Bienvenue sur le blog de la Gentille sorcière.

'Chroniques d’une vie ordinaire'

La mouche… (m'en fiche si le titre est déjà pris)

mouche-copierElle est rentrée dans l’appart un jour où il faisait beau et où j’avais donc ouvert ma porte fenêtre de cuisine. C’est dire que cela fait un bail…

Le premier soir, en pleine forme, elle est venue vrombir autour de moi, visiblement attirée par l’odeur “fleur de cerisier” dont je m’étais aspergée le matin.

Rien ne m’énerve plus qu’une mouche.

Si…  deux mouches, encore qu’elles arrivent à nous foutre un peu la paix si elles ont décidé de faire des petits. Un essaim de mouches, je préfère ne pas y songer…

J’aime bien les animaux, mais pas les mouches… Elles sont agaçantes. Vous pensez que vous allez les avoir avec votre journal roulé et hop, elles décollent en vrombissant de plus belle.

Celle-ci était dans une forme éblouissante et elle m’a emmerdée toute la soirée, allant jusqu’à se poser sur ma quiche aux poireaux, sans pouvoir y rester. J’ai dû faire attention à ne pas l’avaler en même temps qu’un morceau de quiche, ce qui aurait définitivement résolu le problème mais bon, mon nom n’est pas bégon…

Le lendemain soir alors que je m’installais pour regarder la 456ème rediffusion de la marquise des anges, la mouche est revenue en frétillant des ailes, et comme la veille, m’a fait suer toute la soirée.

Le lendemain elle avait moins bonne mine. Elle bourdonnait curieusement et j’ai eu l’espoir un moment, de la voir mourir en plein vol et tourbillonner jusqu’au sol. J’ai commis l’erreur d’essayer de l’avoir avec le journal toujours roulé à proximité, mais cela lui a redonné une vie nouvelle, et elle a passé son temps à vrombir autour de moi, en se posant sur moi, en me faisant peut-être les yeux doux. C’est con une mouche.

J’ai assisté à la déliquescence de la mouche, avec en tête une question fort importante :

  • Ca vit combien de temps ces bestioles, sans manger et sans boire ?

Parce que vous imaginez bien que j’avais tout mis en oeuvre pour qu’elle ne trouve rien pour se sustenter…

J’ai la réponse.

7 jours.

A l’aube du 8ème jour, si l’on peut considérer que pour moi 11 H c’est l’aube (je vous rappelle que je cours après un travail qui n’existe pas…) j’ai trouvé la mouche les pattes en l’air, sur ma table basse.

Où elle avait dû se poser pour attendre ma venue à sa portée, le soir, mais bon ce soir là, j’ai pu regarder la 245ème réédition des experts, sans être emmerdée par une mouche.

Je comprends qu’un vague JP Sartre en ait fait une pièce de théâtre… Sauf que le titre me fait frémir : LES moucheS !

La vie n’est qu’un long calvaire…

Posté le 27 juillet '11 par , dans Chroniques d'une vie ordinaire, Crise de nerf. 17 Commentaires.