L'andouille en voiture…

Petite_voiture

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais à chaque fois que je prends ma voiture, je tombe sur un cas pénible à vivre. Moi je sais que je suis pénible à vivre à respecter les limitations de vitesse et on ne se prive pas pour me le faire savoir.

C’est un fait que j’ai du mal à comprendre : la répression est de plus en plus sévère concernant les limitations de vitesse, mais il y a toujours des petits malins qui s’abstiennent de les respecter. Lorsque l’on connaît bien son secteur, on sait où les radars sont là régulièrement, et on se calme (enfin c’est mon cas).

Donc l’andouille en voiture se décline de plusieurs manières :

  • Premier cas abominable, alors que je végète à 40 à l’heure en maudissant la DDE et le crétin doublé d’un imbécile qui a décidé que 40 c’était la limite obligatoire (et pas du tout justifiée), que je sais que les flics sont embusqués pas loin avec leur radar, déboule derrière moi, souvent en 4/4 un mec forcément pressé. Il me colle donc, en faisant de grands gestes, avec appels de phares et klaxon garanti décibels. S’étonne que je lui fasse un bras d’honneur quand il me double comme un malade. Je hais. Sauf quand il se fait arrêter 500 mètres plus loin par les radariseurs : là je passe avec un grand sourire ironique.
  • Deuxième cas abominafreux, même pas rare : la personne à qui le panneau « stop » n’évoque rien. Je rentre d’en croiser une et j’arrive à retrouver des gros mots que je croyais oubliés. C’est celui ou celle qui passe sans regarder à droite ni à gauche, sans même ralentir et s’offusque que l’on klaxonne, chacun son tour d’abord. Moralité à l’approche d’un stop pour les autres, on ralentit comme s’il était pour nous.
  • Troisième cas rhorririfiant : le trop prudent qui roule à la vitesse limite moins 20 Km/H. Généralement il s’agit d’une personne qui n’est pas trop sûre d’elle et à qui il ne faudrait pas faire repasser le permis, et sans racisme aucun, souvent d’une personne âgée. Ignore qu’il y a une vitesse minimum sur l’autoroute, se flatte d’être prudent. Toute personne qui se permet de dépasser le 50 se fait taxer de chauffard. Ultra dangereux, parce que l’envie légitime est de le doubler, même en prenant quelques risques.
  • Quatrième cas diabolique : le conducteur qui refuse qu’on le double. Son honneur est en jeu et votre vie avec. Cela va de celui qui accélère quand on le double, freine quand on essaye de se rabattre (déjà vu, le type s’est fait tabasser par le conducteur qui voulait le doubler et qui avait eu la pétoche de sa vie) : le danger public. Peut se combiner avec le pépé qui est ultra prudent et vous apprend la prudence en vous interdisant de doubler. Il roule à cheval sur la ligne continue ou pointillée et s’il y a des voitures qui se flanquent dans le fossé en face, ce n’est jamais à cause de lui, mais parce que les jeunes de moins de 75 ans sont tous des débiles.
  • Cinquième cas exaspérant : le « j’ai perdu mon chemin et pas planifié d’itinéraire ». Il s’arrête au beau milieu du carrefour et fait des bras d’honneur à tout le monde pendant que Ginette sort la carte routière et la lit dans le mauvais sens. Pour avoir la paix, il met ses warnings, même en plein centre ville, se garer pour chercher son chemin l’esclavant trop.
  • Il y a aussi l’agressif : il ne supporte pas qu’on le double, qu’on le regarde (faut payer sans doute) d’un air qu’il voit comme essentiellement mauvais (c’est le paranoïaque de première classe), ou qu’on trouve une place sur laquelle on se gare, avant lui. Il descend avec son cric et vous signale que la place était pour lui. A dégommer avec un lance roquette, ça évitera des morts futurs…
  • Et puis il y a le vraiment crétin. Qui grille le stop en manquant renverser un gamin en vélo, fait un bras d’honneur et un grand sourire quand on le klaxonne, roule après exprès à 20 à l’heure,  en plein milieu de la route pour que personne ne puisse le doubler, se gare dans un virage sur un rondpoint pour chercher sa route… Dans une voiture de société avec le n° de la société bien sous votre nez et vous avez eu bien le temps de le mémoriser… C’est ballot non ? Parce que les 3 automobilistes qui ont tout vu et qu’il a bien emmerdé, s’arrêtent à leur tour pour noter le n° de téléphone et appeler le patron…

De toutes manières, la vie n’est qu’un long calvaire…

17 réponses sur “L'andouille en voiture…”

  1. Il y en hélas d’autres modèles dont celui qui, à titre personnel, m’exaspère le plus : le doubleur impénitent !
    Genre : tu roules tranquille à 130 sur la voie de droite (y’a pas un chat) ; le doubleur impénitent grossit mollement dans ton rétro, te double et vient se coller devant toi pour rouler à 128… T’oblige à lever le pied pour rétablir une distance de sécurité digne de ce nom et à passer les 20 prochains kilomètres à te demander si tu vas le redoubler ou pas mais à 130 c’est dur…
    Le même en version « trafic dense » vient systématiquement se glisser dans la fameuse distance de sécurité que tu laisses toujours avec le véhicule de devant, tu re-règles l’écart et paf un nouveau ! L’impression de jouer à saute-mouton et que ta voiture n’arrête pas de reculer très agaçant…

    1. Quelle idée aussi, de respecter la distance de sécurité 🙂 effectivement il y a toujours un imbécile pour venir s’y mettre et comme tu le dis si bien, on a l’impression de reculer !

  2. Ceux qui cherchent un numéro de rue, mais version sans Germains à côté, et sans carte routière, et tout à coup s’arrête en pleine voie, tout contents d’avoir trouvé le bon endroit et s’étonnent qu’on les klaxonne, quand on ne leur rentre pas dedans !
    Moi j’ai vraiment du mal à supporter tous ces chauffards quand je suis énervée ou fatiguée !

  3. Le problème avec le permis de conduire c’est que bien des gens ne comprennent pas que c’est une privilège un permis pas un droit acquis ! Donc on peut le perdre si on se comporte comme un taré !

  4. Il reste encore d’autres cas, ceux qui ont perdu leur permis (parce qu’ils abusaient) ou ceux qui ne sont pas parvenu à le passer (il faut dire que très souvent les permis sont refusés pour des motifs vraiment abusifs). Ils conduisent en s’affranchissant d’une loi (à tort ou à raison) alors pourquoi pas des autres… Et les risques sont alors pour les autres! 🙁

    1. Conduire sans permis c’est l’extrême. C’est la raison pour laquelle les assurances ont prévu un fond de solidarité… Pour payer à leur place ceux qui sont dans leur bon droit.
      Cette idée me fait frissonner. Mais bon je suis une handicapée du respect de la loi…

      1. C’est l’extrême mais c’est très courant. Il y a quelques années je croyais que ça touchait essentiellement la province mais en fait c’est pareil en Île de France.
        De toute façon, sur la route, le premier danger c’est d’abord les autres.

    1. Globalement oui, ils sont moins fréquents, mais sur les petites routes comme par chez moi, on rencontre régulièrement des dingues ! Qui prennent leurs risques d’ailleurs, car il y a beaucoup de passages de grands animaux. Cerf, biche, ou sanglier, ça ne pardonne pas !

  5. vu ici (USA), le mec qui cree une 3eme file mais qui en fait est sur la file de gauche d’en face… ou le mec qui remonte a contre-sens une avenue 4 voies a sens unique qui serpente en descendant la colline (non parce que si c’etait une ligne droite, on le verrait de loin ce serait moins drole!)
    sinon ici TOUS les carrefours a STOP en on 4, on passe chacun son tour par ordre d’arrivee et ca marche tres bien SAUF pour le carrefour du bout de notre rue, c’est 3 STOP et un sans STOP (la notre), on manque de mourir un jour sur deux… pour tant c’est indique en gros que nous on passe direct…

    1. Intéressant, je ne connais pas du tout le comportement de l’automobiliste aux USA !
      Sinon pour les stops en France, il y a des endroits où l’on peut attendre, attendre… J’ai vu en Angleterre un signal « chacun son tour », et cela nous serait bien utile !

  6. Et les motards ou autres scooteuristes ça compte ?
    Parce que je serais tenté de les rajouter à ta liste. Les motards (et affiliés) du périph parisien.
    Ceux qui (comme on trouve une voie 9 3/4 dans Harry Potter) ont créé spontanément et avec semble t’il l’assentiment des forces de l’ordre une voie 2 et demi entre la voie de gauche et la centrale (quand il y en a une).
    Les heures d’affluence (donc souvent) quand toi tu es scotché sur l’asphalte tu as droit à la charge héroïque des motards du dimanche et autres scooteuristes qui roulent à bonne vitesse t’empêchant par là même de changer de file gentiment comme c’est prévu par le code de la route.
    Dans ce cas tu dois d’abord prévoir un trou dans la file d’à côté puis t’assurer qu’aucun deux roues lancé à 60 quand toi tu es à 20 ne déboule pas entre les deux files. Combien de fois tu ne te fais pas klaxonner, invectiver, doigter parce que tu as commencé à émettre l’idée de vouloir peut-être changer de file !
    Rappelons une chose, ces motards du périph sont toujours hors la loi : soit ils te doublent par la droite, ce qui est interdit, soit ils dépassent sur ta file, ce qui est interdit et dangereux.
    Bon, j’ai fini, désolé mais il fallait que ça sorte 🙂

    1. Tu as bien fait. Un jour un connard de motard qui trouvait que je ne lui avais pas laissé le passage correctement (parce qu’en plus il faut se pousser pour qu’il nous passe sur la droite), m’a démoli mon rétroviseur extérieur d’un grand coup de poing. Depuis, je hais les motard…
      Et comme tu dis, ils ne semblent pas concernés par le code de la route !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *