L’esprit de Noël… (1) (la théorie du complot…)

Lumières Noël 1En août, l’anniversaire de Delphine (12 octobre) approche à grands pas (depuis ses 3 ans elle nous fait chier avec son anniversaire dès le mois de juin), et par conséquent, Noël (deux mois plus tard) approche à grands pas également…

Ce qui fait que cette année, c’est aux alentours du 15 août, qu’elle a agressé Mrs Bibelot et Jean-Poirotte en leur demandant comment allait se passer Noël cette année…A cette époque là, autant demander à ma mère ce qu’elle fera s’il neige en novembre (Noël en décembre). Ou bien à mon père en février, s’il acceptera d’aller à la Grande Motte en septembre (Noël en décembre).

Il faut dire que mes filles souffrent du syndrome des enfants de divorcés : une année chez maman, une année chez papa (souffrez que je me fasse passer en premier). Après arrivent les gendres et je ne nommerais personne, une année chez maman, une année chez papa, une année chez tes parents, et si les parents du ou des gendres sont divorcés également,ou des frères et soeurs des gendres,  je ne vous raconte pas les calculs à faire pour que tous les petits enfants soient là ce jour là et chez qui,  et le carnage quand on imagine sa mère (moi) s’ouvrant les veines en réalisant qu’elle ne verra ses filles pour Noël, et plus tard donc, ses petits enfants, s’ils viennent un jour, une année sur six ou sept environ…

Que du bonheur. C’est  l’esprit de Noël de A à Z…

Mes parents avaient été tellement scotchés par la question qu’ils avaient évité de répondre, sauf que Delphine voulait une réponse assez rapidement. Entendez par là que fin septembre, elle voulait savoir si oui ou non, elle devait réserver ses billets de train pour aller chez son père qui habite désormais dans le bassin d’Arcachon  (il n’a toujours eu que ça à foutre de sa vie depuis notre séparation, que de me faire chier celui-là, pourrait pas habiter dans mon secteur ?).

A moi de tisser la toile de ce que l’on pourrait appeler « un complot ».

Les protagonistes :

  • Mes parents qui ont une immense maison
  • Mes filles
  • Ma soeur, l’arlésienne, celle qu’on ne voit jamais
  • Ses deux enfants, qu’elle a pour Noël, la même année où mes filles sont disponibles pour moi.
  • Celle qui n’est pas comme les autres mais qui n’organise rien et qui est là.
  • Mon frère. Qui a tout de même 4 enfants, de deux femmes différentes, il est désolé, mais il n’a pas pu faire : 4 enfants = 4 femmes.

Mon frère c’est le personnage qui arrange toute la famille et en fait une famille normale. Quand un patron potentiel me dit « vous verrez, nous sommes comme une grande famille« , j’ai envie de fuir le plus vite possible, quitte à découvrir que je souffre désormais d’un souffle au coeur, ou plus simplement d’un bouchage des coronaires… Parce que la grande famille, c’est le merdier en règle générale.

Mon frère s’est tellement fait détester, et il m’est douloureux de le dire, mais sinon, certains posts seront incompréhensibles que :

  • L’arlésienne ne veut plus le voir,
  • Ses enfants (à elle) non plus,
  • Qu’il ne veut pas entendre parler de Pulchérie,
  • Ce qui tombe bien parce qu’elle ne veut plus le voir non plus, même en peinture, ni en photo d’ailleurs,
  • Et que du coup, comme il ne veut pas voir Pulchérie et lycée de Versailles, Delphine fait bloc avec sa soeur,
  • Et que si mes filles et ma petite soeur ne viennent pas, je ne viens pas non plus, c’est normal,
  • Tout ceci mettant mes parents super à l’aise… Parce que nonobstant les parents, les cousins s’entendent super bien…
  • Moi je suis là dedans un peu la lâche de service : ne pas mettre mes parents dans des situations impossibles… Tout en respectant les autres, et ne pas se demander pourquoi à force, j’ai un ulcère du duodénum… (surtout quand je parle de son père avec ma nièce ainée, la cousiiiine, ses frères évitant le sujet)

DONC, Delphine m’appelle un beau jour de mi-septembre pour me demander où ON en est pour Noël. Parce que c’est le moment ou jamais de prendre des billets de train pour Arcachon…

Après il sera trop tard et les billets trop chers…

Et qu’elle va au passage appeler l’arlésienne pour en discuter avec elle. PISQUE J’SUIS PAS ASSEZ GRANDE POUR ME DEMERDER AVEC SES GRANDS PARENTS !

La vie n’est qu’un long calvaire.

PS : vous comprendrez pourquoi c’est à suite…

PPS : le premier qui me dit que la photo est floue s’en prend une. C’est une photo  de MOA et c’est un flou volontaire, artistique, et argentique…

16 réponses sur “L’esprit de Noël… (1) (la théorie du complot…)”

  1. J’espère que vous avez passé un bon Noël ( a propos ; très belle photo ) en espérant vous lire l’année prochaine ou avant si vous avez le temps .

  2. Voila qui ne va pas me faire regretter d’être fille unique, divorcée (mais les enfants ne voient pas leur père …) et pas encore belle-maman (mais ça, je sens que ça ne va pas tarder …) : Noël tranquillou avec Fiston et Fifille encore cette année !
    Et comme d’hab’, j’attends la suite de l’histoire avec impatience (rhâââ, la sorcière et ses récits à épisodes … Diabolique qu’elle est !!)

  3. Dans ma famille, fastoche. Du coté maternel, rien n’est organisé (grosse bouffe en aout, 2 fois dans l’année, faudrait pas déconner, je tiens à ma santé mentale étant en charge de l’oganisation, bref). Coté paternel: tout le monde est là pour le repas chez ma grand-mêre. Seules excuses valables (à ce jour): être malade (la gastro de noel!) ou de bosser (professions medicales ou de services only).

  4. Je t’ai bien reconnue sur la photo !
    Je compatis ! Chez nous, grande famille, nous n’avons pas le problème d’une personne qui ne veut pas voir les autres, mais des problèmes de dates, ça oui ! C’est pourquoi l’an prochain j’organise un Noël bis ! Le message est bien passé car une de mes nièces croyait que c’était cette année et a été déçue !

  5. Cheu nous, toute la famille fête Saint Nicolas le 7 décembre et non Noël, ce qui nous délivre de bien des contraintes,
    merci mon Dieu . Pouêêt.

  6. J’espère que tout va bien, et que ce long silence est (encore) dû à Internet ( enfin, à son absence …)
    Je te souhaite en tous cas, ainsi qu’à toutes tes lectrices et lecteurs, un épatante année 2014, même si certains affirment qu’elle ne rime à rien …
    Bises à toutes et tous !

  7. Eldoé : le simplissime dans ce genre, c’est l’idéal. Le problème le temps passant, c’est que les grands parents prennent de l’âge et qu’il faut une relève… Pour nous les enfants, c’est la place qui manque…

  8. Louisianne : hormis certains problèmes, il y a aussi le fait que nous sommes nombreux, et que le temps passant, cela pèse aux parents qui sont les seuls à pouvoir recevoir vraiment du monde avec leur grande maison !

  9. Saskia : non tout allait bien, j’ai simplement eu besoin de faire une petite pause, de préparer des articles, etc… De plus c’est une période où la fréquentation baisse beaucoup et c’est un peu décourageant.
    Que 2014 ne rime avec rien ne changera pas grand-chose, quand cela rime, cela ne correspond jamais…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *