Le ciel peut attendre* (et le diable aussi)…

Elodie tête en l'airIl y a des personnes qui vendraient leur âme au Diable pour voir un article sur eux dans un journal, si possible avec photographie (merci pour eux) ou pour passer à la télévision. (Si, si, j’en connais ! ).

Il n’y a qu’à voir le nombre de daubes type « TV réalité » qui peuvent passer, au cours desquelles les protagonistes, si ce ne sont pas des acteurs payés pour, n’ont pas honte de parfois se ridiculiser un max.

J’ai été contactée à plusieurs reprises par deux chaînes dont je préfère taire les noms, pour passer dans telle ou telle émission, « mon blog ayant beaucoup plu ».

Le top étant que généralement le journaliste n’a jamais lu un article de mon blog, sinon il saurait qu’il est inutile de me contacter pour vanter les mérites d’une cafetière (j’ai assez dit et répété que je détestais le café), d’un fer à repasser (j’ai déjà évoqué mon amour du repassage), comment je m’y prends pendant les soldes que je fuis généralement, etc…

Pulchérie m’avait conseillé en son temps, de décliner très poliment, ce que j’ai fait donc une bonne dizaine de fois, ce qui stupéfie généralement les journalistes.

« Comment cela vous ne voulez pas passer à la télévision ???« . Ben non… J’ai déjà du mal à me supporter en photo, alors passer à la TV… merci bien, je sais que je ne suis pas photogénique et qu’à l’écran c’est pire (je garde un souvenir ému de l’époque où j’avais un caméscope). « Passer » ou non à l’écran, c’est un don du ciel, et il y a des femmes ou des filles ravissantes qui ne « passent » pas, alors moi…

Pulchérie avait décliné plusieurs fois elle aussi, et j’ai donc eu la surprise de recevoir d’elle un texto, alors que j’étais à la Grande Motte.

  • « J’ai oublié de te dire que j’ai été invitée à une émission sur le fait de manger ou non de la viande ».
  • Sachez que pour écrire un texto il me faut 1/4 d’heure, car mon téléphone, un coup il veut bien que j’écrive toute seule, un coup il se bloque sur la fonction « proposer un mot » et ne me propose jamais le bon. Ma réponse a donc un peu tardé : « tu va passer sur quelle chaîne, quel jour et à quelle heure ? »
  • Réponse : « suis au studio, je me renseigne« . Là où certaines personnes que je connais auraient déjà averti 75 personnes par mail et/ou sur FB, elle ne savais plus de quelle chaîne il s’agissait… Elle était aux mains de la maquilleuse qui a dû être stupéfaite quand Pulchérie l’a questionnée, et a juste eu le temps de me renvoyer un texto « c’est telle chaîne, c’est du direct, je passe dans 1/4 d’heure ».

Les FANS de l’idée de passer à la TV à n’importe quel prix pourront en tomber raides !

Mes parents et moi avons donc dérogé à notre habitude de ne jamais regarder la TV pendant les vacances, et nous avons eu l’occasion de voir Pulchérie en direct (et je ne me souviens plus de la chaîne non plus).

  • Présentation des protagonistes, ma fille de dos, donc mon père ne la reconnait pas alors que Mrs Bibelot s’exclame : « je la vois ! »
  • Jean-Poirotte impassible « où cela ? »
  • Mrs Bibelot « la rousse, de dos »
  • Jean-Poirotte toujours impassible « depuis quand Pulchérie est-elle rousse ? »
  • Moi : « depuis au moins 3 ans ».

Mon père n’est pas vraiment champion du monde pour remarquer les excentricités capillaires de ses petites filles ou de ses filles. Il a fallu qu’un jour je me retrouve vert Irlande, pour qu’il daigne voir qu’il s’était passé quelque chose.

L’émission commence. Pulchérie est présentée comme blogueuse, sous son nom de blogueuse, on lui pose peu de questions, l’animatrice, comme tous les animateurs, monopolise la parole et là tout à coup…

  • « Ca y’est » fait mon père, « la voila partie vers Pluton ».
  • Pluton c’est loin, et je prétends souvent que Pulchérie s’y promène régulièrement, avant de remettre les pieds sur terre. Jean-Poirotte n’a pas tort, elle fait la tronche de quelqu’un qui s’emmerde à 100 sous de l’heure, et pour un peu, elle lève presque les yeux au ciel. Enfin, ils sont dans le vague (les yeux)
  • Interrogée tout à coup sur je ne sais plus quoi, sa réponse est « hein ? quoi ? oui ? ah bah non, là je n’en achète pas… ».

Quand je l’ai au téléphone quelques heures plus tard, elle m’avoue qu’elle avait envie de tenter l’expérience, qu’elle s’était effectivement emmerdée, et qu’elle n’était pas disposée à recommencer tout de suite…

Un bon point pour elle : elle passe bien à la caméra, et en cela, elle a de la chance. Elle se tient bien et s’exprime correctement, même si elle s’emmerde vite… Un vrai débat lui aurait mieux convenu…

Un mauvais point pour la maquilleuse : tout ce que retiendra ma mère c’est que sa petite fille était trèèèèèès bien, mais que le rouge à lèvre jurait avec le vernis à ongles.

La vie n’est qu’un long calvaire…

* film américain d’Ernst Lubitsch sorti en 1943.

PS : cette photo a quelques années, elle n’était pas encore rousse avec une frange, et avait eu quelques mésaventures avec un site, qu’elle avait relatées sur son blog…

16 réponses sur “Le ciel peut attendre* (et le diable aussi)…”

  1. Tes démélés avec ton portable me rappelle ceux de mon époux avec le sien. Aujourd’hui il était tout fier de m’annoncer qu’il a enfin réussi à rentrer en mémoire le n° de notre fille et celui de sa sour. J’ai le droit de rigoler, pour ma part je n’ai toujours pas de portable et ce n’est pas demain la veille que je sauterai le pas 🙂
    Quant à la télé, on a maintenat 43 ans de vie commune et on s’en passe allègrement. Par contre nous avons chacun notre ordinateur et je ne te dis pas combien de temps je passe sur les blogs, les sites de musées et sur Pinterest 🙂
    Ta fille a de bien beaux yeux, ça ne m’étonne pas qu’elle « passe » bien à l’écran.

  2. J’avai eu la même impression à moindre échelle: aux Galeries Lafayettes, une journaliste me demande si elle peut m’interviexer. Je réponds non (pas envie de voir ma tete), et… elle continue ses questions!! C’est son cameraman qui lui a rappelé que je ne voulais pas!!
    Elle avait l’habitude qu’on lui dise oui et prise dans son truc elle n’avait meme pas écouté ma réponse…

  3. Ah ha, courageuse Pulchérie de tenter l’expérience! J’ai bien aimé l’expression « partir vers Pluton » c’est poétique (et ça change du « on s’emm*** »)

    Quant à moi, je HAIS la télé: J’ai appris par hasard qu’un reportage a été fait dans notre entourage, au cours duquel j’ai été filmée à mon insu, malgré nos demandes expresses à mon mari et moi de ne pas apparaitre à l’antenne.
    Alors on pourrait porter plainte, mais sans le concours d’un avocat, c’est perdu d’avance, et je n’ai pas les moyens et le temps de payer un avocat.
    Cette hsitoire me donne des boutons chaque fois que j’y repense, pfff.

  4. Ça rejoint sans doute ça le fameux « quart d’heure de célébrité » inventé par Andy Warhol ? Il avait écrit en 1968 dans un catalogue d’exposition ( je ne sais plus dans quel musée) : « dans le futur, chacun aura droit à 15 minutes de célébrité mondiale » : c’est devenu une phrase culte.. 🙂

  5. Je suis passée plusieurs fois à la télé dans une ancienne vie – mais, à une exception près, je ne l’ai jamais su, et ce sont les réactions de mon entourage qui m’en ont informée.

    La fois où j’étais informée et où j’ai volontairement participé, j’ai oublié d’en informer mon entourage, et c’est un message de mon beau-père « tiens, je te vois à l’écran » qui me l’a rappelé. 🙂

  6. Il me semble que Pulchérie en avait parlé sur son blog. Je suis stupéfaite par les gens qui se « confient » à la télé, que recherchent-ils ? Mes élèves me racontaient ce que faisaient les vrais-faux participants des télé réalités, je n’arrivais pas à croire qu’ils perdaient autant de temps à regarder ces bêtises. Mais il faut croire qu’il y a un public…
    On m’a proposé des séances photos pour un de mes fils, j’ai refusé au grand étonnement de la « chasseuse de nouveaux visages » qui m’a répondu que des milliers de mères se battaient pour inscrire leurs enfants dans son agence 😀

  7. @ Meg: je confirme: des milliers de mères se battent pour inscrire leurs enfants dans des « agences ». Un ami photographe de presse ( mode) , scotché ( et un peu vexé) que mes deux filles aient catégoriquement et à tour de rôle refusé de faire des photos me l’avait expliqué et dit que mes filles ne se rendaient « vraiment pas compte » de la chance qu’elles avaient, de se voir proposer ça…..
    j’allais pas les forcer non plus hein ^^

  8. @Cathy : nous avons privé des millions, que dis-je, des milliards de gens de profiter de la beauté de nos enfants, vilaines mères que nous sommes 😉

  9. Titia : ma montre ayant rendu l’âme avant-hier, c’est le moment où j’ai réalisé que j’avais l’heure sur mon portable. Je suis irrécupérable à ce niveau là…

  10. Eldoé : oui, ils sont toujours interloqués, voire sourds, quand on leur dit « non », alors que d’autres, derrière toi, font des grimaces et autres, pour bien se faire remarquer…

  11. Filo : le culot des journalistes est sans bornes, les conneries qu’ils peuvent raconter AUSSI. Donc ils pourraient se mettre dans la tête que l’on ne souhaite pas TOUJOURS et SPECIALEMENT, se « mettre en valeur » au sujet de tout et de n’importe quoi…

  12. Cathy : je pense que l’on peut vivre sans son 1/4 d’heure de célébrité. Quand j’en vois certains, je me dis qu’ils auraient franchement mieux fait de s’abstenir que de se montrer comme ils l’ont fait !

  13. Princesse Strudel : je suis tellement peu photogénique et filmogénique, que je serais capable de péter la caméra du connard qui persisterait à me cadrer… (et du coup, je passerais QUAND MEME !)

  14. Meg : pour les besoins d’un article à venir, j’ai regardé quelques émissions daubes genre « c’est ma vie », etc, et j’ai eu l’occasion de repérer UN MEC qui doit forcément être un acteur, car il ne peut pas être à la fois le mari jaloux d’Amiens, et le voisin chiant de Lyon…
    Effectivement certains feraient n’importe quoi également pour avoir leurs gosses dans une pub ou autre. Chacun son truc…

  15. Cathy : j’ai eu une proposition une fois pour un casting avec Pulchérie et Delphine qui était bébé. Avec leur père, quand nous sommes arrivés sur place, devant l’aimable tête des autres parents, nous avons eu l’impression d’être dans la fosse aux ours et nous sommes repartis dare dare…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *