Effets indésirables…

NoticeJe vous avais signalé il y a déjà quelques temps (deux ans environ, comme le temps passe),  l’existence d’une prescription d’Acromion en 2010 qui m’avait laissée de marbre…

De manière mensongère (oh si peu), j’avais laissé entendre que je prenais mon comprimé (un antihistaminique) de manière régulière tous les soirs. Comme en fait à la Grande Motte, toute allergie avait cessé, le médoc en question pfuit !

J’ai dû le prendre pendant 10 jours, à tout casser, ne notant comme effet secondaire qu’une somnolence réelle, donc je le prenais le soir.

J’avais rangé les boites scrupuleusement à mon retour de vacances,  en notant la date de péremption, et puis basta, je me suis dis que j’allais jouer ma Delphine ! (un comprimé : berk !)

En 2011,  le 1er mars, mes allergies me reprennent de plus belle. Outre le poil de Diabolos que j’incriminais (pauvre petit père), j’étais certaine qu’il y avait déjà des petits pollen dans l’air.

Be réveillant le 1er bars avec le dez totalement bouché, j’ai ressorti ba boîte entabée (date de péremption valide), et ses consoeurs, pour be traiter à nouveau.

Les 3 premiers jours, rien à redire, mon nez était normal, mes yeux aussi. Bon d’accord, il y avait la somnolence toujours, mais on peut bien somnoler à 21 H 30.

Et puis tout à coup, j’avais l’impression de déraper. Je me sentais nauséeuse, à côté de la plaque, et surtout, surtout, je me suis mise à avoir des vertiges à n’en plus finir. Jusqu’à ce soir du 6 mars 2011, où cela m’a vraiment inquiétée.

J’avais en effet l’impression d’avoir une cuite monumentale tout à coup…

Me voici en lecture des notices, sans trouver quoi que ce soit de suspect…

Et me voici donc en train de regarder d’un oeil torve ma boîte d’antihistaminique, et de partir telle Sherlock Holmes, en enquête sur le net (ce qu’Acromion déteste…).

Pour découvrir les effets indésirables de ce cachet de merde :

  • Possibilité de troubles digestifs, bouche sèche, vertiges importants (ah, c’était donc bien cela…)
  • Exceptionnellement ont été décrits des cas de réaction allergiques à type de réactions cutanée et d’oedème de Quincke (pour un anti allergique, vous avouerez que c’est le pompon !)
  • De rares cas de somnolence ont été rapportés chez certains sujets sensibles, apparaissant dès le début du traitement (et le rare cas, c’est toujours moi).

Poursuivant un peu mes investigations, j’apprends avec consternation que le médicament  a été retiré du marché le 4 mars 2011. Peu de temps après ma décision d’en prendre, n’ayant pas trop le choix…

Rien à redire concernant le médecin et le pharmacien, vu la date de retrait du marché juteux de la pharmacie et la prescription datant de 2010…

De toutes manières un truc qui me refile des vertiges, il est hors de question que je le prenne, même s’il est toujours en vente, donc pour l’instant, je gère (mal) mes allergies au coup par coup…

Maintenant je vais systématiquement voir sur Internet ce qu’on nous cache…

Je vois donc arriver le printemps avec bonheur mais quelques doutes également… Parce que les allergies vont reprendre, et que je ne suis pas sortie de l’auberge…

La vie n’est qu’un long calvaire…

Ps : vous l’aurez peut-être compris, mais je suis en train de trier mes médocs, et j’ai retrouvé UNE boite de cette saleté ! Y’a pas de doutes, c’est le printemps qui approche…

Atchoum !

0 réponse sur “Effets indésirables…”

  1. ça fait 2 jours que j’éternue pas salve de 6 minimum le matin quand je me réveille… je confirme, la saison des pollens est belle et bien arrivée (le zy*tec ça me plonge dans le coma dès 15h et l’ae*ius ne me fait aucun effet)-
    VDM

  2. Il est temps de retourner voir Acromion pour lui demander une nouvelle recette ! Et s’il pouvait aller sur Internet en même temps avant de rédiger l’ordonnance, ce serait toujours ça de gagné !

    1. Mon docteur a plein d’ordis et un abonnement a la grande base de donnees medicale US (avec toutes les etudes, tests, plaintes en cours, il sait ce qui sera retire du marche demain en Suede et dans 15 ans en France…). Sous pretexte que je voudrais la notice en anglais, je lui demande la fiche de chaque medoc. Ben, j’en refuse un sur deux. Et deja, il ne me prescrit que ce qui est « vital ». C’est un cercle vicieux, car si on est allergique a un truc, on est plus sensible que la moyenne a plein d’autres produits, y compris a certains medicaments.

      1. Kuri tu vas te faire taper sur les doigts, on n’utilise pas la fonction répondre, on écrit en citant à qui l’on répond. Sinon ça fout le boxon dans mon interface PAN !
        Effectivement il devient de plus en plus difficile de trouver un médicament que l’on supporte totalement bien, sans doute cela vient-il de l’époque où l’on nous sur-soignait…

  3. Décripter les notices rubriques effets secondaires finit par devenir assez aisé: « rares cas » = relativement fréquents,  » exceptionnellement » = pas si rare que ça 😉 Les notices ne sont à priori (?) pas destinées à informer le patient mais à couvrir juridiquement le labo au cas où on mourrait d’un effet secondaire « exceptionnel » ( pas d’ pot ma pôv’ dame, mais c’était bien précisé sur la notice hein) ^^
    Bon triage de médocs alors! ça me fait penser que je devrais m’y mettre aussi….

    1. Je suis tellement spécialiste des « effets exceptionnels », que par deux fois Acromion a appelé la veille pharmaceutique parce que tel symptôme ne pouvait QUE venir du traitement…

    1. Oui, une vraie plaie. En plus cela s’est déclaré alors que j’avais passé 45 ans, ALORS JE NE SUIS PAS HABITUEE…
      Et chaque année, je redécouvre la joie de l’allergie, alors que je pensais qu’elle m’avait lâchée, quelque part, un jour…
      🙁

  4. Idem chez moi, les allergies ont commencé passé 30 ans. Et elles empirent et augmentent petit à petit (il faut donc vraiment que j’aille consulter un allergo).

Répondre à Calpurnia Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.