jamais dû le lui faire.

Elle a donc été obligée la malheureuse, de regarder ma chevelure. J’ai retiré ma barrette, elle a allumé les sunlights des tropiques et a jeté un regard de 2 secondes, sans examiner tout mon cuir chevelu du tout.

“Ils sont très fins, c’est une carence en fer, et il doit y avoir une dermite seborrhéique”. Même pas elle a vérifié. Comme elle éteignait les sunlights, je lui ai signalé que j’avais 2 ou 3 petits kystes sur le front, bénins je le savais, mais qu’elle serait gentille de me retirer. Ce qu’elle a fait avec une tronçonneuse et l’air mauvais. Au prix de la consultation, autant l’amortir non ?

Et puis là, elle a rédigé son ordonnance. Un shampoing, une molécule indispensable aux cheveux, du fer.

ET une ordonnance pour une prise de sang.

Vous avez bien lu. Encore une sadique.

Bilan sanguin total (mais alors total) + le fer + dosages hormonaux + dépistage de la folie des cartes chez une pré-Alzeimer + bilan hépatique + bilan concernant les reins + recherche de je ne sais plus quels marqueurs, elle a oublié la syphilis, cela m’a contristée… D’un autre côté je me croyais dans Dr House, ça me faisait tout drôle. J’ai échappé à la ponction lombaire et à l’IRM de justesse.

Elle m’a remis la lettre pour Acromion, l’ordonnance pour la prise de sang et l’autre pour le reste (dont un shampoing remboursé par la SS, on rêve, car la molécule indispensable ne l’est pas), m’a demandé un chèque conséquent et devant ma demande, a réalisé qu’une feuille de maladie ce serait utile pour le remboursement à venir. Le tout a été torché en moins de 10 minutes.

Je devais revoir Acromion pour un frottis (ça y’est, c’est fait, et vous ?). Il a écarquillé les yeux devant l’ordonnance pour la prise de sang, son interne aussi. Et il a appelé son pote Olivier pour lui demander ce qu’il prescrivait dans mon cas. Juste le fer, et les hormones mâles (eh oui les filles, c’est affligeant, mais nous avons des hormones mâles qui à partir d’un certain âge peuvent nous nuire, ça ne nous étonne pas…)

Il a déchiré l’ordonnance d’un air rageur, m’en a refait une autre nettement plus soft relativement à mon budget et au déficit de la SS (la SECU !), à faire dans 4 mois uniquement, le temps de voir si le traitement donnait quelque chose.

Quant à la belle aux yeux bleus, elle n’est pas prête de me revoir. Je reverrai Olivier.

Dans 4 mois. Donc penser à prendre le RV dès le 1er mai. C’est férié, prévoir le 2 : c’est un samedi. Bref, prendre RV avec Olivier début mai pour le 15 août

Posté le 12 mai '09 par , dans Chroniques d'une vie ordinaire, Dans la série Diabolique. 27 Commentaires.

Il y croyait… 11 novembre 1918 – 8 mai 1945

53329508

Il y a eu un jour 3 frères très proches, qui s’adoraient. Une enfance de rêve malgré la tourmente passée et celle à venir.

Des enfants de la soeur de Louis, pas d’Alphonsine. Des enfants de Léontine.

Des garçons. A une époque la famille côté maternel pour moi, ne savait fabriquer que ça. D’ailleurs de tous les côtés, il n’y avait que cela : des garçons.

Et les cris ont commencé bien avant 1940. Les hurlements de 3 hommes juste adultes et pas d’accord du tout du tout. Léontine en tremblait dans sa chambre de ses fils s’insultant tout à coup, se détestant, chacun étant certain de détenir la vérité.

Il y avait l’aîné qui avait gardé une jambe raide depuis la guerre d’Espagne à laquelle il avait participé de son plein gré, soutenu par le petit dernier et un silence poli de la famille. Il y a des silences OUI et des silences NON, c’est ainsi dans la vie… Là, le silence poli c’était “oui” et il se savait totalement soutenu.

Hurlant plus fort que les autres :  le cadet, résolument pour la grande Allemagne, une Europe déjà, promise pour un Reich de 1000 ans.

Alors ça gueulait tous les soirs,  l’aîné obligé de se servir d’une canne pour marcher et menaçant le cadet avec, le petit dernier étant admiratif, et l’autre criant au boiteux qu’il avait choisi le mauvais camp, qu’il boitait pour rien, pour du faux, que l’avenir était dans la dictature, l’ordre strict, l’épuration ethnique. Alors cela hurlait encore plus. Et entre frères c’était la haine. Il y en avait toujours 2 ou 1 qui manquaient pour le dîner sacré du soir, ils avaient pu juste s’entendre sur ce point très particulier.

Et Léontine en était malade, chaque soir. Son mari, grand blessé de 18 n’entendait quasiment pas, sauf le mot “allemagne” qui lui déclenchait des crises d’épilepsie. Ses fils attendaient que lui, dorme enfin, avant de s’affronter, comme 3 fauves, dans l’arène du salon familial, la haine aux yeux, la voix rauque, les muscles gonflés prêts à servir pour du vrai…

Son opinion, le cadet l’a tenue jusqu’au bout du bout, du tout.

Il est vrai que pour toute la famille, être rentré dans la résistance ou être resté neutre (il n’y avait que peu de héros finalement, sauf Robert Benoist (ICI)) était le mieux que l’on puisse faire. Mais il était seul contre tous. Peut-être que cela a été une vraie motivation. En tous cas il avait choisi son camp en étant sincère. Il y croyait. C’est ce qu’il a dit à sa mère avant d’être fusillé en 1944. A une époque tellement troublée qu’on ne sait pas qui avait tort ou raison.

Il y croyait vraiment, aux forces mauvaises des juifs, aux races inférieures, à l’horreur des francs maçons. Il le pensait vraiment que les allemands se battaient pour du pur. Il voyait vraiment les bolchéviques sur le sol français. Il oubliait tout simplement que des francs-maçons, il y en avait beaucoup dans la famille et qu’ils ne voulaient de mal à personne, sauf qu’ils ne lui ont pas, au moment crucial,  pardonné de trahir leur camp car rien n’est neutre dans les temps troublés. Tous les francs maçons de la famille se sont élevés contre lui, se sont révoltés contre une image fausse d’eux qu’il renvoyait. Juste comme ça, juste avec des attitudes, des négations bien montrées, sans rien de plus. Eviter de lui parler, faire celui qui ne l’a pas vu, pour ne pas répondre à une provocation, pour oublier de l’inviter à un anniversaire, une fête de famille.

Il oubliait et reniait tout, parce qu’il y croyait vraiment.  Il avait été avalé par la doctrine, subjugué par la grande Allemagne. Il revivait l’ancienne guerre à sa manière. Mais il y croyait et se sentait tellement seul chez les siens, qu’il a trouvé une autre famille.

Il n’a pas reculé devant ses vraies croyances. Disparaissant devant ses frères pour tout de même ne pas trop en savoir et ne rien avoir à dire, il a été un collabo actif, avant d’entrer dans la milice, sa vraie famille désormais,  avec au coeur, l’idée qu’il avait raison. Il y a cru jusqu’au bout.

Toute la famille, même ses frères, ont eu tout de même de l’admiration pour lui, jusqu’au bout. Parce qu’il s’était battu pour un idéal auquel il croyait. Pour la famille c’était important, même si tout le monde pensait qu’il se trompait, et qu’en se trompant, il avait approuvé trop d’horreurs qu’il appelait des erreurs.

Beaucoup de ses proches se sont détournés de lui. Pour aller le voir en prison, juste avant son exécution, il n’y a eu que sa mère (mais une mère reste une mère, et la résistance l’a laissée passer),  le benjamin qui pourtant s’était battu de l’autre côté du miroir, donc on l’a laissé passer également. Pour s’entendre dire : “tu t’es trompé”.

Et un oncle grand maître d’un ordre qui lui a tendu la main de la franc-maçonnerie en se refusant de juger, restant fidèle lui aussi à lui-même et à ses croyances profondes. L’aîné avait disparu avec sa canne dans “nuits et brouillards” pour revenir en 1945, mais tout le monde disait qu’il serait allé malgré tout voir son frère, la veille et le jour de son exécution. Il l’a confirmé en rentrant, fantôme survivant au bout du compte et au bout des erreurs de son frère.

Et celui qui croyait a répondu, fidèle en ses croyances : “non c’est vous qui vous trompez… Moi j’y croirai jusqu’au bout”.

“Pourquoi papa n’est-il pas venu ?, pourquoi ne m’a-t-il pas écrit ?”.

Le père, mutilé de 18, avait renié son fils, mais “faisait” comme s’il ne s’en rendait pas compte. L’a-t-il regretté ? nous ne le saurons jamais. Sans aucun doute a-t-il entendu de loin la salve, tueuse de la chair de sa chair et en a-t-il été anéanti. Car il n’était pas loin du lieu d’exécution en ce petit matin blême où celui qui croyait ou n’y croyait pas, a refusé qu’on lui bande les  yeux pour affronter ses bourreaux, tous ceux qui se trompaient…

Parce que le fils croyait, lui, qu’il avait raison et ne s’était pas battu inutilement… Qui peut accepter de s’être battu pour rien ? Qui meurt pour rien ?

Il y croyait, tout le monde s’en souvient. L’oncle grand maître a décrété que chaque opinion est valable quand elle se vit jusqu’au bout et qu’il n’y avait pas à renier le sang de son sang. Jamais il n’a dit quoi que ce soit contre le sang de son sang, contre une pensée réellement sincère, même si, nous l’avons compris bien après, cela avait dû lui peser.

Mais dans la famille, cette foi obstinée  faisait penser aux inquisiteurs de jadis. Eux aussi pensaient qu’ils avaient raison.

Où est la vérité ? Quand tout bascule autour de nous ?

Il n’avait pas de tombe, alors les franc-maçons de la famille honnis par lui, lui ont érigé un petit mémorial, quelque part dans la forêt, à un endroit que seuls ceux qui ont du coeur et connaissent l’histoire familiale peuvent retrouver.

Curieusement, ce mémorial n’est pas loin de l’endroit où Madeleine a choisi d’en finir.

Destinée ?

Il n’a pas su, le 8 mai 1945, qu’il faisait parti du camp des perdants, il s’était déjà anéanti dans la terre d’une fosse commune, avec toujours la foi chevillée au corps, la certitude d’être une victime… Alors que le monde d’après le 8 mai 1945 faisait de ses frères les vrais héros.

Et qu’on nous épargne à toi et moi si possible très longtemps, d’avoir à choisir un camp.

Je sais que certains m’en voudront de rendre hommage à un homme qui avait tout faux et que d’autres en profiteront pour venir me dire que ce post rend enfin hommage à la vérité. Je les mets tous dans le même panier : allez voir ailleurs… Ce blog n’est pas politique mais juste le reflet de vies ordinaires…

Posté le 8 mai '09 par , dans Chroniques d'une vie ordinaire, Coup de gueule. Pas de commentaire.