Bis repetita… (le retour de Maritza…)

EndoraL’année dernière, j’avais eu l’idée farfelue d’évoquer les angles morts de Copine (que je n’aime pas) et Maritza en avait fait ses choux gras pour toute la durée de son séjour.

Tous les jours, elle me demandait des nouvelles des angles morts, comme s’ils avaient pu s’anéantir au cours de la nuit précédente.

Et quand je dis « tous les jours », ce n’est pas une exagération de ma part. C’est bien « tous les jours ».

Ceci bien évidemment au son des éternels (et quotidiens) :

  • AAhhhhhhh !
  • Ah bon ?
  • Tu es sûre ?
  • Mais comment ça se fait ?
  • NONNNNN !
  • Etc…

Cette année je reste la victime de choix avec mon épaule ET les angles morts de la voiture. Car il n’est pas facile du tout de conduire avec l’épaule droite en Louis XV ET des angles morts dans la voiture, aussi morts que l’articulation semble l’être de prime abord (enfin de mon point de vue que je partage entièrement).

Elle sait depuis son arrivée mardi que je vois Acromion samedi 23, (médecin que je n’ai pas baptisé ainsi pour rien), mais dès mon arrivée, le rituel infâme commence, le rituel des questions ordinaires devant une tasse de thé pour un non joyeux non anniversaire, et ce, tous les jours également (j’en ai pris pour jusqu’à lundi).

Elle a loupé sa vocation, elle aurait dû faire convertisseuse ès religion. Après 3 H de conversation, n’importe qui est prêt à jurer sur la bible, le coran, ou quoi que ce soit d’autre, qu’il y croit et qu’il y croira toujours…

  • Et ton épaule ?
  • Toujours pareil ?
  • Tu es sûre ? AAAAh, c’est ennuyeux cela, surtout à ton âge.
  • Comment tu vas déguster dans 20 ans.
  • La douleur t’empêche toujours de dormir ?
  • Oui ?
  • Tu es sûre ?
  • Oui 6 H du matin pour s’endormir ça ne s’appelle plus de l’insomnie, moi je me lèverais à ta place
  • Et que crois-tu que le médecin va faire ? Tu n »en sais rien ? ah bon…
  • Tu crois qu’il peut faire quelque chose ?
  • Tu es sûre ?
  • AAAAh c’est beau d’y croire
  • Des ultrasons ou de l’électricité sur une tendinite, tu crois que ça marche Bibelot ?
  • OUIIIII ? Tu as été soignée avec ça toi-même ?
  • Tu es sûre ?
  • Des infiltrations ? Mon dieu que ça doit faire mal !!!
  • Non ?
  • Tu es sûre ?
  • Ah, d’autant plus sûre que l’on t’en a déjà fait ?
  • Mais tout de même, ça doit faire mal.
  • Et avec tes angles morts, tu te débrouille comment alors pour conduire ?

Je me débrouille comme je peux, mais je ne suis pas loin d’aller piller les caves de l’institut Jefferson aux USA, pour piquer un humérus bien solide à Bones (elle fera son diagnostic sans) et assommer Maritza avec.

Et de cela, je suis tout à fait SUUUUUURE ! (et même certaine…)

Sauf bien suuuuuuur, si vous avez une meilleure adresse et plus proche surtout, que celle de l’institut Jefferson…

0 réponse sur “Bis repetita… (le retour de Maritza…)”

    1. Merci pour le lien, mais il ne sera pas utile…
      C’est une déchirure musculaire, un genre de sale entorse : repos, antalgiques et… patience 🙁
      Le principal étant que mes tendons soient intacts…

  1. Est ce qu’on a quand même le droit de sourire sur cette note? si oui…c’est fait, et ça aussi crois moi, tu peux en être sûre!! 😉
    Et le genou, ça va? non, parce que sinon, les vélos…ça existe!! 😉 Grrrr, parfois je m’déteste!!

    1. Oui cette note était faite pour sourire bien sûr !!! Et j’en suis sûre !!!
      Sinon comme j’ai les articulations de papa, les genoux ce n’est pas toujours ça alors le vélo…

  2. Je crois qu’au Musée d’histoire naturelle, à côté du jardin des Plantes, tu peux trouver des os tout aussi gros et aussi efficaces qu’à l’institut Jefferson. Maintenant, savoir s’ils te le prêteront…
    Sinon, ici, on peut trouver un fusil dans chaque foyer ou presque. Si tu veux que je t’en fasse parvenir un…

    1. « En examen pour avoir pillé le Musée d’histoire naturelle ».
      « Elle assassine une amie de sa mère avec un tibia de dinosaure ».
      Je vois d’ici les gros titres…
      Pour les fusils de chasse, papa en a au moins 8, le problème, c’est la discrétion…

  3. Il ya bien l’institut médico-légal, quai de la Rapée, où les nonosses sont légions. Le boucher du coin, pour un fémur de boeuf n’est pas mal non plus, mais il fait froid, il n’aura plus d’os à moëlle pour le pot au feu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *