Artiste peintre : vocation contrariée…

chapelle-sixtine-vocationQuand que j’étais petite il y a longtemps, j’avais une âme d’artiste.

J’adorais les couleurs, ça, vous le savez déjà.

Non en fait je me suis plantée dans mes rééditions, vous attendrez l’épisode suivant pour savoir à quel point j’aimais les couleurs (vous n’êtes pas ici que pour rigoler, NANMAIS !)

A l’époque (et en avant la Madeleine pour certains), la majorité des papiers peints n’avaient pas le fini vernissé qu’ils peuvent avoir maintenant, et n’étaient pas lessivables. Continuer la lecture de « Artiste peintre : vocation contrariée… »

Nos gaffes avec les enfants (bis)…

BB__chang__2_56800595_copierOn ne le fait bien évidemment pas volontairement, mais il nous arrive de traumatiser nos enfants sans le vouloir, bien sûr..

Notre plus grande gaffe à Albert et moi concernant Pulchérie, a eu lieu au moment de la naissance de Delphine. C’est un pseudonyme bien entendu. Pour Pulchérie, nous avions le prénom + les deux des grands mères comme il se fait dans la famille d’Albert. Dans la mienne on prenait comme deuxième et troisième prénoms, ceux des parrain et marraine, mais nous n’avions pas l’intention de la faire baptiser, donc pas de dispute pour cela : c’était déjà assez difficile de se mettre d’accord sur un prénom (6 mois de débats animés, Albert étant particulièrement difficile et regardant avec quoi de moche cela pouvait bien rimer (Valentine sac à p… hors de question !). Pour un garçon éventuel j’avais dit « Nicolas » où je me jette sous un train, et c’était acquis, vu que le premier prénom masculin sur lequel nous étions tombés d’accord avait été pris par sa soeur (la pouffiasse, pas l’autre). Continuer la lecture de « Nos gaffes avec les enfants (bis)… »

C’est l’automne…

MPobilisation généraleIl le sentait venir mais il ne voulait pas y croire….Pourtant l’affiche était pour tout le monde. Pour lui AUSSI, le temps de lire, de sentir malgré la chaleur du mois, le sang se figer dans ses veines, s’y bloquer, s’y réfrigérer…

« Si tu ne veux pas la guerre papa, tu peux ne  pas la faire  ? »

C’était le souvenir de mon grand-père voyant son père partir pour le front. Jour tellement marquant pour un si petit garçon qu’il en gardait un souvenir très précis.

« Un aller et retour à Berlin et je reviens dans 4 semaines ». Rien d’autre à dire. Rejoindre la gare la plus proche, chasser les idées noires.

Y croyait-il, lui qui allait s’enliser un jour dans les tranchées, qu’en 4 semaines tout serait réglé ?

Il voulait y croire je pense.

Il ne savait pas qu’il était le seul à partir avec un billet de retour, quand il regardait ses photos de mariage peu de temps auparavant. Tous les autres hommes présents ce jour là seront morts après 1918.

Le seul à revenir un jour… Quel poids cela doit peser… Continuer la lecture de « C’est l’automne… »

On m’avait fait déjà le coup avec Delphine… (un coup de gueule du dimanche n’a jamais tué personne) Ou comment l’on vaccine vos enfants sans votre accord

Je n’ai pas trop pour habitude de relayer des trucs machins chouettes sur n’importe quoi, mais j’ai été interpellée sur FB par Cécile une quadra, avec une information sur un vaccin contre le papillomavirus qui protègerait du cancer du col de l’utérus. Pour info, j’ai été opérée d’un cancer du col de l’utérus en 1991 (suite à un frottis) et on ne m’a jamais trouvé de papillomavirus (et pourtant on les a cherchés dur…) … (j’ai déjà évoqué le problème ici, en vous incitant à aller faire votre frottis NDD !)

http://petition.ipsn.eu/papillomavirus.php

Merci de lire tout de même la suite, et excusez-moi de vous mettre le lien deux fois…

Il serait question de vacciner toutes les petites filles dès 9 ans, à l’école primaire, et on présenterait ce vaccin comme un vaccin obligatoire… Continuer la lecture de « On m’avait fait déjà le coup avec Delphine… (un coup de gueule du dimanche n’a jamais tué personne) Ou comment l’on vaccine vos enfants sans votre accord »