La livraison des matelas…

livreur-copierL’arrivée des matelas fut, comme je l’avais bien envisagé, un grand moment de l’art culinaire.

Pas besoin d’être voyante pour ne pas se tromper…

La vendeuse charmante avait précisé qu’elle téléphonerait le vendredi pour donner une heure approximative de livraison.

  • C’était sans compter sans le non réflexe absolu de mes parents de donner leur numéro de portable qu’ils laissent généralement sur la table de la cuisine (le portable). Ils ont donné leur numéro de fixe et rien d’autre.
  • Le jeudi Mrs Bibelot a donc fait les courses pour deux jours, n’envisageant pas le vendredi de s’éloigner de plus de 50 cm de son combiné jusqu’à l’appel fatal…
  • Quand je suis repartie du thé quotidien le vendredi vers 17 H, la vendeuse n’avait pas encore appelé, et ils avaient mangé des coquilles St Jacques surgelées pour RIEN.
  • Mes deux géniteurs angoissés, gardaient les DEUX combinés à portée de mains, toute personne autre que le Roi du Matelas appelant, étant priée de raccrocher le plus vite possible pour dégager la ligne, même en cas d’alerte nucléaire ou d’avis de peste bubonique (ou pulmonaire).

LE SAMEDI :

  • J’arrive à l’heure habituelle et je prépare tout pour le thé
  • Les parents dorment. Soit ils ont été livrés, soit ils ont chacun un téléphone à portée de main, le livreur devant fatalement s’égarer (je vous raconterai un jour, le labyrinthe que représente leur ruelle, inadmissible parce que même les services d’urgence s’égarent)
  • J’ai à peine eu le temps de jeter un oeil sur le journal de Mrs Bibelot que la voici qui se lève, avec de l’avance.
  • Elle a mal dormi sur leur sommier qui est d’un dur pas possible.
  • « Maman, pourquoi as-tu dormi sur le sommier ?????? »
  • « Nous avons défait le lit et ton père a retiré le matelas » (ne leur demandez pas pourquoi ils n’en savent rien eux-même)
  • « Mais enfin maman, vous pouviez laisser le matelas sur le lit ! A quel heure vient le livreur ? »
  • VERS 15 H 00
  • J’ai de qui tenir, à 14 H 45 tout le monde est au garde à vous dans la maison. Il n’y a pas de VERS 15 H 00, c’est 15 H 00 et rien d’autre…
  • Le livreur s’égare et deux personnes hagardes se ruent sur LE combiné pour lui répondre et le guider
  • Voici le messie (on dirait moi, attendant l’homme de l’Art)
  • Messie que je guide pour qu’il monte le matelas de ma soeur à l’étage et redescende bien l’ancien, à reprendre.
  • Ceci au cas où ce livreur malhonnête puisse prétendre avoir descendu le vieux matelas alors que non. La topographie des lieux rend cette arnaque impossible, mais on n’est jamais trop prudent.
  • Le livreur honnête après avoir chargé le vieux matelas, importe l’autre, qui va au rez de chaussée, ce qui le soulage.
  • Le matelas installé, Jean Poirotte s’installe dessus brutalement pour vérifier qu’on ne s’est pas trompé de modèle.
  • Pendant que le livreur embarque le vieux matelas, Mrs Bibelot vérifie également que c’est bien le matelas testé qui a été livré (ou si ce n’est lui c’est donc son frère).
  • Le livreur a été honnête et rapide, il a droit à un bon pourboire…
  • Il dégage rapidement, et Mrs Bibelot et moi-même pouvons nous précipiter dans le salon pour ne pas apprécier le mariage princier du jour (Monaco)

Le dimanche :

  • ALORS CE MATELAS ? (3 des 4 enfants en choeur)
  • Bof, moi je dors n’importe où de toute façon (ma mère)
  • Ca va, mais j’ai toujours mal aux genoux (mon père)

La vie n’est qu’un long calvaire…

12 réponses sur “La livraison des matelas…”

  1. Et que dire?
    Ah oui
    En général, ce sont les enfants qui sont ingrats.
    Mais bon, avant d’être parents, ils ont été enfants.
    Donc, ça colle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.