La machine à café est en panne…

dv1823002Bien évidemment, détestant le café, je suis totalement insensible au drame qui peut couver dans n’importe quelle société : la machine à café, ou toute bête cafetière, est en panne (ou entartrée).

J’adore le thé avec un sucre et un nuage de lait s’il vous plait, mais si on me signale que la bouilloire est en panne, je n’en fais pas un drame et je retourne m’asseoir à ma place : tant pis pour le thé que je n’aurai pas.

Alors qu’avec le café, ça ne rigole pas du tout du tout. Et quand on n’aime pas le café, cela fait rigoler (sadiquement).

C’est tout l’étage ou toute la société qui se rassemble devant la machine (ou la cafetière)  agonisante, chacun donnant son avis ou posant des questions, le tout avec une grande intelligence :

  • Il y a de l’eau qui coule ailleurs ?
  • La cafetière est branchée ?
  • On a appuyé sur le bouton « ON » ?
  • Il y a du courant dans la cantine ? (ben oui, le néon fonctionne)
  • La détartrer c’est bien beau mais cela va prendre combien de temps ? (2 H de travail de perdues par la sacrifiée de service et 3 H à attendre le café salvateur : l’horreur)

C’est mon père, parti régler les problèmes de sa retraite à l’organisme ad Hoc. Tout à coup, la porte du Mr avec lequel il débattait en triant ses papiers, s’est ouverte et un homme affolé est entré : Monsieur, il y a une alerte atomique, la machine à café est en panne ! Mon père a revu le Mr décomposé 1 H 30 après : la machine à café avait rendu l’âme… (et lui perdu sa patience, il ne s’est pas gêné pour le dire).

Parfois c’est le drame complet : la machine à café fonctionne très bien (ou la cafetière) mais il n’y a plus de café, acheté pourtant à la tonne. Là, c’est vital, il faut que quelqu’un se dévoue pour aller en acheter afin que la société survive à la journée à venir. Le patron est en manque, ça ne rigole pas, la comptable s’en fout d’un coup du bilan et se dévoue pour aller à Rauchan acheter les 82 paquets de moulu qui font juste le mois (et encore). Quant aux responsables de l’achat du café, ils risquent leur place, autant qu’ils soient prévenus dès le départ.

J’ai vécu ça chez Truchon (avec 2 cafetières changées tous les 6 mois, car même le détartrage ne pouvait rien pour elles qui vrombissaient de 7 H du mat à 19 H) et Trucmuche (bien pire, avec la machine à café comme il y a au bistrot, avec le café en grains et le moulin à café raccordé à la machine à café, c’est toute une organisation).

Perso je trouve cela pathétique. On dirait moi que si j’avais oublié mes clopes (sauf que ça n’arrive jamais). Pathétique je vous dis.

Chez Trucmuche le top du top c’était plus de café et il avait oublié ses clopes. L’horreur encore. Il appelait son beau frère (le spécialiste des machines à café) à 7 H 45 « PUTAIN Y’A PLUS DE CAFE », puis il envoyait un SMS (lui)  « PS : J’AI OUBLIE MES CLOPES »…

Que ce soit chez Trucmuche ou chez Truchon, la panne de café quel que soit le problème, se résumait par une quantité importante de personnes INCAPABLES de travailler. J’ai bien dit INCAPABLES et là une certaine intolérance de base de ma part me hérisse le poil. Parce que c’est quoi ce trip ? Plus de café : la France en grève ? On peut appeler les pompiers s’ils sont en train de se pencher sur la machine à café ?

Et n’allez surtout pas leur signaler que le téléphone sonne : il n’y a plus de café, ils vous le signalent avec hargne. Et puis du coup ils ne savent plus se servir du copieur sans leur dose de ce breuvage immonde, nauséabond salvateur.

Tentez le coup du « je ne peux rien faire je n’ai pas eu mon thé » et vous verrez comment vous allez vous faire ramasser par ceux qui ne carburent qu’à la caféïne. S’en foutent de votre thé, ils s’assoient dessus.

Et puis, signalez « il n’y a plus de thé » et vous serez surpris de voir qui lève son nez de son ordi et de ses mails pour compatir et se proposer d’aller en acheter…

Le racisme commence là.

D’un autre côté s’il y a le feu, au lieu de crier « au feu » (ce qui est déconseillé par les pompiers), hurlez d’une voix terrorisée « il n’y a plus de café ! » vous aurez toute l’attention requise après une parfaite évacuation des bureaux locaux, tout le monde se rendant à l’endroit stratégique pour vérifier… Reste à espérer qu’en fait ce n’est pas la cafetière qui a foutu le feu dans la cuisine… Ou bien si c’est le cas, ne pas appeler les pompiers tout de suite, tout le monde se mobilisant pour sauver la cafetière au péril de sa vie…

La vie n’est qu’un long calvaire…

Edit un peu tardif : j’ajoute que je n’ai rien contre la très conviviale pause café. Je trouve énervant que les pauses « thé » ou « cigarettes » soient dans certaines boîtes plus règlementées que la pause café… C’est en tout cas ce que j’ai vécu sauf chez mon avocat tordu chez lequel il n’y avait pas de cafetière, tout le monde ne buvant que du thé tout en continuant à décrocher le téléphone…

13 réponses sur “La machine à café est en panne…”

  1. En buvant mon thé matinal, avec un nuage de lait, ça me fait rigoler…………..Grâce à toi un lundi qui commence dans la bonne humeur

  2. Vraiment Coraline ! Quel manque de compassion vis à vis des accros du café ! Perso je ne peux pas m’en passer, mais par contre je prends les choses en main !
    C’était moi qui « gérait » la machine percolateur, achat des dosettes, SAV en cas de panne. Sauf qu’un jour panne fatale, après 3 semaines à relancer la boite dont je tairais le nom pour qu’ils envoient un dépanneur, j’ai acheté une machine percolateur et dit à mes collègues de partager l’addition ! Depuis on achète chacun notre tour notre paquet de café (moins cher que les dosettes). Quand à la boîte, je leur ai envoyé une lettre : votre machine cassée est à votre disposition, si à telle date vous n’êtes pas venus, nous la mettrons aux encombrants ! Ils sont venus la chercher, et 6 mois après une nouvelle équipe a tenté de me revendre une machine, j’ai refusé, trop tard on se débrouille tout seuls !

    1. Je reconnais bien là ton sens inégalable de l’organisation (j’admire !). Ce qui m’énerve dans certains cas, c’est la paralysie totale que peut déclencher le manque de café dans certaines boîtes (en tous cas c’était le cas dans mes deux dernières).
      Et contrairement à toi, certains ne peuvent rien faire sans leur café toutes les heures, mais ne bougeront jamais un doigt pour en faire couler un ou aller acheter la marchandise. Et ça c’est particulièrement énervant !

  3. Devant la machine à café, la phrase qui tue : « les filles, si les sujets de conversation sont épuisés, il ne faut pas en chercher d’autres ». ;o)

    1. Il n’y a pas que les filles !
      Chez Truchon c’était surtout le staf ingénierie qui papotait devant la dite machine en attendant que le café passe… Pas toujours de la haute discussion d’ailleurs…

  4. J’aime le café, mais j’en bois par période… D’ailleurs je vais aller m’en faire un ce matin pour me réveiller ;o)

    Bonne journée !

  5. Malheureusement je crois bien que je fais partie de ces gens qui ne peuvent fonctionner sans café. Cela ne m’empêche pas d’aimer le thé mais je pense moins souvent à m’en faire 😉

    1. Eh oui, le café peut être une drogue, comme le chocolat, la clope et autres… Trucmuche en buvait jusqu’à 30 par jour, en expresso. A ce point là je pense que c’est vraiment grave !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *