Le tonneau des Danaïdes (le mariage de Pulchérie ?/?)

200471538-001Les Danaïdes avaient tué leurs maris, leur châtiment peut sembler juste (encore que, la mythologie ne nous dise pas tout).

Le tonneau des Danaïdes, dans le petit bois (lonlère et tralala), c’est le tas de « à brûler » dans un feu dont j’ai la charge (l’allumer, l’entretenir, et l’éteindre). Pour le lundi de pentecôte où il faisait 28° à l’ombre, c’était vraiment le pied, d’entretenir un feu.Vous me direz qu’il n’y a pas idée de se mettre à l’ombre quand il y fait des températures pareilles, mais le feu c’est LA et non plus LA ou LA, et donc j’étais à l’ombre.

Restait un gros tas à brûler. Du bien sec, sans vent, c’était l’idéal pour cuire, de la ronce et du bois mort, fastoche…

Sauf que, au fur et à mesure que je mets dans le feu, je vois arriver des brouettes d’autres trucs à brûler. Du nouveau, du qui vient de sortir de terre, ou de la découverte…

Les orties tiens… Faut les éradiquer (qu’on croit). C’est vicieux ce truc là. Non seulement ça pique, mais même mis sur un tas de braises impressionnant, ça refuse de sécher pour brûler. Et puis le temps passant on avise des ronces superflues, sauf celles qui trônent dans le rosier sauvage, encore des épines noires, encore des branches mortes, etc…

Plus j’en brûle, et plus il y en a à brûler, c’est catastrophique. Pulchérie contemplait le tas « à bruler » d’un air consterné : tout sera-t-il bon pour le 26 juin ? En viendrons-nous à bout ?

Car il y a des trucs qui repoussent déjà. Sans engrais et sans arrosage, les orties, les épines noires, les ronces semblent avoir repris une certaine vigueur. Les ronces coupées au ras du sol repartent avec une allégresse à consternavrer un jardinier qui a attendu en vain qu’un buisson de fleurs reparte après l’hiver. On les entendrait presque chanter c’est de la provocation. Les coupeurs savent qu’ils auront les derniers coups de sécateur à donner 8 jours avant le jour J.

Et là, le terrain où se tient le feu, devra également être mis bien à plat pour être fréquentable…

La question est donc la suivante : dans quelle parcelle voisine non entretenue, allons nous finir par mettre les déchets verts ?

Car au bout du rouleau, il nous faudra bien en venir là…

D’ailleurs ON m’a avertie que le feu, c’était terminé, le terrain ayant été mis au point (moins l’églantier de Mrs Bibelot et ses ronces…). Ne me restera plus qu’à couper des ronces fringantes, les pauvres…

Adieu le feu dans le petit bois, c’est désormais du passé… La vestale va laisser la place à la mère de la mariée.

Toute une histoire…

La vie n’est qu’un long calvaire…

PS : c’est tellement un long calvaire que vous pourrez constater que j’ai eu la flemme de mettre au passé le post, alors que je savais que le feu, c’était terminé…

0 réponse sur “Le tonneau des Danaïdes (le mariage de Pulchérie ?/?)”

  1. à 10 jours de l’échéance tout est il prêt ? J’ai comme un doute et je pense ton week end prochain sera encore bien pris… Dernier rush avant d’être la plus jolie mère et belle-mère 😉

  2. Normalement les déchets verts peuvent être emmenés en déchetterie! 🙂 Enfin, reste à avoir un gros véhicule pour les y emmener…
    En tot cas, j’adore comme tu racontes, on s’y croirait!!

    1. Non les déchets verts vont aller directement dans les ornières du chemin communal qui mène au petit bois : 9 mois que l’on demande à la municipalité de le remettre en état.
      Ras le bol des bras cassés, maintenant on va les emmerder…

  3. Ce petit bois… depuis le début… me fait penser à chaque fois à une chanson que Maman chantait quand nous passions en voiture sous des arbres – j’espère que je ne suis pas la 100ème à te la délivrer 🙂

    Un ptit bois, ptit bois charmant
    Quand on y passe, on est tranquille
    Un ptit bois, ptit bois charmant
    Quand on y passe, on est content

    Probablement désuet, mais plein de souvenirs et c’est ce que je vous souhaite de pire : de bons moments et de bons souvenirs nan mais !

    1. Espérons que le vent va se maintenir, car là, c’est une triste constatation :
      Quand il n’y a pas de vent il pleut
      Quand il n’y a pas de pluie, ça vente…
      Entre deux maux…
      Et puis bon comme la mariée n’aura pas de voile, le vent elle s’en fiche !

  4. Timeo Danaos et dona ferentes. Je crains les Grecs et leurs présents. (Virgile)

    Danaos donna ses filles qui tuèrent leurs maris (sauf une qui le sauva).

    Moralité, ne faites pas confiance à futur beau-papa quand il vante les qualités de sa progéniture, il a envie de s’en débarrasser.

    Mieux vaut le beau-père qui ne dit rien, c’est un sage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *