Les médecins et moi…

Visite_chez_le_m_decin_53272152Acromion est mon médecin chéri, le premier en qui j’ai vraiment toute confiance.

Non moralisateur (il sait que vous savez que vous devez perdre du poids par exemple, ou en reprendre (plus rare)), à l’écoute, psychologue, au diagnostic sur, on sait pourquoi on attend chez lui.

Les filles à Paris, n’ont toujours pas retrouvé son équivalent, et le regrettent encore !

Il n’a qu’un seul défaut : il déteste la paperasse, mais j’y reviendrai un jour…

Avant lui j’en ai épuisé plusieurs, déménagements multiples obligent en plus. Au cours de mes changements de médecins j’en ai trouvé qui me convenaient bien et d’autres à qui on foutrait bien des baffes…

  • Le connard que j’étais allée consulter en vacances à la montagne, sur une poussée ganglionnaire impressionnante, rédigeant son ordonnance pour une prise de sang « ce doit être une leucémie« . Bonnes vacances madame… (la leucémie était en fait une angine carabinée qui s’est déclenchée à mon retour, et Acromion sait que je fais des ganglions comme un pommier fait des pommes, et ne s’affole plus quand j’ai une mandarine dans le cou…)
  • L’andouille qui eût dû faire tout sauf médecine, car elle refusait de faire n’importe quelle analyse de peur qu’il y ait un truc grave « ce serait trop affreux je ne supporte pas…« . J’ai appris après l’avoir quittée pour un autre, qu’elle refilait ses patients en fin de vie à son mari croque mort médecin, parce que vraiment, elle ne supportait pas…
  • La brute épaisse d’ORL qui a martyrisé Delphine sur une otite, alors qu’elle n’osait jamais l’ouvrir cette petite puce, en lui enfonçant et ré-enfonçant son appareil à contempler les tympans. A manqué se prendre une baffe quand il a menacé mon trésor de s’en prendre une ! A conclu la consultation en me précisant que de toutes manières il n’aimait pas les gosses. S’il était vivant quand je suis repartie, c’est bien parce que j’avais oublié de me munir d’un pic à glace pour le lui enfoncer dans l’oreille… Fort heureusement un autre ORL adorable a pris par la suite la relève, à coup de bonbons et d’histoires drôles… Il me suit toujours de temps à autres…
  • Une autre andouille qui nous faisait poireauter 3 heures alors que prudents, nous avions pris le premier RV. Pour apprendre le lendemain par un copain de mon père qu’elle était chez lui à prendre un trois cafés et papoter…
  • La même me racolant dans la rue car au bout de 3 heures j’étais repartie : « appelez ma secrétaire pour un autre RV, là j’avais une urgence (mon cul ! quand elle en avait une, la secrétaire prévenait la salle d’attente, et depuis quand on arrête son patient dans la rue pour lui intimer l’ordre de reprendre un RV ?).
  • Encore la même qui n’expliquait jamais rien (contrairement à Acromion) au son de « vous n’êtes pas médecin, vous ne pouvez pas comprendre« , alors qu’elle était incapable elle, de comprendre que NON, Pulchérie ne faisait pas une mononucléose infectieuse mais une angine, comme d’habitude ! (que de prises de sang inutiles avec elle, avant que je ne me fâche…)
  • Le gynéco d’un mètre 98 (au moins) et le poids allant avec, m’appuyant de toutes ses forces sur le ventre pour constater « ah ça vous fait mal, ce n’est pas normal ça… ». J’ai eu l’impression d’avoir un organe réduit en bouille (mais lequel ?)  pendant 12 H… Il ne m’a jamais revue, j’ai eu trop peur que la fois suivante, il ne saute à pied joint sur mon ventre pour vérifier que tout allait bien…
  • L’énergumène ne remplissant aucun dossier, oubliant systématiquement tous ses patients (il fallait l’être), refaisant l’historique à chaque fois, ne remarquant donc pas que vous aviez pris ou perdu du poids, et la tension elle était à combien la dernière fois ? S’offusquant qu’on ne s’en souvienne pas…
  • La palme revenant à un cardiologue qui depuis a pris sa retraite. Ayant fait de l’hyper-tension au cours de mes deux grossesses, je devais faire un bilan pour les un an de Delphine. Il me reçoit sèchement, et me fait remarquer que j’ai un petit excès de poids (ah bon docteur ? Je n’étais pas au courant). Effectivement je n’avais pas perdu tout mon excédent après ma grossesse et 6 mois d’allaitement. « Revenez me voir quand vous aurez perdu vos 6 kg de trop » m’a-t-il aboyé, sans même me prendre ma tension, sans faire quoi que ce soit. La secrétaire s’est assise sur mon chèque, et lui du coup, sur la clientèle de mon père outré…

La vie n’est qu’un long calvaire…

Et sinon, là je reviens de mon rendez-vous avec le médecin conseil de la SS (la Sécu !!!) et je vous raconterai bientôt, car a posteriori c’était plutôt marrant (si je n’apprends pas qu’après mon départ il s’est pendu dans son cabinet après avoir ingurgité un kg de barbituriques…)

14 réponses sur “Les médecins et moi…”

  1. J’ai vu THE one and ONLY tout à l’heure chez moi.
    Et effectivement, il me suit depuis que j’ai des dents de lait et sait tout de moi. Plus que médicalement parlant.
    Et tant qu’il y en aura des comme ça, le monde rural survivra. (en plus il est charmant)

    1. Fort hélas ON réalise un peu tard que les médecins ruraux ou même carrément généralistes un peu partout, vont bientôt cruellement manquer…
      C’est ça la France : toujours deux trains de retard, incapacité totale à se projeter dans l’avenir…

  2. c’est vrai certains médecins sont gravos, ils abusent de leur statut dès qu’ils peuvent, je pense par exemple à ceux dont les mains sont bien baladeuses ! c’est une honte car ils profitent de la faiblesse du patient (ben oui si on vient les voir c’est qu’on n’est pas bien, malade, donc toujours un peu affaibli). Ca m’énerve !!!

    1. Je n’ai personnellement jamais eu affaire à des mains baladeuses, mais j’en ai entendu parler.
      Fort heureusement nous pouvons nous louer en règle générale de nos médecins, mais il y a des brebis galeuses partout…
      La faute aussi, au fait que nous n’osons pas toujours dire ce que nous pensons, assez fort pour que cela soit entendu de la salle d’attente…

  3. Autant j’ai un immense respect pour les médecins qui font bien leur boulot, autant ceux qui pensent tout savoir sur tout sans aucune faille m’énervent au plus au point (sans compter que l’argument massue « j’ai fait médecine et pas vous », j’ai toujours envie de répondre « je suis malade et pas vous »… D’accord je l’ai déjà fait). Ils restent des humains, ils ont le droit de se tromper, mais faut pas déconner non plus. Genre le gougnafier qui a fait une biopsie à ma mère sans lui demander son avis et sans lui expliquer quoi que ce soit (vous avez probablement un cancer de la peau, bonne journée), alors qu’en fait, attention les yeux: elle faisait une réaction au nylon, et les plaques bizarres ont disparu avec le port de pantalons en coton. Tâ dâm!
    (Du coup je cherche désespéremment un Acromion bis)

    1. Il est certain qu’on ne peut pas exiger d’eux une obligation de résultat 🙂
      Génial l’attaque surprise façon biopsie… On leur couperait bien le nez avec leur pince, mais ceux-là, la planquent…
      Quant à l’information, on peut ne pas avoir fait médecine et comprendre certaines choses.
      Un patient bien informé est un patient rassuré dit toujours Acromion.
      Et il a bien raison… On ne se demande pas ce qu’il nous cache…

  4. En la matière, je suis désespérée : le médecin qui me suit depuis que je suis gamine prend sa retraite cet été (c’était prévisible), mais personne ne veut venir à la campagne pour le remplacer 🙁 Comment faire pour attirer des médecins dans le monde rural ??? (En 2 ans, ma petite ville a perdu 2 dentistes et 2 médecins…)

    1. Pour le monde rural, c’est la grande question actuellement. Il aurait fallu se la poser il y a 15 ans minimum…
      Carence en généralistes qui menacent, les spécialistes on n’en parle pas (avoir un RV avec un ophtalmo c’est la galère…)
      Bref, ON voudrait résorber le problème des retraites, on ne s’y prendrait pas autrement…

  5. Entorse:
    « Mademoiselle je vais devoir couper votre pantalon pour vous poser un plâtre » (pantalon en cuir arboré pour la première fois, et bien assez large pour laisser passer ma cheville, même enflée et tordue):
    « Essayer, Monsieur, je vous coupe autre chose. »

    Plaies et bosses suites à un gros accident de VTT, 10 médecins autour de moi (ben oui, c’était au cours d’un séminaire de société pharmaceutique):
    « Il faut suturer.
    -Non, avec de l’élastoplast pour resserrer les plaies, ça ira.
    -Mais non, mais non, il faut juste laisser sécher après nettoyage.
    -Appelez une ambulance, elle est tombée sur la tête.
    -Mais non, mais non, elle avait un casque. »
    Est arrivé mon beau-papa, zorro à ses heures, qui ma enlevée au nez et à la barbe des médecins pour aller soigner mes bobos.

    J’en passe et des meilleures sur le gynéco qui me dit « mammographie, ça doit être un cancer du sein » puis qui, face à une mammo négative, a dit « alors ce n’est rien »;
    sur le gastro-entérologue qui m’a fait faire une coloscopie pour un soupçon de maladie de Crohn (ou autre joyeuseté approchant) puis qui, face à la biopsie négative, a conclu » alors essayez de stopper le lactose »;
    sur les divers gastro-entérologues (encore eux…) qui me renvoyaient tous vers un psy pour des syndrôles digestifs sévères (« il n’y a rien donc c’est dans la tête ») alors que j’avais cinq entorses dans la colonne vertébrale qui entraînaient lesdits symptômes.

    Etc… béni soit ton Acromion (sauf pour la paperasse).

    1. Dès que l’on parle médecine, on en entend des vertes et des pas mures…
      🙁
      La palme revient souvent aux médecins hospitaliers, sans doute trop débordés, blasés, et qui discutent, comme si tu n’entendais pas, avec leurs internes « et voici la vésicule de la chambre 15 »
      Vésicule qui se lève en disant « je m’appelle madame W et je vous emmerde… »

  6. Effectivement il y a de bons médecins et des connards, j’ai eu de tout moi aussi.

    La médecin de famille qui me suit depuis 3 ans est une perle, je l’aime bien, elle est efficace comme tout et avec elle on a toujours droit a des explications clairs, de plus elle n’est pas porté sur la médication inutile…

    Me rappel une fois que je faisais beaucoup d’insomnie a cause du stress au travail, qu’elle m’a refilé des livres sur la méditation, relaxation et j’en passe… J’y croyais pas trop mais depuis tout a super fonctionné et j’ai donc évité de me droguer de saloperies à la place ! ;o)

    Des exemples comme ça j’en ai une tonne avec ce médecin alors je la garde ! Une vraie professionnelle, juste de valeurs qu’il ne soient pas tous comme ça les doc !

    1. Un bon médecin, ça se chouchoute, et malheureusement il vaut mieux éviter de lui faire trop de pub.
      Cela m’est arrivée avec une gynéco chez qui on ne pouvait plus attendre moins de 2 heures…
      Alors motus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *