Les "bugs" du net… LA PIRE GAFFE DE MA VIE !

57520741A l’heure où j’écris ce post, je suis encore vénère comme ils disent.

Il faut peu de chose pour gaffer par mail ou autre. Exemple : distraction due au chat qui me saute sans prévenir sur les genoux, et je suis très capable ici, de cliquer sur « publier » au lieu de « save Draft », même si les touches ne sont pas voisines (heureusement !). La main peut déraper, le mulot merder et hop, il faudra plusieurs heures parfois pour voir que sur le blog, se promène un post qui n’a rien à y faire et qui n’est même pas terminé. Cela m’est arrivé UNE fois. Depuis, quand je rédige un brouillon, je vais vérifier mon blog après… Mais tout cela n’est pas grave…

J’ai plusieurs boîtes mail (enfin 4), et depuis quelques semaines, toute communication avec meilleure amie m’est interdite sur sa messagerie perso car (c’est en anglais dans le texte), mon adresse IP aurait fait l’objet de plaintes, et mes messages chez elle sont systématiquement bloqués. J’ajoute qu’il s’agit là d’une boîte qui ne me sert que pour le problème « emploi », et pour correspondre avec elle. Comme elle n’y connait rien, le problème n’est pas près d’être résolu car elle ne sait pas aller vérifier sa liste de spams ou indésirables… Avec le pôle emploi pour l’instant pas de plainte : pourvou qué ça doure ! Mais cela n’est pas grave !

Vous me direz qu’un bon vieux courrier papier est plus sûr, mais c’est faux en ce qui me concerne, quand on connait mon facteur et son incapacité chronique à me délivrer mon courrier (et puis ce n’est pas bien grave).

Le pire vient de m’arriver. Dans le cadre de Houlala, j’avais des demandes particulières à faire aux chefs de rubrique. Je venais de plus de recevoir un mail incendiaire d’une jeune virago femme qui avait dans un premier temps accepté de devenir rédactrice, puis m’a précisé avec haine que finalement non, elle n’écrirait pas pour ce torchon, et j’en passe et des meilleures (merci d’ailleurs à l’auteur de ce mail qui est désormais en indésirable pour tout échange privé, moi aussi je peux faire jouer mon droit à la censure). Je souhaitais donc faire passer ce message très critique, aux autres, pour commentaires éventuels ou éventuels « laisser courir ».

J’avais donc fait un brouillon totalement à revoir (puisqu’il me fallait bien faire la distinction entre mes demande et le mail de l’autre folle (prévu en souligné/italique, etc), après en avoir discuté avec Pulchérie pour savoir à qui l’envoyer, toujours etc… Ce n’était pas pressé pour moi, à traiter dans la semaine, et avec humour de préférence.

Tout ceci sous fond de Diabolos essayant d’attraper un papillon de nuit, et n’hésitant pas à me sauter dessus pour mieux atteindre la bête (je suis pour lui un tremplin idéal).

Vous n’imaginez pas ma tête quand le lendemain, ouvrant ma boîte gmail (celle qui me sert pour tout ce qui est blog/internet) j’ai découvert une première réponse à mon brouillon. Réponse peu aimable, mais là c’était normal.

Je me suis tétanisée et mon coeur a migré dans mes chaussons. Rien à faire, pas de brouillon. J’avais dû cliquer sur « envoyer » qui est juste à côté de « enregistrer » sur gmail. Je m’en va voir dans les éléments envoyés : rien pour les 5 derniers jours, quelle horreur, il y a eu un bug, parce que justement avant la fête des mères j’avais envoyé plein de mails ! Je n’avais pas eu de problème avec ce serveur jusque là, et je suis certaine de ne pas avoir supprimé d’éléments envoyés : c’est le seul endroit où je ne fais jamais le ménage (d’ailleurs, il va falloir que je m’y mette).

J’avais déjà fait « enregistrer » au lieu de « envoyer » ou « supprimer » au lieu de « enregistrer », mais ce n’était rien du tout !!!

Il y a des moments où l’on voudrait rentrer sous terre, creuser jusqu’au centre, s’ouvrir les veines après s’être répandu des cendres sur toute la tête (je n’ai pas de cheminée, je vais désormais ramener des cendres de chez mes parents au caz’où). J’étais consternée, anéantie, malade, pas de risque que je ne fasse une overdose alimentaire dans les jours à venir : le stress me coupe l’appétit. J’avais l’air de quoi avec ce mail agressif, mal tourné, non terminé ? D’une conne. Parfaitement. Le lundi 8 juin 2009 j’ai été la conne la plus lamentable de la terre. Inutile de protester : j’ai la médaille de platine ! Incrustée de diamants cela va sans dire (j’attends tout de même de la recevoir…)

J’ai donc expliqué le problème à la première réponse, et à la seconde, redoutant toute la journée de trouver d’autres réponses me fustigeant (avec raison je le répète, mon brouillon n’étant pas destiné à être envoyé sans être totalement refait !). En passant une partie de mon après midi à pleurer de rage contre moi, de honte, de quasi désespoir (rapport du médecin légiste : « s’est ouvert les veines suite à un mail envoyé par erreur »)

Cela s’est bien terminé le soir, par un mail rassurant devant mon angoisse évidente, de la première réponse qui me voyait bien effectivement m’ouvrant les veines pour une connerie et a prétendu même que « cela avait eu du bon » (il y a des saintes femmes, je ne vous dis que cela)

Maintenant je voudrais des sécurités, encore des sécurités, toujours des sécurités :

  • Souhaitez-vous vraiment envoyer ce mail ?
  • Etes vous vraiment sure ?
  • Certaine ?
  • Voulez-vous réellement supprimer ce brouillon ?
  • Certaine ?
  • Vous n’aurez pas de regret ?
  • N’avez-vous pas opté pour « supprimer » par erreur ?
  • Je répète, n’avez-vous pas opté pour « supprimer » par erreur ?
  • Je re-répète…

Je sais ce serait énervant. Mais au moins, un seul clic ne suffirait pas pour qu’on se prenne une grosse claque !

Rien à faire, j’ai touché le fond, il ne me reste plus qu’à creuser (cherche pelleteuse, prix à débattre)… Car j’ai battu mon ex collègue Marie qui ne se relisait jamais malgré ses problèmes d’orthographe évidents, et avait envoyé la conscience claire « voyez après un nouvel orgasme » en lieu et place de « voyez auprès d’un nouvel organisme » et qui en a pleuré pendant 2 jours, la réponse du client ayant été fort déplaisante… Après elle se relisait, mais cela n’arrange pas présentement mes échalotes…

Rigolez, rigolez, vous m’en avez confessé de bonnes tout de même…

(Publié avec la gentille autorisation de la rédaction en chef, manquait plus que je fasse une nouvelle gaffe)

Et je ne vous évoque que peu le coup de torchon que je me suis prise de Pulchérie, se vengeant enfin de « qu’est-ce que c’est que ces notes ? », qui avait été mise en copie rapport à ce qu’il fallait qu’on en cause…

Bref… Rien qu’à relire l’évocation de ma gaffe la plus absolue (pour l’instant, restons optimiste…), je suis encore morte de honte…

0 réponse sur “Les "bugs" du net… LA PIRE GAFFE DE MA VIE !”

  1. Hihi ! Oui mais comme tu le dis ce serait énervant, et à force on n’y fait plus attention à ces messages : voulez vous vraiment, êtes vous sur ?
    Un jour j’avais envoyé un mél de « Bonne année » soft et pas du tout « personnalisée » style « tes deux bouts de chou et ton chat » à un collègue. Celui ci ne maîtrisait pas du tout la messagerie et il avait fait un message du style transférer à tout le service 180 personnes ! Je ne sais pas comment, car répondre à tous, on peut comprendre, mais là !
    Du coup ça avait duré toute la journée avec les réponses à tous.
    Je lui en avais voulu, je n’étais pas responsable, mais qui irait vérifier les listes d’envoi, pour voir que ce n’était pas moi qui avait fait la gaffe ?
    Et je n’avais aucune envie que le Directeur et consors voient mon message !
    L’année suivante, je lui ai dit Bonne année oralement !

    1. Avec l’électronique que l’on maîtrise, l’erreur est vite faite car on va souvent trop vite.
      Quant à ceux qui ne maîtrisent pas, ce sont les pire, comme l’illustre ton histoire.
      Et que dire en entreprises, de ceux qui laissent à portée de vue, des messages normalement confidentiels…

  2. Bonjour, c’est mon premier commentaire chez toi.
    Un petit commentaire pour te dire que d’une part ça arrive à tout le monde, et d’autre part j’ai ma petite technique pour limiter les gaffes. Lorsque je dois préparer un mail un peu délicat (pour une amie, le chef, une collègue) et que je sais qu’il va falloir le travailler, le retravailler et le relire, je ne le tape pas comme un mail, mais je fais un petit fichier texte (avec le bloc-note) que j’enregistre sur le bureau (comme brouillon-mail.txt). Comme ça, tu peux revenir dessus, le modifier (pas de risque que cliquer sur « Envoyer » par erreur) et un copier/coller dans la boite mail quand il est (vraiment) prêt!

    1. J’ai beau me dire que cela peut arriver à tout le monde, là c’est la première fois…
      Quant au bloc note, j’ai tendance à ne pas l’utiliser, mais je retiens le truc…
      Et bienvenue ici !

  3. Bon en même temps c’est le principe de la gaffe !
    Chiante, imprévue, mortifiante…

    Cependant je fais ma maligne car autant je peux gaffer « de visu », autant je n’ai encore jamais fait ce genre de bourde sur le net.
    Mais ça viendra très certainement ;o))

  4. Arrg! Effectivement, là on voudrait bien rentrer sous terre… une fois j’ai envoyé un SMS « privé » à mon chéri de l’époque… je me suis trompée de ligne dans mon répertoire (et pourtant mon vieux portable pratiquait une politique sécuritaire avec demande de confirmation précisant bien le destinataire, et tout… vraiment pas douée la fille!)… Résultat, le texto est arrivé chez ma grande soeur… j’ai pas osé me présenter devant elle pendant des jours!… et encore, ça aurait pu arriver chez quelqu’un de plus gênant…
    Donc je réclame la médaille d’or!!! (avec diamants aussi, si possible!) à posteriori (non, pas à titre posthume! quoique, vu l’état dans lequel j’étais en me rendant compte de ma bourde…)

    Sinon pour les mails « sensibles » comme celui de ton post, ce que je fais pour éviter la gaffe, c’est que je ne mets JAMAIS-JAMAIS l’expéditeur avant que le message soit ok, quitte à mettre la liste en début de mail pour n’oublier personne (ça vaut aussi pour les pièces jointes: ne pas mettre l’expéditeur avant la PJ, de peur d’oublier et d’envoyer le message sans rien… pas sérieux si c’est pour le boulot!). Cela dit, c’est facile de dire après… J’avoue que ce n’est qu’au 100ème mail sans PJ que j’y ai pensé…

    Au passage, je ne suis pas sûre que les demandes de confirmation soient très efficaces (la preuve en direct…), en tout cas chez moi, ça m’énerve tellement que je clique sur « oui » sans réfléchir… pas très futée, hein?

    Et enfin, courage, on s’en remet : après un épisode plus ou moins long d’autoflagellation, on ne garde finalement qu’un petit pincement de honte en y repensant… tu racontes, c’est bon signe!

  5. Pour le traitement des mails « sensibles », je retiens l’idée de ne jamais mettre l’expéditeur avant (mais là il s’agissait d’un genre de « réponse à tous »)
    Et pour le texto, je suis bien contente de ne pas savoir les rédiger (une vraie quiche).
    Un de mes collègues avait rédigé un message torride à sa femme après 1 semaine d’absence, et l’avait envoyé à la chef du projet sur lequel il travaillait.
    Lui aussi était mal !

  6. Je compatis, je connais la sensation de vouloir se cacher loiiiiinnn.
    J’ai commis une super gaffe juste embauchée…J’ai voulu envoyer discrètement à ma collègue mon avis sur les nouveaux stagiaires ( plutot mignons) … Sauf que j’ai envoyé mon mail à « stagiaires-finance » (eux) plutot qu’a « stagiaires-logistique » ( ma collègue).

    J’ai eu honte, mais honte….

  7. une fois ce n’est pas trop grave, je crois qu’on s’est tous fait avoir avec le choix du destinataire/copie/copie cachée etc ou les re: re : re: qui deviennent incompréhensibles, les collègues du coup font souvent preuve d’indulgence…
    le pire c’est quand le même genre de gaffe est répétée peu de temps après, là ça craint vraiment !

  8. Ah si on pouvait rappeler les mails a posteriori…

    Je mets toujours l’expediteur juste a la fin, au moment de poster, au cas ou.
    Mais un jour, malade, je dois annuler des RV par mail, expliquer que 100% aphone, sourde, presque dans le coma, je ne peux meme pas telephoner… j’ai clique sur les mauvais noms.
    Ca a donne 3 lapins poses a des clients et aucune reponse a mon numero de tel professionnel. Plus 3 mails avec des « Cher M.Dulac » a des « Mme Dupre », qui m’ont repondu sechement « Vous ne connaissez meme pas mon nom, mon sexe, la date de notre RV ! « .
    J’ai dormi 72 heures car j’etais vraiment tres mal. Au reveil, j’ai compris ma gaffe. Les excuses ont ete jugees trop tardives.
    En 3 clics, 4 clients perdus, 2 juste vexes.
    J’etais pas fiere.

  9. On aurait dû t’appeler Gaston, c’est sûr!!

    Tu vois…finalement le progrès…les nouvelles technologies…tout ça…ça n’a pas que du bon!!

    Ce genre de problème n’existait pas du temps des pigeons voyageurs!!;-)

    Merci de nous rappeler de faire gaffe, c’est l’genre de truc qui pourrait bien m’arriver…

    PS: Dis, au risque de passer pour une « has been » totale, c’est quoi Houlala? ( rien vu en 1ère page d’accueil de google, juste un truc pour les gamins, à priori….)

  10. Rhalala, à qui ce n’est pas arrivé !! Ne te mets pas Martel en Tête, c’est fait, tu ne peux rien y faire, c’est pas grave et y a pas mort d’homme (non ?)

    Un truc ? Ecrire sur bloc note, ou word plutôt que dans l’admin ou dans le gmail les textes sensibles (ou pas) histoire d’être sûre de ne pas gaffer (enfin, je dis cela mais contrairement à Manou, je suis gaffeuse IRL et sur le web alors…
    Allez, une biz pour le réconfort 😉

  11. je suis desolée mais tu m’as fait rire avec tes histoire de securité .

    Bon si ca peut t’aider, moi j’ai ecrit un mail a une collegue a propos d’un collegue hot, je me suis lachée, c’etait drole, je riais. Enfin jusqu’a ce que je cliqque sur envoyer et que je me rende compte que je l’envoie au mec en question. La honte c’est abattue sur moi et mes descedants.

    le mec apoliment fait semblant de rien, j’ai survecu et dpuis je fais A-TEN-TION (et je suis entierrement d’accord pour qu’une petite fenetre s’ouvre etme demande « es tu sure que tu veux vraiment envoyer un mail a david » « attention le david qui est le mari de ta soeur pas le david avec qui tu bosses, t’es toujours aussi sure » « ok j’envoie le mail si tu cliques une troisieme fois sur envoyer mais viens pas te plaindre apres »

  12. Le coup du mail envoyé à la mauvaise personne, c’est courant apparemment.
    Ca ne me console que moyennement, je retourne me mettre la tête dans le sable…

    Sinon des sécurités précises et humoristiques, cela serait sympa tout de même !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.