Ma pauvre tatie… (c'est moi…)

108004168Pour Noël 2010, nous allions réveillonner chez Pulchérie et Gendre, avec ma soeur et ses deux enfants, dans l’Ile Saint Louis,  Delphine étant déjà sur place.

Je vous raconterai le camping plus tard (maintenant que j’ai un super retard, ça peut attendre), dans le studio, ainsi que le déroulement de la soirée (c’était super top de passer un premier réveillon chez les jeunes !!! la relève est assurée).

Je devais prendre ma voiture, ma soeur son GPS. Il neigeait à gros flocons, je le sentais mal ce coup là, et nous avions donc pris de quoi réveillonner éventuellement sur le bord d’une route, dans un fossé enneigé…

Une fois de plus, j’ai demandé à Pulchérie le n° de code de la porte du hall d’entrée pour rentrer dans la cour. Et tout à coup, je me suis demandé comment je n’avais pas pu mémoriser ce code plus tôt.

Une évidence.

PLUS SIMPLE, TU MEURS !!!

Nous sommes super bien arrivés à bon port, les deux enfants écoutant de la musique à l’arrière avec leur I-machin chose, et avons failli faire une crise cardiaque en voyant qu’il y avait plein de places de libres dans la rue Saint Louis en l’Ile…

Un miracle…

Le temps de descendre tout notre barda, pour la nuit, pour la bouffe que nous amenions, etc… Tristan était déjà prêt à aller taper le code.

  • C’est quoi le code tatie ? Tu le sais par coeur ?
  • Oui…

C’était tout simple donc :

  • L’initiale de mon nom de famille et donc du nom de famille de sa mère
  • Les deux derniers chiffres de l’année de Pearl Harbor (je l’ai vu dubitatif, il ne pensait pas que le FILM était aussi vieux)
  • Les deux derniers chiffres de l’année de la mort de Jeanne d’Arc
  • Moins 1 pour le jour de sa mort en mai

Il a tapé le code puis a empoigné la valise dans laquelle j’emmène désormais mon oreiller anti épaule douloureuse, en soupirant.

  • Ma PAUVRE tatie, tu te compliques VRAIMENT l’existence avec les codes…

La vie n’est qu’un long calvaire.

(On verra mon lapin quand ton code ce sera le nom du réalisateur de Ben Hur…)

PS : bien évidemment je ne vous ai pas donné le code de la porte d’entrée, j’ai légèrement falasifié, même si désormais ils n’habitent plus là…

0 réponse sur “Ma pauvre tatie… (c'est moi…)”

  1. Ah ça les trucs pour retenir des règles de français, de math ou bien encore les codes, j’en utilises plein ! Faut bien s’aider avec tout ce foutra sinon on ne se démêle jamais ! ;o)

  2. Attends mais tu parles de l’année des films ou de l’année de Pearl Harbor et Jeanne d’arc?
    Trop dur pour moi… je passe mon tour!
    (ma mémoire retient les suites de chiffres de manière extraordinaire, je connais tous nos numéros de sécu, banque etc…)

    1. Non, il s’agit bien des dates des évènements, s’il s’agissait de la date des films, je serais larguée 🙂
      N’ayant pas la mémoire des chiffres, je n’ai pas trop de choix (par contre je suis bonne en histoire…)

    1. Il est toujours ennuyeux d’oublier la planque dans laquelle il y a la clefs qui permet d’ouvrir le meuble dans laquelle il y a la clef de l’armoire dans laquelle se trouve le lingot d’or 🙂

  3. Désolée pour le retard mais je fais ça aussi! J’ai une prédilection pour les dates tordues/ oubliées. Mes copines sont ravies de devoir reprendre leur manuel d’histoire moderne pour retrouver la date de la bataille de Rossbach et venir prendre le thé. (Je peux aussi leur donner bêtement le code par téléphone. Mais j’exige qu’on me raconte l’histoire de la bataille avant. Sinon j’ouvre pas)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.