Les affreux moutards…

boxe-copierVivement la rentrée et paix sur terre aux profs et instits de bonne volonté.

Après l’épisode de la pierre reçue par moi et de mon clash avec le père d’un bambin, aussi charmant que son fils, la troupe n’a pas été consignée à la maison à finir ses devoirs de vacances.

« Les gosses, faut bien que ça s’amuse »…

Rentrant chez moi pile poil une semaine après cet épisode hilarant, j’entends que l’on s’amuse un peu fort derrière chez moi.

A savoir côté cuisine et chambres qui donnent sur une pelouse rustique et un bois.

Je vais jeter un oeil de mon balcon de cuisine et je découvre, patatras, la bande de gamins de « l’autre jour ».

Qui s’en donnent à coeur joie :

  • En coupant les uns après les autres, les bambous soigneusement plantés il y a 3 ans de cela, et qui commencent à être bien développés et à faire très joli
  • En arrachant à tout va ce qu’ils peuvent, d’un saule pleureur planté l’année de mon arrivée (1995) et qui commence à être vraiment beau
  • Et je rêve ou quoi, mais LE sale gosse a de nouveau un lance pierres dans les mains, avec lequel il essaye d’avoir un des deux chats errants dans le secteur, et au sujet desquels toute la copropriété s’est cotisée pour faire pratiquer une stérilisation, et que tout le monde nourrit.

Mon sang ne fait qu’un tour, mais j’hésite à intervenir, même de mon balcon. A toujours râler, je vais passer pour une emmerdeuse…

La lâcheté m’étouffe sur ce coup là, mais qu’à cela ne tienne, je ne suis pas seule au monde, pour une fois, en ce mois d’août où ma résidence se vide.

Voilà qu’arrive d’un pas martial, un de mes voisins, dont les enfants sont bien élevés, qui ne trainent jamais à faire n’importe quoi, disent bonjour, et vous tiennent la porte ouverte en cas de besoin. Je les vois partir à la piscine chaque début d’après midi quand je sors de chez moi pour me vider la tête : eux s’occupent agréablement.

Ce père, un comble, expédie même ses deux  pré-adolescents faire des courses à Champion « ta mère te l’a demandé, alors plus vite que ça ». Et la première fois que j’ai entendu ce dialogue, j’ai sourit, songeant à l’air horrifié de Delphine jadis, à qui j’avais demandé d’aller acheter du pain et un litre de lait « je vais avoir l’air de quoi, avec mon pain et mon litre de lait ? »…

Je sens que cela va chier, je reste sur le balcon de ma cuisine pour voir la chose. Je fais rarement la concierge, mais là, la tentation est trop forte.

  • Premier acte du drame : il choppe le môme au lance pierres par le col, lui arrache l’arme du crime ET lui flanque une baffe. Enfin un genre de claque, pas de quoi faire une marque… EN PRISON !!!
  • Le môme braille. Je reconnais son krikitu.
  • « Tu la ferme ou je t’en colle une autre, c’est quoi ces manières de vouloir tuer ou blesser cette pauvre bête ? Quel est l’imbécile qui t’a donné ce lance pierres ? »
  • L’autre rétorque toujours en hurlant que l’imbécile c’est son pèèèèèère !
  • Les autres se figent, mais qu’à cela ne tienne, c’est leur tour.
  • « Et vous ? De quel droit abimez-vous ces arbres et plantes qui appartiennent à tout le monde ? Vous me donnez vos noms et vos adresses et plus vite que ça, sinon j’appelle la police » (il sort un carnet de sa poche de la main droite et palpe la pochette dans laquelle se trouve son portable, pour montrer qu’il ne plaisante pas)
  • Les moutards s’exécutent, confus, pendant que le braillard part en courant au son de « papaaaaaa au secours, un vilain bonhomme nous embête ! »

Et voici le père, habitué sans doute à se déplacer au moindre krikitu, et je jubile sur mon balcon.

Les choses risquent de rester moins verbales qu’avec moi. Je connais mon voisin : charmant et tout, mais il ne faut pas le faire chier. Il a un jour flanqué des baffes à des adolescents qui s’amusaient à renverser les poubelles et leur a fait tout ramasser… On ne les a jamais revus…

Effectivement, ça se gâte rapidement après un bref échange. Le père ne peut pas demander à l’autre s’il a ses règles (et toc !) donc il se rabat sur le terrain glissant de la paranoïa (il faudrait arrêter d’employer des termes non appropriés).

L’autre lui précise qu’il est non seulement paranoïaque, mais également psychopathe et tueur en série et qu’il va le lui démontrer illico en lui pétant la gueule.

Comme avec moi, l’autre recule tout en continuant à plaider la cause de ces pauvres gosses qui s’ennuient et qu’il faut bien qu’ils s’occupent non ?

NON PAS COMME CA !

Mon voisin est vert de rage, je jubile toujours sur mon balcon, et là, ils me voient tous les deux :

  • Ah madame Dabra ! Vous êtes témoin de ce que faisaient ces sales gosses ?
  • Oh oui, d’ailleurs, pas plus tard que la semaine dernière, j’ai été blessée par un lance pierres et j’ai déposé une main courante à la police. Je vois qu’on a donné à nouveau un engin admirable au chiard qui braille
  • Le chiard vexé du terme, s’arrête net.
  • Non mais vous êtes complètement inconscient lance mon voisin à l’autre qui essaye de me fusiller du regard à nouveau. Votre fils a blessé quelqu’un et vous lui redonnez son lance pierres ?
  • Avec perfidie je précise que j’ai laissé le lance pierres au commissariat et que celui-ci est donc une nouvelle mouture, remise au fils par le père (et où est donc le saint esprit ?).

Cela a été juste une bourrade, le mec que l’on pousse d’un coup sec, qui ne s’y attend pas et qui tombe (le père).

Il braille à son tour. Ce pauvre choupinet est tombé sur une pierre et il a maaal !

  • Bien fait pour vous pauvre con !
  • Ne m’approchez pas et rendez-moi ce lance pierres !
  • Ce lance pierres je vais vous le planter où je pense, ça vous donnera à réfléchir à chaque fois que vous voudrez vous asseoir ! (ah oui, ça se précise, je veux absolument voir la chose…)

Ca se gâte vraiment. Arrive mon voisin du dessous d’en face. 70 ans bien sonnés, mais en pleine forme, carrure imposante. Je ne sais pas ce qu’il faisait avant sa retraite, mais comme mon père, on n’a pas dû l’emmerder souvent…

  • Non mais c’est bientôt terminé ? Monsieur relevez-vous, Monsieur Choc, calmez-vous. J’ai assisté à votre intervention, vous aviez parfaitement raison, mais il faut savoir s’arrêter. Les enfants vont présenter des excuses, le père va reprendre le lance pierres, et tout le monde va rentrer sagement chez lui
  • Non, répond monsieur Choc, le lance pierres, je le garde (zut, je vais louper un grand moment pornographique)
  • Pour les excuses, les gosses font non de la tête
  • Le père se relève et toise le nouveau venu
  • Non mais vieux con, vous ne pourriez pas crever plutôt que de vous mêler de ce qui ne vous regarde pas ? (quel admirable exemple pour les mômes…)

Le « vieux con » n’avait pas du tout l’intention de « crever », et si l’autre à peine relevé s’est retrouvé au tapis à nouveau, c’est en se tenant la mâchoire.

Je ne sais pas jusqu’où en seraient allées les choses, si deux flics n’avaient pas débarqué au moment où le père venait de se relever à nouveau, bien décidé à rendre coup pour coup.

En effet, je l’ai su après, dès que les gosses ont commencé à faire les andouilles, une autre voisine avait appelé la police. Je l’ignorais mais dans la zone pavillonnaire qui jouxte ma résidence, cette petite bande d’affreux moutards avait causé pas mal de dégâts depuis la mi août, avec toujours le braillard protégé par son père en cas de conflits. Sinon pour certains, cela avait été la surprise en rentrant des poubelles renversées, des fleurs arrachées, de pneus dégonflés, et pour une maison 2 vitres cassées…

Tout le monde en avait causé un jour ou l’autre, et j’avais d’ailleurs le lendemain du coup de la pierre lancée par Pierre, raconté ma mésaventure à une de mes voisines avec laquelle je taille volontiers une bavette car elle est charmante.

Sur la demande des flics et de Monsieur Choc, je suis descendue à mon tour. J’ai répété l’histoire de ma main courante, mon altercation avec le père ici présent, et raconté ce que j’avais vu les mômes faire avant l’intervention de monsieur Choc.

Par contre, il ne faudrait pas vieillir. C’est moche. On perd la boule.

Car sur le coup, je n’ai eu aucun souvenir d’avoir vu Monsieur Choc pousser le père par terre, et le « vieux con » lui flanquer un bourre pif…

C’est bêêêête !

38 réponses sur “Les affreux moutards…”

  1. J’espère aussi que ces gamins seront remis dans le droit chemin (tu parles…). C’est énervant tout ça, épuisant, je vois moi comment je galère avec mes jujus pour qu’ils respectent les autres, ne cognent pas… Puis à l’école, un jour je suis convoqué car l’un de mes petits bonhommes c’est fait massacrer, et que c’est embêtant car il attendait que la maîtresse intervienne et qu’il ne s’était pas défendu, qu’il fallait que j’envisage de voir une psy. Je suis tombée sur le dada… Je dis que je veux voir les parents du tortionnaire de mon ‘tit (je précise qu’il n’avait que 4 ans et demi), le sacripant me dit que si je fais ça il me tuera. Quand j’ai rencontré les parents, j’ai vu deux personnes très fiere que leur fils soit capable de mettre une tramp à un autre, au moins lui il sait se défendre… Bon sauf qu’il avait frappé mon fils juste parce qu’il portait des lunettes…
    Alors bon, maintenant il faut élever ses enfants en leur disant cogne si on te cogne, les adultes n’ont pas à agir… Terrible.
    Et autre détail, quand j’accompagne pour la piscine et cie, et qu’aucun ne te dit merci quand tu les aides, ça aide bien à comprendre le pourquoi mes garçons des fois me disent que je suis pénible de toujours demander un » s’il te plait » ou « merci »…
    Et pour toi, tu as du te sentir venger un peu en voyant tes voisins agir !

    1. Le règne de l’enfant roi cessera bien un jour, tous les empires ont leur fin…
      Moi j’ai vraiment jubilé, car j’ai cessé de me sentir seule !

  2. JUBILATOIRE c’est le mot !!!!
    Parfois je reve de pouvoir me transformer en gros baleze et de regler leur compte à tous ces malotrus, parce que rien n’y fait, même bien énervée je ne suis pas très impressionnante 🙂
    Mais là un grand bravo aux deux Mr Choc ! j’espere que pere a passé au moins quelques heures au commissariat histoire de lui inculquer 2/3 notions d’éducation et de responsabilité

    1. Je ne sais pas ce qu’il se sera passé entre les flics et le père, mais j’ai bien peur qu’il ne soit pas du style à réfléchir un peu…
      Et comme tu dis, jubilatoire était vraiment le mot juste !

  3. Le père du gamin au krikitu s’est donc fait des ennemis dans tout le voisinage.
    J’espère que cet épisode va lui remettre les idées à l’endroit…

  4. Il faudrait plus de personnes courageuses comme ces voisins que tu as ! Car trop souvent les gens font semblant de ne rien voir et rien entendre… J’espère que le calme va revenir par chez vous, avec la rentrée qui arrive !

    1. Généralement dans l’immeuble, nous sommes assez soudés. Par contre la zone pavillonnaire nous snobe un peu, et plus ils sont aisés, et plus leurs gosses sont mal élevés ! (je n’en fais pas une généralité, mais dans le secteur c’est le cas…)

  5. J’ENDOSSE complètement ! À défaut de couper le mal à la racine (le chiendent repousse toujours), le ralentir. Et – peut-être – décourager les couillons de récidiver. Jubilatoires, vos billets !

    1. Vu leur jeune âge, il faut espérer que certains réfléchiront.
      Et puis vu comment se compose la petite bande, avec toujours le même adulte pour venir les défendre, on peut espérer que certains parents auront eu la mauvaise surprise de constater que la surveillance ce n’était pas ça !

  6. … »malotrus », » couillons », « chiendent », « mafia »: on parle bien de gosses, là, non? Un lance pierre…oui, c’est dangereux, arracher des branches, dégrader les beaux bambous de la copro, non, ce n’est pas bien. Des gamins bien comme il faut, qui font de multiples activités extra-scolaires pour se défouler loin du paisible voisinage et qui tiennent les portes, oui, c’est mieux… Mais ce ne sont que des bêtises, on est loin de l’agression, même si certains diront que la mauvaise graine le reste ad vitam earternam, et qu’ils seront des voyous plus tard, c’est certain, ils viendront racketter mémé. Faudrait pas la pousser dans les orties.

    1. Je m’étonnais aussi que personne ne vienne prendre la défense de ces pauvres enfants, qui ne font QUE des bêtises, mais avec l’assentiment de ceux qui en sont responsables.
      Laisser un gosse s’amuser à tuer un chat en lui donnant toutes les excuses, c’est lui laisser faire n’importe quoi…
      Je souhaite vivement qu’une bande de pauvres gosses qui s’ennuient, se défoulent par chez toi, ne faisant QUE des bêtises, en renversant tes poubelles, cassant tes carreaux te blessant au passage, et dégonflant les pneus de ta voiture (entre autres).
      Et qu’un père mal embouché car incapable de canaliser un gosse de 7 ans, te pète la gueule pour t’apprendre à te plaindre.
      Je pense que je me suis bien fait comprendre…

      1. …je ne m’attendais pas à tant d’agressivité. Que ce soit clair, tout de même: en aucun cas je ne remets en cause le fait que ces « actes » ( je parle de ceux des enfants) soient punissables ( dans l’idéal, par des parents qui joueraient leur rôle ) . En aucun cas non plus je ne remets en cause le fait que vouloir tuer des chats, c’est mal et crever des pneus c’est très grave. Ce que je soulignais (peut-être alors maladroitement?) ce sont les adjectifs utilisés dans les commentaires à propos de gamins , que je trouvais un peu exagérés, réduisant immanquablement ces gosses au statut de délinquants en puissance , d’emblée. Ici je ne parlais pas du tout des parents , qui, face à ces bêtises, n’ont effectivement pas réagi comme il se doit…

        1. Maladroite, certes, tu l’as été, mais bon, on peut te pardonner…
          Malheureusement, des enfants non canalisés peuvent effectivement devenir des délinquants en puissance. Cela se voit tout le temps.
          J’ai donné, dans je ne sais plus quel post, l’exemple de ce père en larmes, parce que son fils de 19 ans venait d’être condamné à une peine de prison ferme pour avoir caillassé des flics.
          « C’est un gosse il ne sait pas ce qu’il fait ».
          A 19 ans ?
          C’est quand ils sont petits qu’il faut intervenir, fermement…
          Là, le père est le plus condamnable, mais bon, c’est un vaste sujet…

    2. Des gamins peuvent s’amuser sans dégrader et sans être débiles, insolents ni grossiers. C’est tout ce que j’ai à dire.

      1. Je suis tout à fait d’accord avec toi, Aline, ainsi qu’avec Calpurnia dans sa réponse à Michelle: si, dès le premier petit incident, on sanctionne le gamin, de façon immédiate, logique et proportionnée, ça lui passe souvent l’envie de recommencer. J’ai volé dans les magasins une fois (des bêtises, certes: des bonbons). Et j’ai été prise sur le fait. La honte et l’humiliation ont été telles que j’ai tout avoué à mes parents avant que le monsieur du magasin ne le fasse. Ca m’a passé l’envie de recommencer. Mais si je l’avais fait en toute impunité, pourquoi aurai-je cessé?
        On rejoint la théorie de Sun Ya Tsen (dont je massacre sans doute le nom): à progresser, chaque jour, millimètre par millimètre sur l’espace du voisin, on finit un beau jour par lui marcher complètement sur les pieds. Mais le voisin, lui, n’aura pas râlé pour « juste un millimètre, une bêtise insignifiante ».

        1. Princesse Strudel : cela m’est arrivé aussi, de me faire sanctionner pour 50 centimes dérobés dans le porte monnaie de maman. Et à mes filles aussi. Si on ne dit rien, pourquoi se priver comme tu le dis ?
          L’éducation n’est pas qu’une brimade perpétuelle, c’est apprendre à nos enfants comment se comporter correctement en société…
          C’est ce que font d’ailleurs tous les mammifères avec leurs petits (voir la chatte si mère poule, qui flanque une « torgnole » à son petit pour manque de respect hiérarchique entre autres)…

      2. Exactement Aline. Rien que des bêtises, tous les gosses en fait. Ne rien leur dire c’est laisser la porte ouverte au « pire en pire ».
        Les enfants n’ont pas la conscience du « mal », c’est à nous de la leur inculquer.

  7. Tu as une mémoire très sélective… et dans les cas de ce « père lance-pierre » tu as bien raison! Ce genre de type apprend à son gosse qu’il peut tout se permettre même s’il se fait attraper et cela ne rend service ni au gamin ni à ceux qui le côtoieront plus tard. Quelle bonheur que plusieurs personnes lui soient tombées dessus à ce moment!!! 🙂

  8. Je te crois, surement des cas désespèrés. N’empêche, qu’est-ce que c’est BON quand les méchants sont punis a la fin… 😀

  9. Trop bon !!!!! je suis d’accord avec toi sur le fait que le père ne se remettra probablement pas en question, mais quand même, si comme je le pense, les policiers l’ont gardé quelques heures, ça donne tout de même à réfléchir… Pas forcément sur la non-éducation de son fils (ça c’est pas possible, trop con pour ça), mais sur la perte de temps au commissariat ! En tout cas, bonne réaction des voisins et pour une fois que ce n’est pas le chacun pour soi !
    Bonne journée

    1. Je ne pense pas que les policiers l’auront même emmené au poste… Juste une semonce peut-être ?
      Quant à la réaction des voisins, il y avait vraiment du ras le bol dans l’air !

  10. Allez, je commente pour une 1ere fois car je me sens assez concernée par le sujet en tant que maman de 2 enfants. Y’a un truc qui m’echappe dans la façon d’éduquer les enfants et je le vois régulièrement autour de moi. Avec mon homme, on essaye d’être juste mais faut pas pousser les limites. Je me désespère en voyant bcp de parents dire « Rho mais il veut pas alors!!!! » Ben alors quoi , c’est encore toi qui décide non???? ou des « Tu veux pas manger ta viande et tes légumes, c’est pas grave je vais te faire un biberon de chocolat!!!!!! » Ben oui c’est bien connu qu’un biberon ca remplace tout… En tant que parent, c’est usant de devoir dire non et de devoir faire un bras de fer avec ses enfants mais je pense qu’avec mon homme nous avons gagné en joie de vivre en famille pour plusieurs années, car nous allons au restau avec nos enfants sans en avoir honte (ils se tiennent correctement et n’hurlent pas pour un oui ou un non)…. et pleins d’activités autres. Je connais des parents qui n’osent plus sortir de chez eux car avec leurs enfants, ce n’est plus possible. Je pense aussi que pour leur avenir d’adulte c’est bien préférable, car au boulot ou ailleurs, on ne fait pas ce que l’on veut à moins d’être hermite ;o) Reste qu’avec mon homme, on s’inquiète pour nos enfants, car que vont-ils devenir une fois adulte entourés d’anciens enfants rois????

    1. Ton commentaire va tout à fait dans le sens de ce que j’éprouvais quand j’avais les filles petites à charge. Je pouvais les sortir sans jamais en avoir honte, elles étaient bien élevées, sans trop de contraintes non plus (comme tu le dis, il ne faut pas pousser, ce n’est pas l’armée non plus).
      Je pense que beaucoup de parents trop permissifs verront un jour leurs chers petits se retourner contre eux, et qu’à l’avenir, des enfants bien éduqués auront leur chance !

  11. ton voisinage est plutot sportif. mais je donne raison à tes voisins qui n’hésitent pas à employer la machine à gifle malheureusement nécessaire devant ce genre d’enfant et de père irresponsable . Que faire d’autre devant pareil individu ? Le main courante est hélas inutile (la preuve) et porter plainte amène son lot d’emmerdes vraiment pas glop…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.