Bienvenue sur le blog de la Gentille sorcière.

Archive pour avril, 2010

C'était dans l'air… L'agression…

uppercut-copierNous avons tous bien rigolé concernant les armes défensives qui pourraient être utiles à une faible femme roulant seule de nuit… (ou de jour d’ailleurs…).

N’empêche que c’était dans l’air et comme je suis dans une période de chance, il fallait bien que cela tombe sur moi (ça c’est mon côté positif qui ressort).

Le dimanche midi chez mes parents, après un plantureux repas, il m’est généralement impossible de manger mon dessert. Je le remporte donc pour le déguster le soir.

Dimanche de pâques, une petite faim sur le coup de 21 H : qu’à cela ne tienne, la tarte au citron que j’ai rapporté fera parfaitement l’affaire (j’ai dit une petite faim probablement psychologique vu ce que j’ai mangé le midi).

Elle n’est pas dans le frigo, j’ai dû l’oublier dans la voiture (j’oublie souvent des trucs dans ma voiture). J’enfile en vitesse un slim correct en lieu et place de l’immonde caleçon devenu sarouel que je porte chez moi, je prends mes clefs et je descends.

Normalement la résidence est calme. Là c’est vraiment calme, un peu partout les lumières signalent que tout le monde regarde la TV. Sur ma gauche pas très loin, une silhouette à laquelle je ne prête pas attention : les jeunes du coin aiment bien trainer dans ce secteur (en clopant visiblement en douce de leurs parents). Ou bien quelqu’un promène son chien pas toujours visible.

J’ouvre ma portière, j’attrape la tarte au citron bien emballée, je referme la portière et la voiture, et je me retourne pour rentrer chez moi.

Là, tout va très vite. Quelqu’un en face de moi, je ressens un coup abominable sous le menton, et mon seul réflexe est de serrer mon trousseau de clefs et de m’appuyer à la voiture pour ne pas tomber, me sentant complètement sonnée. Je crie tout de même, alors que le quelqu’un détale à vive allure et s’engage dans la rue adjacente, comme si j’étais en état de lui courir après, alors que bêtement je ne sais que penser “je vais être belle demain”…

J’attends de reprendre mes esprits. Aucune fenêtre ne s’est ouverte, personne ne se manifeste. Ai-je vraiment crié, et assez fort ? A quoi bon crier à nouveau IL est parti en courant…

Je regagne mon hall avec précaution car la tête me tourne et je réussis à rentrer chez moi, non sans vérifier que je ne suis pas suivie. Je n’ai pas vraiment peur, pas eu le temps de réaliser, c’est un étrange état second. Je ne comprends pas. Pourquoi cet uppercut et cette fuite immédiate ? Il voulait quoi ce type qu’il n’a pas demandé ? Mes clefs ? me piquer ma voiture ? Non, il semblerait qu’il voulait juste m’en flanquer une et là, il ne m’a pas loupée.

Je suis consciente qu’il n’a pas frappé de toutes ses forces, car sinon il m’aurait pété la mâchoire, mais je me demande pourquoi, pourquoi, pourquoi, et j’appelle la police.

Ils prennent note. Ils veulent bien se déranger puisque moi je ne peux pas venir les voir, mais si je suis incapable de leur décrire l’agresseur, cela ne va pas servir à grand chose (ils ne sont pas juste à côté). Une agression exactement similaire a eu lieu il y a 3 semaines dans une autre résidence, là aussi, pas de description possible.

Tout est noté sur le registre (mon appel et les faits), et cela en reste là.

Je précise que mon parking n’est pas éclairé et que c’est en arrivant au niveau de l’escalier du hall que se déclenche la minuterie. Je n’ai donc pas vu du tout mon agresseur, juste une silhouette. Sauf qu’il m’a semblé jeune et sportif, et qu’après coup (à tous les sens du terme) j’ai eu l’impression qu’il avait une capuche de sweet comme en portent beaucoup de jeunes.

Le lendemain matin, en me réveillant, j’étais encore dans le gaz, et je me demandais pourquoi j’avais si mal au menton, à la mâchoire.

Et puis je me suis souvenue et là, enfin, j’ai pleuré, avant d’aller constater les dégâts curieusement peu visibles (sous le menton, il devait avoir une bague, je ne sais quoi, qui m’a fait une belle entaille), alors que la douleur menton/mâchoire était elle, bien présente…

Le même coup dans le nez et j’aurais été belle pour le mariage de Pulchérie… C’est ma seule consolation…

Il est parti en courant, heureusement. Car en fait s’il avait voulu me piquer mes clefs j’aurais été incapable de faire quoi que ce soit pendant plusieurs secondes pour me défendre, même avec un fer à repasser, que je n’avais pas de toutes manières…

Comme quoi, rien n’est évident.

La vie n’est qu’un long calvaire, car je sais que je ne pourrai plus jamais rentrer de nuit chez moi, sans appréhension, et en toute confiance, comme avant…

Tarte au citron : à consommer avec modération…

Posté le 7 avril '10 par , dans Histoire de sorcière, Nos grands moments de solitude. 40 Commentaires.

Self défense…

self-defense-copierNous sommes bien peu de choses ma brave dame,  mais ce bien peu de choses, nous y tenons.

A savoir que ce dimanche de Pâques (paix sur terre aux hommes de bonne volonté), ma soeur qui devait aller voir un copain le soir et sachant, se connaissant et le connaissant, qu’elle allait rentrer tard, s’est préoccupée de savoir ce qu’elle pourrait poser sur son siège passager pour assurer sa sécurité en cas d’agression. Entre Colombes et Rambouillet on ne peut être certain de rien… (malheureusement authentique)

  • Ma mère lui a immédiatement apporté une canne épée de son arrière grand père à elle (c’est vous dire l’âge de la relique). Ma soeur a pu l’ouvrir après 3 tentatives vaines, mais le processus remis en route fonctionnait très bien (surtout après graissage par Jean Poirotte) (si ma nièce n’a pas dégommé le chat avec la canne épée c’est parce que ce chat a 7 vies et ses parents 7 noeils qui regardent de tous les côtés).
  • Ma soeur a dit “je prends”, mais c’est bien beau, une canne épée, si le mec m’agresse après m’avoir pété ma vitre, je n’aurais pas le temps, pas le temps…
  • Mon père l’a emmenée dans la cour et sa voiture pour lui montrer la manoeuvre à effectuer quand un intrus introduit son bras dans l’habitacle. Manoeuvre destinée à péter le bras de l’intrus et lui ruiner le coude à jamais (bien fait pour lui). J’ai déjà bénéficié de la leçon et jamais eu l’occasion de la mettre à exécution et tant mieux… Cela doit porter chance !
  • Mon frère à l’abri de tous soupçons et ne craignant aucune agression lui, parce qu’il en a vu d’autres (ah bon ?) a dit qu’un coup d’enclume sur la tête était un remède miracle pour guérir un voyou de son envie de voyouter. Il faut vous dire que mon frère est un maréchal ferrant repenti, mais qu’il en garde des séquelles. Et puis tout le monde sait qu’une enclume ça se manie comme ça, d’un doigt.
  • Ma soeur a décliné mais a pensé qu’un coup de fer à repasser pourrait faire l’affaire : Zoyeux Noël Félix et PAF !
  • Ou bien que mon idée de marteau n’était pas mauvaise.
  • N’étant pas armée dans ma voiture, mais ayant ma croix (à dévisser les saletés de boulons de la saloperie de roue qui aurait connement crevé) à porté de main tout de même restons lucides, j’ai suggéré à ma soeur de mettre la sienne sur son siège passager. Ca peut faire matraque à mort.
  • Mon père a déclaré que la croix à porter c’était le vendredi qui venait de passer et maman m’a précisé pourquoi c’était drôle.
  • Papa lui a précisé que j’avais certainement compris.
  • Du coup, vexée, elle lui a déclaré qu’elle mangerait le baba au rhum
  • Ma soeur a décliné l’enclume, retenu la croix et le marteau (nouveau concept)
  • Sinon, il y avait le Bowie de papa à l’étage. C’est un couteau de chasse, non illégal. Avec lui, vous égorgez un malfrat sans qu’il n’ait le temps de dire merde (d’habitude c’est “ouf”, ici, c’est “merde”).
  • Quand ma soeur a vu la lame et son père se couper avec pour lui montrer qu’elle était aiguisée comme un rasoir, elle a dit “non merci”. Ce n’est pas à l’agresseur qu’elle pensait, mais à elle. On a vite fait de se blesser avec un truc comme ça, comme le prouvait son père en cherchant des pansements en brâmant comme s’il n’avait pas subi un triple pontage et tout le bataclan…
  • Ma belle soeur lui a suggéré le coup du destop à envoyer dans les noeils des salauds d’agresseurs. Excellente idée qui m’a rappelé une amie à moi qui se déplaçait dans le métro avec un pistolet à eau rempli de vinaigre et a visé deux fois les yeux… Avec le destop on peut se faire agresser juridiquement pour tentative de mutilation volontaire, pas avec le vinaigre…
  • Ma soeur a été désolée, mais elle n’a pas de pistolet à eau (carence à laquelle il faut remédier dare dare, y compris pour moi…)
  • Du coup mon père est allée lui chercher un pistolet d’alarme, réplique parfaite d’un je ne sais plus quel calibre, qu’on dirait un vrai et qui fait “pan” en lâchant de l’air comprimé.
  • Mon frère a objecté qu’on voyait bien que ce n’était pas un vrai pistolet
  • Des débats ont débuté sur la capacité d’un loubard shooté, à reconnaître un vrai pistolet d’un faux à 2 H du matin, sur les quais de la Seine.
  • Maman a apporté le dessert et pris le baba au rhum
  • Ma soeur a parlé là de son pot d’échappement qui menace de s’écrouler…
  • Je VOUS EPARGNE LA SUITE !

De ce que je sais, ma frangine partira avec du destop, un marteau, une croix, un fer à repasser, une canne épée, le pistolet d’alarme à rendre à papa dès le retour, et son couteau à ouvrir les huitres paraît-il redoutable (pour elle).

Si les gendarmes nous appellent pour aller la récupérer au poste, nous saurons pourquoi…

Les repas de famille sont grandioses et la vie n’est qu’un long calvaire…

Posté le 4 avril '10 par , dans Dans la série Diabolique, Nos grands moments de solitude. 18 Commentaires.

J'ai été eue par une publicité… (part 1)

wcCet article n’est bien évidemment pas sponsorisé…

Je suis généralement peu réactive aux publicités (sauf concernant tout ce qui touche aux cheveux), et en plus je regarde très peu la TV.

Souffrant chez moi d’une eau qui est tellement calcaire que l’on pourrait se croire dans une grotte pétrifiante, j’ai des problèmes constants avec ma cuvette de WC.

Elle est vieille, le calcaire la rend grise.

Depuis que j’habite cet appartement j’ai du dépenser l’équivalent d’un an de salaire en :

  • Anti-calcaire classique
  • HCl
  • Eau de javel
  • Huile de coude pour frotter tout cela.

Pour la robinetterie normale ça va, mais les toilettes me posent un problème. Et si je suis d’une nature bordélique, j’aime bien que mes sanitaires soient propres.  Ma cuvette de WC prend régulièrement une allure à déprimer un moustique gorgé de sang et donc théoriquement content.

Je suis donc tombée tout à fait par hasard sur une publicité pour un produit WC, en forme de canard, dont je tairai la marque. La dame a des chiottes vraiment crades (jamais je ne pourrais laisser les choses aller jusque là…), elle met le produit, elle tire la chasse et la c’est plus blanc que blanc (donc quasi transparent).

J’ai fait un genre de projection curieuse… Et hop, lors de mes dernières courses, j’ai acheté le dit produit en ricanant à l’avance devant la tronche que ferait le tartre après l’attaque.

Il est indiqué :

  • NOUVEAU
  • Power plus
  • Le gel nettoyant SURPUISSANT
  • Enlève les taches les plus tenaces
  • Désinfecte

Je réalise soudain (toujours rapide) qu’il n’est pas indiqué que c’est détartrant et que donc toute plainte contre le concepteur du produit m’est interdite.

Devant m’absenter tout le samedi, avant de partir, je vide la moitié du produit dans les WC, bien partout comme il faut. Je ricane toujours. En rentrant il ne me restera qu’à tirer la chasse d’eau pour retrouver une cuvette transparente neuve.

Je rentre le soir et je tire la chasse d’eau, frétillante de bonheur (quand je vous le dis que je suis givrée…).

Non seulement les taches grisâtres de tartre ne sont pas parties, mais le produit a laissé lui, son empreinte, encore plus grisâtre, qui résiste à la brosse… Ma cuvette semble 3 fois plus sale qu’avant le passage du produit.

Je suis consternavrée, par ma connerie et les fils de pub…

Il me faudra me résoudre à y aller avec de l’HCl (dilué), pour venir à bout du problème, en me souvenant qu’il ne faut JAMAIS écouter les publicités.

D’ailleurs je me demande si Delphine achète désormais du Mr Pr*pre. Elle avait compris “Mr Pr*pre fait des taches partout, et non pas “détache tout”.

Du coup, elle m’interdisait d’en acheter…

Parfois, les pubs loupent complètement leur message, mais parfois elles réussissent à nous avoir…

La vie n’est qu’un long calvaire…

Posté le 1 avril '10 par , dans Crise de nerf. 28 Commentaires.