Administration : la complaiinnte (plainte est le mot juste) (1)

Lettre copierAttention, c’est du lourd, et le premier épisode d’une palpitante saga.

EN TOUT PREMIER LIEU :

LES IMPOTS !

Vous n’attendiez qu’eux, j’en étais certaine…

Cela a commencé avec mon divorce d’avec Charles Hubert, le ministère des finances s’obstinant à m’écrire sous mon nom d’ex épouse. Même pour la taxe foncière, le comble, l’appartement m’appartenant bien avant notre mariage bref, et que même mes parents dont la maison est un héritage de Mrs Bibelot reçoivent cette taxe à son nom à ELLE.

3 déplacements de ma part pour AU moins, recevoir désormais ma déclaration pré-remplie à mon nom à MOI, mais à une adresse incomplète. Pour la taxe foncière pour l’instant mes réclamations restent lettre morte, j’envisage sereinement d’aller m’immoler par munster un de ces jours, à l’hôtel des impôts (je l’appelle comme je le veux d’abord, avoir changé de nom ne change rien à l’office de la chose et nous a coûté des millions en paperasses).

Comme jadis, de 1995 à 2000, mettre une adresse complète est impossible au ministère de je te prends ton pognon.

Bref.

Non, cela ne le se sera pas (bref).

  • En 2010, rentrant de la Grande Motte, je trouve avec stupéfaction un courrier prétendant que je n’ai pas adressé de déclaration de revenus pour 2009.
  • Je file en vitesse tout début octobre,  avec le double sur lequel figure d’ailleurs, un complément important d’adresse : bâtiment B6. Car ma résidence c’est 3 immeubles et 54 pavillons.
  • Et qu’il y a longtemps qu’il n’y a plus LE facteur, mais DES facteurs… Comme j’ai des homonymes qui habitent pas loin, je crains le pire.
  • La dame prend mon double et je déclare que ça ne va pas. Elle m’en fait une copie, et me la tamponne, ah mais !
  • EN AVRIL 2011, je reçois mon avis d’imposition. Faut 6 mois sans doute pour éditer la chose…
  • Eblouie, je découvre que je suis désormais imposable, alors que l’an passé, avec plus d’argent gagné, je ne l’étais pas.
  • J’ai 10 % de pénalité pour retard de déclaration. J’aurais dû faire écrire la connasse qui m’avait dit que vu leur carence concernant mon adresse et le fait que ce problème d’adresse ait pu être responsable d’une perte de ma déclaration je n’aurais pas ces 10 %
  • Je ne l’ai pas fait, bien fait pour moi.
  • Je rumine.
  • Arrive tout de même, en 2011, peu après l’avis d’imposition, ma déclaration pré-remplie, mais toujours à une adresse incomplète : une erreur de la banque postale sans doute qui m’a trouvée par hasard au lieu de mettre mon courrier dans la boîte de mes homonymes.
  • Et quand je me connecte pour la valider : impossible.
  • Je me déplace donc pour apprendre qu’avec mon numéro de contribuable + le chiffre qui figure case 2037 après JC, je ne peux rien faire sur Internet parce que l’avis d’imposition a été émis après le 31 décembre 2010.
  • ON me prend donc ma déclaration, ON me la duplique et ON me la tamponne, en me disant que vu les circonstances, je n’aurai pas de majoration (pas de ma faute si le site merde, mais j’ai dépassé la date de renvoi de la déclaration papier…)
  • Rentrant de la Grande Motte en 2011, après des vacances super, je trouve avec stupéfaction un courrier prétendant que je n’ai pas adressé de déclaration de revenus pour 2010.
  • La moutarde me monte au nez.
  • Je file en vitesse dès le lendemain, à l’hôtel des impôts,  avec le double sur lequel figure d’ailleurs une fois de plus, un complément important d’adresse : bâtiment B6. Car ma résidence c’est toujours 3 immeubles et 54 pavillons. + leur tampon qui atteste que la déclaration papier, ils l’ont eue en retard, sans préciser pourquoi…
  • La dame prend mon double et je déclare que ça ne va pas. Elle m’en fait une copie, et me la tamponne, ah mais !
  • EN AVRIL 2012, toujours pas d’avis d’imposition.
  • Je me déplace, et après avoir menacé de m’immoler avec un fromage corse qui peut exploser* si j’utilise mon briquet, je récupère une copie de mon avis d’imposition.
  • J’exige que l’adresse soit complétée, j’attends, j’ai tout mon temps. (Et pendant ce temps là, le muguet pousse !)
  • On me présente l’écran, mon adresse est enfin complète.
  • Sauf que ce n’est pas le tout, je n’ai pas reçu ma déclaration pré-remplie
  • Cela ne saurait tarder, je m’affole un peu vite. Que je revienne dans deux semaines, si je ne l’ai toujours pas…
  • Eblouie, je découvre que je suis toujours désormais imposable, avec l’équivalent d’un mi-temps pas très bien payé…
  • Et que les 10 % ne m’ont pas épargnée une fois de plus…
  • Je ne tue personne parce que je suis bien élevée (trop) et je m’en vais sans pouvoir claquer la porte parce qu’ils ont bien prévu leur truc, ça s’ouvre et se referme tout seul.

Deux semaines après…

La vie n’est qu’un long calvaire…

* Toutes mes excuses à ceux qui ne connaissent pas « Astérix en Corse »…

12 réponses sur “Administration : la complaiinnte (plainte est le mot juste) (1)”

  1. Et ça devient tellement courant, ce genre d’ubusquité (de quoi créer un mot), que bientôt, tu verras que les assurances te proposeront un pack « anti-emmerdes » pour les administrations.

    1. C’est une idée qu’elle est bonne à creuser.
      Attention, j’ai dit que c’était du lourd, donc, ce n’est pas terminé…
      (Où est ma police d’assurance ?)

  2. S’il n’y avait que els impots… Depuis que je suis à mon compte, ma sécu m’a fait redevenir célibataire (je fête mes 10 ans de mariage l’an prochain), et m’a déclarée comme étant une profession libérale de santé qui fait une « autre activité de spectacle ». Je ne vois même pas ce que ça peut donner comme métier ! (non parce qu’à la base je fais juste de la broderie hein…)

    Je ne sais pas ce qu’ils fuments dans les bureaux, mais ça a l’air costaud !!

    1. Idem, je m’insurge également contre la Sécu (à venir).
      D’ailleurs pour eux, un mois, c’est 28 jours.
      Depuis quand ???
      (Je le savais bien que broder était mauvais AU FOND :-))

    1. On voit pourtant le fumet du fromage sortir du bateau au moment où le pirate arrive avec sa torche…
      Pssstttt….. Faut TOUT regarder dans Astérix (et lire TOUS les noms…)

  3. C’est DINGUE, il n’y a pas d’autre mot…… pas la moindre coordination entre les services, Je ne sais pas comment tu as fait pour pas leur balancer un truc à la tronche…….
    J’ai vécu un peu ce genre de délire avec la sécu il y a 3 ans : subitement ma fille ( 18 ans) « n’existait plus » puis à la faveur d’une énième lettre recommandée menaçant cette fois ci d’alerter les médias, la sécu l’a « retrouvée » MAIS alors il a fallu que je leur PROUVE que c’était bien ma fille 🙁

  4. Ne pas me parler de la SS, j’ai des envie de meurtre mais moi aussi je suis (trop) bien élévée! ça fait presque 4 ans que j’essaie de récupérer une carte vitale à MON numéro!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *