Si Courteline n'était pas mort… (part 1)

CourtelineJe crois qu’il aurait pu faire ses choux gras, avec mes mésaventures avec :

La poste
Les impôts

Le pompon revenant aux impôts, qui, s’arrangeant de l’incompétence de plus en plus notoire de la poste (pardon, la banque postale) essayent de me rendre folle.

J’en suis limite à me demander si je ne vais pas faire comme Pulchérie qui quand elle s’énerve peut bouffer un morceau de papier, m’immoler par le feu ne me tentant pas du tout.

Je ne sais plus quoi faire.

Je vous raconte (accrochez-vous !)

  • 1995 : j’emménage dans mon toujours chez moi.
  • Je zappe complètement taxe foncière et taxe d’habitation car pendant 4 ans, j’ai vécu chez mes parents.
  • Un beau jour je reçois une lettre recommandée AR. Maintenant, les impôts ne vous en envoient plus, par mesure d’économie parait-il…
  • Cette lettre me réclame les taxes sus mentionnées, et là le facteur a su me trouver parce que c’est un recommandé, mais il a du chercher car :
  • Mon adresse est incomplète.
  • Il me faudra 5 ans pour avoir enfin une adresse complète. Il m’en avait fallu 3 pour retrouver chez eux (les impôts), mon nom patronymique.
  • FIN DE L’ACTE UN !
  • 2002 j’ai la bonne idée de me remarier avec Charles Hubert (on n’a pas idée de se remarier aussi…)
  • Du coup, après réception de notre déclaration commune pour cette année là, ils m’attribuent désormais le nom de Charles Hubert pour tout ce que je dois, y compris la taxe foncière.
  • Chose étrange car ma mère reçoit bien sa taxe foncière à son nom patronymique et non pas celui de Jean Poirotte, la maison de mes parents étant un héritage de ma mère.
  • 2005 : j’ai la bonne idée de divorcer de Charles Hubert.
  • Suite à nos déclarations séparées de 2005, les impôts continuent toujours à m’écrire sous son nom.
  • En 2007, je me déplace, livret de famille à la main, pour signaler une fois de plus, que le divorce a été prononcé le, et que j’ai repris mon nom patronymique
  • Ils ont besoin du jugement de divorce.
  • Sauf qu’un juge et un ex mari peuvent autoriser une femme à garder le nom de son ex mari, mais qu’un juge n’a pas à autoriser une femme à reprendre son nom patronymique. Rien à ce sujet n’est donc mentionné dans le jugement de divorce…
  • Sauf que oui j’ai raison, mais que le chef du service des Impôts de Rambouillet, lui, exige le jugement de divorce.
  • Il finit par venir, à la demande de la dame devant laquelle je commence légèrement à m’énerver. IL n’a pas à être plus royaliste que le roi, la loi c’est la loi et c’est comme ça.
  • Comme je lui souffle un peu dans les poumons (hélas je n’ai pas mangé d’ail), il finit par reconnaitre qu’il y aurait légèrement de l’abus de sa part mais qu’en fait, il veut toujours les jugements de divorce pour se couvrir.
  • Puis il cède, et demande à la dame devant laquelle j’avais commencé à m’énerver légèrement, de modifier mon nom. Un deux clics : pas de problème.
  • Je repars toujours légèrement énervée, en notant que la prochaine fois que j’ai à me déplacer chez eux, je dois manger de l’ail AVANT !
  • FIN DE L’ACTE DEUX.

L’ACTE TROIS, c’est la prochaine fois, écrire tout cela est très mauvais pour ma tension…

La vie n’est qu’un long calvaire…

6 réponses sur “Si Courteline n'était pas mort… (part 1)”

  1. Quand, trois ans après mon déménagement (il y a très longtemps…) j’ai reçu pour la troisième année consécutive la taxe d’habitation de mon ancien appartement, et ce malgré plusieurs courriers les informant du changement d’adresse, j’ai écrit textuellement aux impôts :
    « … si vous n’avez pas autre chose à faire que de m’envoyer une taxe qui ne me concerne plus depuis trois ans, moi j’ai autre chose à faire que de vous écrire pour vous dire chaque fois la même chose… donc si l’année prochaine je reçois encore votre courrier je vous le renverrai sans même l’ouvrir »…
    Ils ne m’ont plus jamais écrit ! mdr

  2. ma maman a eu le même souci que vous concernant le changement de nom suite à son divorce, mais auprès de sa banque! les administrations etc… peuvent être très têtues, mais ils connaissent pas ma mère, elle s’est pointé avec la copie du texte de loi et le jugement du divorce! et effectivement deux clics et c’était réglé après trois mois de « pourparler! »

  3. nous ce sont des sociétés d’assurance crédit qui nous harcellent suite au décès de mon cousin il y a 5 ans. Ma fille étant sa filleule il lui avait ouvert une assurance vie (il ne pensait pas mourir si jeune…) qui arriverait juste à échéance au moment d’entrer dans les études supérieures. Il est décédé sans autres héritiers que son demi-frère disparu de la circulation. Donc les sociétés d’assurance n’avaient que notre nom dans leurs dossiers. Je leur ai dit que je ne pouvais pas leur donner les informations qu’elles voulaient puisque je n’en avait pas connaissance. A la fin j’ai fini par trouver en téléphonant aux notaires du coin lequel s’occupait du dossier de mon cousin, il a pris en charge cette histoire. Il y a 3 semaines je reçois à nouveau un courrier d’une assurance : il paraît que je leur ai écrit pour leur demander un papier… non je suppose que c’est le fameux notaire, ils pourraient tout de même lire qui envoient les courriers qui leur sont adressés.

    En ce moment aussi c’est la Banque postale auprès de laquelle j’ai eu le malheur d’ouvrir un compte cet été alors qu’ils mettaient en place leur système de sécurité carte bleue pour les achats en ligne et la gestion par internet de nos comptes. Comme il faut un certain délai pour que le compte soit effectivement créé, pour le système informatique j’ai reçu un courrier m’informant de ce que je devais faire pour obtenir ce satané « certicode », mais comme mon compte n’existait pas encore à certaines étapes je n’ai pas reçu de courrier. Bordel complet.

    Et évidemment à chaque fois que je me déplace il me manque un papier ou mon numéro de téléphone portable ou le conseiller qui pourrait me faire la manipulation à ma place n’est pas là. Et oui j’oubliais je suis censée pouvoir activer ce code depuis mon ordi perso mais je leur ai fait des impressions qui montrent que ce n’est pas le cas chez moi… Va donc comprendre.

    Informatique et bureaucratie s’entendent comme larons en foire pour nous mettre la tête en vrac et nous inciter au meurtre soit d’un écran soit d’un guichetier.

    Quand on dit que ce sont des malades.

    1. Ton histoire ne m’étonne pas…
      Quelque soit l’organisme, même d’Etat, tout est mis en oeuvre pour nous prendre notre pognon, mais ne pas nous verser notre dû…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *