Bienvenue sur le blog de la Gentille sorcière.

Archive pour janvier, 2011

Unique bonne résolution pour 2010 (part 2) : foirée toujours, y'a pas de miracles…

agendaUne fois le répertoire rempli, ne me restera plus qu’à le mettre dans mon sac et non pas le laisser trainer dans un tiroir où il prendra fatalement la poussière. Car moi, je ne fais jamais les poussières dans les tiroirs, et vous ?

Effectivement, yavépuka…

(Lire la suite…)

Posté le 6 janvier '11 par , dans Dans la série Diabolique. 16 Commentaires.

Unique bonne résolution pour 2010 (part 1) : foirée…

organisation-1J’avais pris une intéressante résolution pour 2010. UNE SEULE, faut pas charrier.

Voici donc le bilan de la part 1 de LA RESOLUTION qui était de devenir OR-GA-NI-SEE.

Oui, OR-GA-NI-SEE, vous avez bien lu…

Les filles (les miennes), je vous interdis de ricaner sottement comme vous êtes en train de le faire devant votre écran (je vous vois). Loupé.! elles ont ricané sottement devant leur écran. D’un autre côté, je peux les comprendre, elles faisaient la même chose quand j’attaquais un tricot… (à juste titre d’ailleurs, je tricote très bien, mais je n’ai terminé qu’un cardigan mousse rose pour Pulchérie, que Mrs Tricot s’est empressée de faire bouillir pendant que je chiais ma seconde pastèque : Delphine. Depuis je craque devant la deuxième manche et mes cartons sont pleins de pulls inachevés…)

Certains l’auront compris (ou pas), mais je suis un tantinet bordélique, mais juste un tantinet. Et j’en ai marre de toujours chercher le papier qui manque, la deuxième chaussette pour faire la paire, et mon paquet de clope que j’ai déposé dans le frigo en allant me chercher un yahourt. J’ai résolu le problème en achetant les chaussettes, toutes noires et de la même marque, comme cela j’ai toujours la paire. Quant aux paquets de clopes, ils sont vicieux, c’est bien connu…

J’ai donc décidé de procéder à une rééducation intensive pour être au top en 2010 (attention, je n’ai pas précisé le mois). Décembre 2010 a rendu l’âme et je ne suis même pas consternavrée…

Comme je ne veux pas me traumatiser (ça, ça ne risquait pas…), j’ai décidé de procéder par contre en douceur, par étapes. Heu… le démarrage qui ne se fait pas bloque automatiquement pour arriver à l’étape n° 1. Petites étapes s’entend, sinon ma psy risque de me disputer. J’aime pô quand elle me dispute en me précisant que j’ai tort de culpabiliser de ne pas avoir encore défait ma valise de retour de la Grande Motte (au hasard, c’est purement fictif…). Ma psy ne m’a pas grondée du tout, j’suis super fière.

Donc terrasser mes post-its en premier lieu. J’en ai partout, n’importe où. Généralement il y a dessus un n° de téléphone, une adresse mail, un truc utile (sauf qu’il manque le nom de la personne à qui appartiennent ces précieuses informations). Généralement également je les entasse soit autour de l’ordi, soit sur une étagère d’une de mes bibliothèques. Evidemment je retrouve toujours le post-it que je cherche dans le deuxième tas que je visite, quand je le retrouve.

Car les post-its ordi, sont accrochés aux murs qui l’entourent (l’ordi) (je ne vais pas vous faire un plan non plus), et il arrive qu’un vieux post-it se détache. Généralement il s’envole gentiment pour aller se planquer n’importe où : je le considère comme perdu après avoir dit des gros mots en cherchant à 4 pattes. J’en ai retrouvé 3 sous l’ordi quand j’ai eu l’homme de l’art pour me dépanner : preuve que les post-its c’est vicieux pour aller se loger sous une grosse boîte noire dans laquelle on met les disquettes (Charles Hubert).

Bilan tragique en ce début d’année 2011, j’arrive au bout des 10 blocs de post-it ramenés frauduleusement de chez Truchon au cours des 9 années passées chez lui…

Donc première chose : m’acheter enfin un répertoire. Ce que j’ai fait en rentrant de la Grande Motte. Il est tout beau, tout neuf. Je ne pouvais pas commencer à le remplir car je n’avais ni crayon, ni critérium et que je déteste les ratures dans les répertoires (c’est d’ailleurs la raison pour laquelle je n’en ai jamais eu, sauf au boulot).

Qu’est-ce que j’attendais pour acheter un critérium ? je ne vous le demande pas, je n’en sais rien moi-même. Je me suis piégée un vendredi 13 en m’en achetant enfin un avec 5 mines de rechange (alors là je ricane, parce que d’ici à ce que j’use 6 mines…).

Le répertoire est toujours tout beau tout neuf, pas de ma faute si je n’ai pas retrouvé LE criterium et ses mines de rechange, le tout étant naturellement passé dans la 4ème dimension, avec les deuxièmes chaussettes…

Piégée donc, car j’ai le répertoire, les post-its ou feuilles volantes dûment rassemblés (comment ça je ne vous ai jamais parlé de mes feuilles volantes ?) DANS MON REPERTOIRE.

Piégée c’est vite dit, je me suis dégagée du piège avec une ruse diabolique…

Qui n’attend qu’une chose : que je prenne le critérium de ma blanche main droite et que je recopie sagement tout ce qui est important.

Il attend toujours…

YAPUKA ! Enfin, j’YAVEPUKA car je n’allais pas m’y coller le 29 décembre, parce que c’est comme ça…

Mais j’ai bien dit que je serai organisée en 2010… (j’avais tort)

En décembre 2010 je serai la femme la plus organisée de France et de Navarre… : Lou-pé, ra-té.

Parce que forcément, il n’y a pas que le coup du répertoire…

J’ai vraiment écrit n’importe quoi en décembre 2009…

Pour les distraits, je me suis lâchement contentée de reprendre mon post de décembre 2009 et de faire des commentaires que si mes proches faisaient les mêmes, je leur ferais la gueule…

Posté le 4 janvier '11 par , dans Dans la série Diabolique. Pas de commentaire.

J'ai des questions… Enfin une, ça suffira pour aujourd'hui…

Mon_animal_de_compagnie

Elle ne peut pas me cacher quand elle s’en va. Elle s’imagine que je n’y voie que du feu quand elle fait attention à ce que je ne remarque rien, mais elle peut se brosser, je connais les bruits, les objets, et je dépiste les truc louches à 3 kilomètres.

Un exemple : son grand cabas rose. Elle l’emmène généralement pour aller à la chasse aux croquettes (ou d’autres trucs dont je ne comprends pas bien l’utilité). Les zétrumains n’ont rien d’imprévisible. Ils se comportent tous de la même manière. Ce qui me laisse perplexe c’est que quand j’étais petit, ma maman dont je me souviens vaguement, ne m’a jamais appris à attraper des sacs de croquettes.

Jamais. Elle a dû manquer de temps… Je ne serais pas dans la merde s’il me fallait les chercher moi-même.

Donc, contrairement à d’habitude, elle trimballe son grand cabas rose dans tout l’appartement et pire, elle y met des petites affaires que je connais bien mais qu’elle n’emmène jamais quand elle part à la chasse aux croquettes.

Quand elle met dedans la trousse bleu marine dans laquelle elle a mis au préalable le truc avec laquelle elle se frotte dans la bouche, je sais que ça sent mauvais.

Mais si ! le truc qui lui met de la bave aux coins de la bouche et qui la fait parler mal… DIABOLOCH-TUFECHIER qu’elle éructe, alors que dans la baignoire, j’attends qu’elle me mette l’eau à couler (en vain d’ailleurs, elle est très têtue). Quand elle embarque le truc à faire de la bave ça veut dire :

  • Qu’elle s’en va ailleurs qu’à la chasse,
  • Qu’elle ne reviendra pas dormir.
  • Qu’elle s’en va et qu’elle va m’emmener ailleurs. Ca, j’aime pas, je vous l’ai déjà dit, je déteste le truc qui pue et fait vroum vroum.
  • Donc je reste planqué, carrément SOUS ma couette, on n’est jamais trop prudent.

Bon tout à coup, de sous ma couette, j’ai entendu qu’elle sortait le GRAND truc pour me mettre des croquettes. Ca veut dire que je ne pars pas, que j’ai de quoi manger pour un moment, d’autant qu’elle me met de l’eau de rab en plus (au lieu de laisser le robinet ouvert ce qui serait si simple et si agréable pour moi).

Quand elle s’en va en me laissant tout seul pour la nuit, j’aime pas non plus. Limite, j’ai peur (mais juste limite, c’est histoire de vous faire pleurer, en fait l’absence de bruit d’elle me perturbe (elle appelle cela de la musique)). Je m’interroge alors silencieusement, toujours sous ma couette : qu’est le pire ?

  • Elle m’emmène et j’aime pas, car je ne sais jamais où, sauf que chez le mec qui me met un truc dans le cul, elle n’emmène pas son truc à frotter dans la bouche, donc si je sens que je vais partir aussi, je me demande où cela va me mener…
  • Elle ne m’emmène pas et j’aime pas non plus.
  • Insoluble. En fait, il faudrait qu’elle reste là, mais rien ne l’empêche de partir, dans ces cas là, je ne suis pas maître chez moi, et ça, ça fait vraiment chier.

Donc elle est partie, pendant que j’étais toujours planqué sous ma couette. J’avais entendu le zipppppp de la boîte rouge dans laquelle elle met son oreiller maintenant, parce qu’elle prend de l’âge et des manières de mémère à son chatchat (c’est quoi ?)  et j’étais donc certain que j’allais passer la nuit tout seul.

Le fait qu’elle s’en aille ne m’a pas empêché de faire mon boulot de chat : dormir sous ma couette. Puis dans mon petit couffin, puis sur son canapé (hé hé…), en faisant entre deux petits sommes, des pauses croquettes, litière, et regardage par la fenêtre car elle n’avait pas oublié de m’ouvrir mon rideau et de me mettre mon petit pouf pour que je vois tout bien dehors…

Elle est sympa dès fois… Je l’ai bien élevée (sauf pour les robinets qu’elle laisse fermés).

Une nuit ça va, mais le temps a passé, et puis pas de retour alors qu’il se mettait à faire encore nuit dehors.

Ca allait, j’avais encore de quoi manger, de quoi boire, et de quoi dormir, mais je m’ennuyais d’elle un peu, tout de même…

2 nuits tout seul, c’est long.

Et puis tout à coup, alors que je dormais bien au chaud sous ma petite couette, le bruit de la clef dans la serrure, la porte qui s’ouvre, les boîtes et cabas qui tombent par terre, la porte qui se referme, et le krikitu du zétrumain qui rentre. ELLE !

Normalement je l’attends derrière la porte après avoir reconnu le bruit spécifique de son truc à elle qui pue et fait vroum vroum, mais là, je dormais.

Quand je l’attends derrière la porte, c’est en miaulant d’ailleurs, dès fois qu’elle me loupe…

Bien obligé de sortir de dessous ma couette quand mon emmerdeuse de zétrumain s’est mis à crier “il est où le petit Diabolos à sa maman ?”.

Obligé… NON Mého… J’ai pas bougé. Faut pas charrier, elle m’abandonne pendant 2 jours et faudrait que je lui saute dans les bras dès qu’elle passe la porte.

Elle a vu que j’étais sous ma couette (ça mépate toujours, comment sait-elle que je suis là ?). Sans précaution et tout et tout, elle a soulevé la couette pour me dire : cava-mon-pépère-àsa-maman ? Jesuisrevenue (j’avais vu) Bonnannémontipèro (et puis quoi ?).

Vous pouvez me dire pourquoi tant de haine ?

Pourquoi est-ce qu’elle m’abandonne pendant deux jours  pour revenir en plein pendant ma sieste ??????

Les zétrumains sont un long calvaire…

Un petit ronron, un petit miaou (une fois ça allait bien), je suis allé manger UNE croquette, et je suis retourné me coucher.

Faut vraiment pas charrier !!! Je veux bien faire plaisir, mais faut pas pousser… La sieste c’est sacré !!!

BONNANNEE SINON IL PARAIT… (t’en foutrais moi de la bonnannée…)

Posté le 2 janvier '11 par , dans Les pensées de Diabolos. Pas de commentaire.