Je te fais pouêt pouêt, tu me fais pouêt pouêt, on se fait pouêt pouêt et puis ça y'est !

clin-doeilDivine chanson du passé, de l’époque où l’on écrivait des paroles intelligentes (dixit mon arrière grand mère) et non pas n’importe quoi.

En fait je ne fait pas pouêt pouêt, c’est réservé à Pulchérie, je fais gling gling.

Enfin pas moi, mon oeil gauche.

Vous allez rire.

Si.

Vous savez déjà que je souffre de rhinite allergique saisonnière et je suis persuadée d’ailleurs que vous n’en dormez pas de la nuit. C’est gentil.

En plus pour rajouter à vos insomnies dues au souci que vous vous faites pour ma santé, je précise que je suis allergique aux poils de Diabolos, ce qui fait que le saisonnière se transforme en annuelle…

J’ai donc un arsenal pour me soigner, des comprimés que je prends enfin, du pisch dans le nez et des gouttes dans les noeils.

Tout cela pour me réveiller un beau matin avec l’oeil gauche faisant gling gling quand j’en clignais (de l’oeil).

Le bruit m’a tout de suite alertée, et je me suis mise en position verticale à une vitesse infernale, comme si qu’un commando terroriste me demandait de me lever tout de suite.

Une fois debout, pas le choix, première chose à faire : le pisch dans le nez. Et là, mon oeil a cessé de faire des glings.

Etrange.

En tâtant tout de même l’aile du nez côté canal lacrymal, j’ai eu l’impression qu’une bulle d’air se promenait dans le secteur. Me manquait plus que de ne dormir que d’un oeil pendant que l’autre pouvait jouer la symphonie lacrymale en la mineur (j’aime mieux le la mineur que le do majeur et c’est comme ça).

Evidemment, personne ne m’a crue : le chômage ça esquinte.

Donc un matin, en me levant à la grande Motte, j’avais l’oeil qui faisait pif, paf glong, je ne me suis pas mise le pish dans le nez tout de suite, et j’ai fait entendre à Mrs Bibelot. Qui a trouvé cela extraordinaire.

Sauf que quand elle a appelé son mari (mon père), la position verticale avait joué et que mon père a cru que c’était une blague, d’autant que Mrs Bibelot a perdu pas mal de sa capacité auditive (tout en refusant de l’admettre) et qu’elle était donc aussi fiable comme témoin, qu’un aveugle ayant vu la voiture du tueur quitter le parking du super U où l’héroïne s’était fait descendre (oui j’étais en période polars).

Le problème c’est que maintenant, ce n’est plus uniquement à mon petit lever que mon oeil chante, mais parfois dans la journée, quand j’ai la narine gauche qui se bouche (mon oeil droit est insensible à la narine droite qui se bouche), et qu’il me faut faire plusieurs pressions pour que la bulle ou je ne sais quoi (un allien ?) foute le camp et me fiche la paix. Ceci bruyamment, l’oeil n’est pas d’accord, la narine non plus.

Donc ce dimanche, j’ai pu faire entendre à plusieurs témoins dignes de foi mon oeil cliquetant.

Tout le monde a trouvé cela tordant. Comme ça ne me fait pas mal, c’est super marrant effectivement, sauf quand les dialogues de la série made in USA du soir sont couverts par un gling gling gling persistant, à tel point que Diabolos vient me renifler pour vérifier que cela vient de moi.

Je lui confirme : c’est bien mon oeil gauche qui est en cause ou je ne sais quoi d’ailleurs.

J’attends que le droit (d’oeil) s’y mette à son tour pour aller rejouer la symphonie du nouveau monde chez Acromion en lui demandant si je dois consulter un ORL ou un ophtalmo.

Cruel dilemme…

La vie n’est qu’un long calvaire pouêt pouêtant !

J’espère que la musique va vous trotter dans la tête toute la journée, pour ceux qui la connaissent (c’est du grand art !)

23 réponses sur “Je te fais pouêt pouêt, tu me fais pouêt pouêt, on se fait pouêt pouêt et puis ça y'est !”

  1. Euhhhhh
    Déclarer tout de go : « mais tu es un phénomène de foire ! » serait de mauvais goût, hein ?
    Touches-en un mot à ton doc, quand même. Ou alors c’est le stress… tu as de quoi, ces derniers temps.

  2. Votre grave état de santé m’empêche en effet de dormir la nuit. Non pas que j’habiterais votre voisinage et que le tintamarre produit par votre oeil atteigne mes oreilles mais parce que cela me fait penser à John « Le Biscuit » Cage (Ally McBeal) et son bruit nasal.
    Un exemple pour rappel : http://www.youtube.com/watch?v=wHKI5hdgDNI à 3:32.

    Quand au pisch nasal, ne vous empêche t-il pas de remuer votre petit nez et de faire ces admirables sortilèges dont, par exemple, celui de vous débarrasser de vos allergies ? Mais en y réfléchissant un peu plus (vous voyez à quel point votre santé m’empêche de dormir), j’imagine que si votre nez est grippé, il ne peut plus bouger. Comme le ferait toute mécanique de pointe… Peut-être qu’en remplaçant le pisch par un pschit de Decaltout vous auriez un autre résultat ?

    1. Tintamarre est un bien grand mot !
      Bruit curieux et inhabituel convient mieux…
      Quant à mon petit nez, j’ai assez essayé de le remuer petite fille, pour savoir que les sortilèges avec, ça ne marche pas…

  3. N’attend pas. Cours de suite chez ton docteur. Ce n’est pas parce qu’un symptome est amusant qu’il faut attendre qu’il s’etende. Tes yeux sont la pour le reste de tes jours. Protege-les! En plus tu as le temps pour!

  4. Pouêt Pouêt ! Ah du grand art cette chanson !
    Sinon je ne suis pas charitable, mais morte de rire ! hihi ! J’ai le foie qu’est pas droit, j’ai la rate qui se dilate ! Galstar a raison, n’attend plus !

    1. Ah je te reconnais bien là !
      Tu aurais été effectivement morte de rire lorsque cela m’est arrivé la première fois, devant mon air éberlué !
      T’inquiète j’ai vu le médecin depuis…

  5. L’oeil qui fait gling gling, c’est tout un poème ! lol Je sens que ça va passionner Acromion ! Fais gaffe qu’il ne t’envoie pas chez un psy ! lol
    Plaisanterie mise à part, tu m’angoisses là, j’ai déjà les articulations qui craquent, l’estomac qui fait glou-glou, et les intestins qui font plof-plof, je vais surveiller mes yeux avant de devenir une symphonie ambulante !
    Ah vieillir !!!!!!!!!! lol
    Bonne journée

  6. chez le médecin ! maintenant ! on ne sait jamais !
    ma mère aussi disait que les chansons étaient idiotes dans les années 70. alors je lui rappelais cette oeuvre immortelle « l’hôtel des trois canards » sortie dans son enfance, et « tire l’aiguille ma fille » ou un truc de ce style, sortie dans sa jeunesse…

    1. Pas de soucis pour mon oeil, ce n’était qu’une manifestation assez rare…
      Et sinon, j’ai retrouvé un jour des paroles de chansons chantées par mes arrières grands parents lors de fêtes de famille loin des oreilles innocentes (qu’ils croyaient), dont une extraordinaire : « va te faire mettre une glande ».
      Hélas, ils ont toujours fait semblant d’avoir oublié la musique…

        1. « Pouet-pouet » (Auteur : Bourvil)

          Dans les bagnol’s aujourd’hui
          C’est la poule qui conduit
          L’monsieur roul’des yeux d’veau
          Pendant qu’ell’pilot’ sa cinq ch’vaux
          Il a l’air embêté,
          Assis à ses côtés
          Et quand ell’serr’ les freins
          Il serr’autr’chose sans entrain
          Il lui faut du courage
          Lorsqu’ell’ prend ses virages
          Quand moi, j’en vois
          A un croisement du bois
          Qui fonc’ sur moi viv’ment, je n’l’engueul’ pas
          Mais galamment:

          [Refrain 1:]
          Je lui fais « Pouet-Pouet »! Elle me fait « Pouet-Pouet »!
          On se fait « Pouet-Pouet » et puis ça y est.
          Je souris « Pouet-Pouet »! Elle sourit « Pouet-Pouet »!
          On sourit « Pouet-Pouet »! On s’est compris.
          Alors le monsieur qui l’ voit fait un’ sal’ trompette
          Y en a même quelquefois plus d’un qui rouspète
          Je lui fais « Pouet-Pouet »! Ell’ me fait « Pouet-Pouet »!

          Jadis on s’ faisait la cour
          Avant d’ parler d’amour
          Ça durait trop longtemps
          Rien qu’ sur la pluie et le beau temps
          Ce n’est que le lend’ main
          Qu’on se baisait la main
          Et quinze jours après
          Qu’on s’embrassait d’un peu plus près
          Moi,quand un’ femme m’excite
          J’y vais beaucoup plus vite
          Mon r’ gard sans r’ tard
          Lui flanque un coup d’ poignard
          Je lis au fond d’ ses yeux
          J’en dis pas plus ça vaut mieux.

          [Refrain 2:]
          Je lui fais « Pouet-Pouet »! ell’ me fait « Pouet-Pouet »!
          On se fait « Pouet-Pouet »! et puis ça y est !
          Je souris « Pouet-Pouet »! elle sourit « Pouet-Pouet »!
          On sourit « Pouet-Pouet »! on s’est compris !
          Et quand j’lui ai bien chanté ma petit’ romance
          Ell’ dit d’un air enchanté j’ voudrais qu’ tu r’ commences
          Je lui r’ fais « Pouet-Pouet »! ell’ me r’ fait « Pouet-Pouet »!
          On se r’ fait « Pouet-Pouet »! et puis ça y est !

        2. Merci de m’avoir repêché…

          J’en profite pour faire plaisir à nos chers majors (ici, les Ed.Salabert) en précisant que cette chanson est un extrait de l’opérette « Elle est à vous », que les paroles sont de André Barde et la musique de Maurice Yvain. Pour celles et ceux qui s’en souviennent, c’était en 1929 !
          Elle a été interprétée en 1929 par Alibert, en 1968 par Bourvil, en 1980 par Roger-Pierre, et en 1987 par la merveilleuse Charlotte Julian.

          Bref, de la vraie musique, avec de vraies paroles pour plaire aux vraies arrières-grand-mères :c)

    1. Oui on peut dire qu’entre les articulations, les yeux, et tout le tintouin, on peut bien rigoler.
      Je ne pensais pas que mon oeil serait à ce point générateur de bonne humeur !

  7. Je souris, tu souris, on sourit….

    On s’est compris 🙂

    PS. Pour le gling, faudrait l’enregistrer, parce que là, je pense que le chômage et l’âge commencent à avoir raison de ta santé ;-p

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.