A… comme Amour…

A comme amourPas de soucis Delphine, ton tour viendra… (sans promenade dans le système solaire…), car tu le sais, tu n’as jamais manqué d’amour…

Sur cette photo : Pulchérie (putain qu’elle était dodue) (procédant à un atterrissage sur la terre après une promenade dans  le système solaire, depuis sa naissance elle n’a pas arrêté de faire cela),  et Mrs Tricot, août 1982

L’arrière grand-mère et son arrière petite fille encore unique dans la famille…  Restait à venir : la cousiiiiiine, Delphine, le cousiiiiin, l’autre cousiiiin, et puis longtemps après, ceux que Mrs Tricot n’a pas connus.

Mrs Tricot  nous manque, le BB qui atterrit aussi (ou alors elle a vu une mouche et cela explique son regard un peu perdu dans le vague, avec plus de réalisme de ma part, quoiQUE)…

Photo : votre sorcière…

PS : pour la bouteille, c’est évidemment à consommer AVEC MODERATION ! On vous l’a dit et répété 1000000000 fois !

PPS : derrière à droite, c’est tante Hortense en pleine forme, et derrière la petite mon grand-père. Vous êtes ravis de le savoir…

0 réponse sur “A… comme Amour…”

  1. Quand je vois des photos comme celle ci je regrette de ne plus sortir mon appareil argentique…
    C’est marrant ce côté »rose » des couleurs, c’est le même effet que ta fille donne à ses photos 😉

  2. Très jolie photo. J’en ai une magnifique aussi avec mon grand-père, mon fils dans les bras.
    Et trois autres photos auxquelles je tiens énormément aussi, où cinq générations sont représentées : quand mon fils puis ma fille sont nés, mon arrière-grand-mère (côté maternel) était encore en vie, puis quand ma petite-fille est née ma grand-mère (côté paternel) était encore en vie également.
    Avec une (toute petite) préférence pour la naissance de ma fille où nous étions 5 générations de femmes… féministe, moi, non !

    1. Quand Pulchérie est née, il y avait encore mon arrière grand-mère, hélas à l’hôpital. Nous n’avons pu représenter 5 générations (mon grand-père étant fils unique), qu’avec tante Hortense, soeur de mon arrière-grand mère. Mais cela ne faisait pas pareil…

  3. J’ai une photo où sont mon grand-père, moi et mon fils aîné. Il restait deux ans à vivre pour le premier. Et la semaine dernière, c’est le fils deuxième qui nous a annoncé que nous allions être grands-parents.

    Fugit irreparabile tempus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *