L'abominafreuse panne d'ordi… (part 1)

6222-000049Vous n’aurez pas tous les éléments tout de suite, sinon cela ne serait pas drôle DU TOUT !

Vu que je n’ai pas rigolé, il n’y a pas de raison pour que vous le fassiez.

ONCE UPON A TIME, un soir de la semaine sainte (!), ou bien était-ce il y a 100 ans ? j’ai démarré Internet sur mon ordi, avec la désagréable impression qu’il se passait quelque chose d’anormal.

Il faisait des vents des pets des prouts des clics à n’en plus finir alors que j’errais sur la toile, et malgré la voix suave d’Avast m’avertissant que « la base des données je t’emmerde a été mise à jour », j’ai eu un doute, et j’ai mis en route un scan total après redémarrage de l’ordi. Avast fait ça tout seul, j’admire (l’arrêt de l’ordi, le redémarrage sous Dos, et le scan, puis le redémarrage de l’ordi, après m’avoir demandé une première fois si le premier fichier vérolé il l’éliminait ou si je voulais m’en faire un plat de résistance, là je clique « éliminer », et « tous », pour avoir la paix…)

LE scan. Il lui faut une heure pour scanner 3% et une demie heure pour faire les 97 % qui restent.

Eradication de 9 fichiers vérolés (malgré les mises à jours répétées deux fois par jour), redémarrage de l’ordi, et je me pointe on va dire le vendredi saint, sur mon ordi pour constater que mon écran bénéficie désormais de deux marges à gauche et à droite, arrondies, et que tout caractère à proximité des marges est déformé.

Ca m’apprendra à n’avoir pas fait mon chemin de croix, l’ordi va s’en charger, de me le faire faire (le chemin de croix). Je suis persuadée que j’ai été victime d’un virus, gardant un ému souvenir de novembre 2008 où j’ai dû tout réinstaller toute seule comme une grande, du moment un an après où mon écran se barrait de lignes vertes et où l’homme de l’art m’avait sauvé la vie en me changeant ma carte graphique, etc…

Je relance un scan pour constater que pendant le scan l’écran est tout à fait normal et qu’après le scan il le reste pendant environ 20 minutes, avant de commencer à se re-déformer.

Je décide d’appeler l’homme de l’art après moultes hésitations, homme de l’art qui pour l’heure, réside chez lui, à la Grande Motte, au lieu d’être chez son autre chez lui, à 5 minutes de chez moi.

C’est un scandale, on ne peut compter sur personne. Que vont faire les gens dans leur résidence secondaire ? Je vous le demande.

En plus, sa femme me déclare qu’il est parti faire son jogging, et note tout bien comme il faut les symptômes qui m’inquiètent… (on n’a pas idée de faire un jogging non plus, au lieu d’attendre sagement mon appel à côté du téléphone…).

Rentré de son jogging, il me rappelle ponctuellement (il était temps, je cherchais un post-it pour m’ouvrir les veines en effectuant un Xème scan, jamais cet ordinateur n’a été aussi bien nettoyé).

Il pense à un virus mais peut-être… Je sens qu’il doute. J’ai noté les erreurs affichées par Avast, il prend note lui aussi, et me demande de le tenir au courant.

Je pense que je vais pouvoir tenir jusqu’à son retour en lançant des scans réguliers, sauf que je n’envisage pas de me relever la nuit (au cas où que je dorme), pour le faire. Les marges sont certes emmerdantes, mais je peux tout de même naviguer, lancer des scans, enfin bref, je stresse mais pas trop.

J’ai tort.

Après un scan ultime, je quitte mon ordi le samedi veille de Pâques, pour retrouver Pulchérie et le gentil qui sont en plein boum d’emménagement, travaux, achetage de cuisine à Ikéa, etc, et une fois de plus, les attendre pour les véhiculer à la gare.

Je rentre chez moi, relax.

J’ai tort.

Là, je n’ai plus des marges à droite et à gauche. Au milieu de mon écran il ne reste qu’une bande de 5 cm de large, avec tout ce qui est visible totalement compressé, et je ne peux pas faire une tentative de scan pour restaurer vaguement l’écran, car je ne peux plus voir où je navigue.

Je peux par contre voir ma tête consternavrée dans tout le noir de l’écran. Heureusement que personne ne me filmait, j’aurais remporté une palme d’or sur le net, de la femme à l’air le plus ahuri du monde…

Il est 21 H, je ne vais pas déranger l’homme de l’art à cette heure là.

J’éteins l’ordi et je vais me coucher pour rêver de bandes de couleurs déformées, de virus, de peste noire, de fin du monde, ne soyons pas avares.

Le lendemain quand je rallume l’ordi, il me chante sa petite chanson « tout est en place » mais l’écran reste définitivement noir.

J’appelle donc l’homme de l’art qui est parti acheter le pain, et j’explique à sa femme les derniers symptômes. Tout le monde pense à un virus et j’ai l’impression de visionner mon disque dur totalement vérolé, d’où il ne sortira plus rien…

Je n’ai plus d’ordi, c’est la catastrophe…

Bon alors, où en suis-je ? (tout le monde s'en fout…)

C’était un écran décédé – STOP
Nouvel écran de récupération décédé à son tour – STOP
Ce qui nous a rendu perplexes rapport à un éventuel virus – STOP
Travaille avec un écran prêté – STOP
Hésite à changer ma TOUR INFERNALE – STOP
Pas chaude pour prendre portable, pour des raisons multiples que je préfère ne pas détailler – STOP (je vous rappelle que je suis une VIEILLE qui va se prendre un an de plus la semaine prochaine, qui a l’habitude de travailler avec son clavier sur les genoux, d’où UNE des réticences relatives au portable)
Fais toujours entièrement confiance à l’homme de l’art, mais comprendra-t-il tous mes problèmes existentiels ? – STOP
Particulièrement concernant le mulot qui m’est indispensable – STOP
Et plein d’autres trucs (dont je vous épargne les détails) – STOP
Passe mon temps à sauvegarder mes photos, musiques, etc…  – STOP
En priant pour que mon disque dur externe acheté il y a 3 ans en catastrophe ne rende pas l’âme comme 2 écrans – STOP
C’est le bordel dans ce disque dur – STOP (récupération après réinstallation il y a 3 ans, m’ayant remis mes fichiers chéris un peu partout et surtout n’importe comment et n’importe où – STOP)
Crise de nerf écartée tout de même (quoique…) – STOP
Suicide au post-it écarté également pour l’instant – STOP (les post-it sont de qualité inférieure désormais)
Je préfère vous raconter l’histoire de A à Z quand on en sera au Z – STOP !

Des bises à tous.

La vie est un long calvaire (ou pas, en fait, cela dépend des jours…) – STOP !

PS : si je ne vais pas commenter chez les uns et chez les autres, c’est que j’hésite à allumer l’ordi, rapport à l’écran prêté,  au sujet duquel je préfèrerais qu’il rende l’âme dans les mains de son légitime propriétaire et non pas dans les miennes…)