Eux aussi en ont fait de belles…

Ce n’est pas le tout de rigoler des perles du bac de nos chères têtes blondes et cultivées, mais certains en font de belles aussi…

Les profs :

  • Vous survolez le problème à grandes enjambées (le marcheur du pôle)
  • Au gymnase, a botté à tour de bras le derrière de son camarade (l’acrobate)
  • A du mal à entendre car il serait sourd (comme ce n’est qu’une hypothèse : 0/20)
  • Cette oeuvre mérite zéro, et encore, je suis généreux (Harpagon)

Avec de l’humour :

  • Fais des efforts méritoires pour se rapprocher du radiateur (l’ancien cancre attendri)
  • Des lacunes dans l’ignorance (damned !)
  • Déserte parfois le café pour assister aux cours (on ne peut se fier à personne)
  • Au moins, ne ronfle pas… (c’est toujours ça de pris)

Un auteur : Ponson du Terrail, qui a brillé particulièrement :

  • La marquise allait enfin s’expliquer, quand la porte en s’ouvrant, lui ferma la bouche. (C’est beau le modernisme)
  • Sa main était froide comme celle d’un serpent (le mutant)
  • L’homme avait 95 ans et il en paraissait le double (voire même plus)
  • D’une main il leva son poignard et de l’autre il lui dit (la main qui parle ou le retour du mutant) (coucou Louisianne !)
  • Quand il se releva, il n’était plus qu’un cadavre (du coup, ça lui a scié les jambes)
  • Son coeur battait avec violence en faisant sonner le timbre de la porte (la vie n’est qu’un long calvaire)
  • Le comte était vêtu d’une élégante veste de velours et d’un pantalon de même couleur (c’était un homme de goût)
  • On eût dit que sa paupière dilatée avait le don de voir (comme celle du serpent…)

Et d’autres auteurs…

  • Jacques n’ayant pu digérer l’épingle du papillon fut atteint d’une perforation de la péritonite (Alexandre Dumas) (Pauvre garçon, comme il a dû souffrir !)
  • Guillaume est un garçon honnête, mais qui ne s’est jamais aperçu que son coeur lui servit à autre chose qu’à respirer (Alfred de Musset) (Reprenez votre souffle, hauts les coeurs !)
  • Enfin, mettant la main sur ses yeux, comme des oiseaux qui se rassurent (Prosper Mérimée) (… en se grattant l’oreille avec l’horrible culaire sans doute…)
  • Un commissaire de police répond silencieusement « elle n’est point folle » (Honoré de Balzac) (Un homme qui savait s’exprimer, enfin un !)
  • Il reçut pour sa fête une belle tête phrénologique toute marquetée jusqu’au thorax (Flaubert) (On n’ose songer au buste offert pour la même occasion…)

Evidemment, on en oublie…

0 réponse sur “Eux aussi en ont fait de belles…”

  1. J’avais un prof qui quand il rendait les copie, regardait la classe d’un air grave et déclarait: Je n’en vois pas beaucoup parmi vous qui sont dans les 5 premiers!

  2. Dans le genre boulette de prof, il y a aussi (mais orale, celle là), quand les élèves se précipitent dehors parce que la cloche a sonné, le prof qui clame: « vous sortirez quand je vous le dirais, il n’y a qu’une seule cloche ici, c’est moi! »

    Un classique, mais qu’est-ce que c’est drôle quand ça arrive en vrai…

    1. Il y a aussi le « si vous voulez jouez au plus con, vous êtes sûr de perdre » !
      Limite si l’on n’attendait pas d’avoir ce prof pour entendre son discours de début d’année !!!

  3. Ponson du Terrail est une mine:

    Voyant le lit vide, elle le devint.

    Je pars pour la guerre de Cent ans.

    Je n’ai jamais pu arriver au bout de Rocambole, que j’ai essayé de lire car j’avais bien aimé le feuilleton (dans les années 60 ?, c’était en noir et blanc, en tout cas). Mais j’ai bien aimé la jeunesse du Roi Henri, qui se laisse encore lire.

    1. Ponson du Terrail est méconnu actuellement 🙂
      Il est pourtant à l’origine de l’expression « rocambolesque »…
      Ce que j’adore chez lui c’est le nombre d’évènements qui se sont déjà produits à la 10ème page…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.