Le deuil et la paperasse… (1)

Bras cassés copierDans les sociétés primitives (chez les SAUVAGES en gros), en ce qui concerne le deuil, tout est clair. Vous avez le droit de vous recouvrir la tête de cendres, de vous rouler par terre en hurlant et de ne plus rien faire (liste non exhaustive). Quelqu’un viendra toujours vous apporter à manger et s’occuper de vos enfants et de votre maison (si c’est nécessaire), en attendant que cela passe. Car on sait bien qu’un beau jour vous émergerez de l’abîme pour vous remettre à vivre normalement. ON tolérera même que vous ayez des hauts et des bas. J’hallucine, pourquoi ne les avons nous pas tous exterminés (les SAUVAGES).

Dans notre quotidien CIVILISE, vous n’avez que peu de jours pour vous remettre (3 jours pour la mort d’un parent, c’est le mieux que j’ai eu dans une convention collective qu’elle était achement bien). Dans la même il y avait 4 jours pour la mort d’un enfant. Le 5ème jour j’ai vu une femme dont le fils de 18 ans s’était tué à moto, revenir l’air de rien. TOUT LE MONDE l’a trouvée très BIEN, très DIGNE. Et tout le monde s’est étonné quand on a reçu un arrêt de travail qui s’est prolongé, quelques mois plus tard…

En plus vous avez 6 mois pour vous mettre à jour concernant le fisc et les droits de succession !

Ces fameux droits sur de l’argent ou des biens au sujet desquels le défunt (ou la défunte) a déjà réglé impôts et autres, mais que vous n’avez pas le droit de recevoir sans verser votre contribution à l’état (aux chiottes l’Etat !). 6 mois on considère que c’est bien assez, et s’il y a un bien immobilier estimé à tant, qui n’est pas vendu, le fisc s’en fout. Vous avez eu 6 mois, cela ne vous suffisait pas ?

6 mois sont passés, vous ne pleurez toujours pas quand même ? ON ne va pas être HUMAINS ? ON ne va pas faire comme chez les sauvages ? NON MAIS HEU !!!

Je n’ai vu maman pleurer que le jour de la mort de papa, alors que j’étais sommée de remonter ses béquilles, de sortir le fauteuil de jardin dont il se servait dans la maison, et que je gardais ma boule dans le ventre pour ne pas qu’elle explose devant elle… Et puis je me suis occupée des papiers, parce qu’elle c’était « pfuitt, pour moi, ton père n’est pas mort ». Si je n’avais pas été là, les papiers seraient toujours en plan, quelque part… (à sa décharge elle avait un peu d’argent de côté).

JE VOUS RASSURE TOUT DE SUITE ! (au cas où vous auriez des craintes)

  • En ce qui concerne l’argent versé au défunt mensuellement, cela se bloque automatiquement
  • Les comptes en banque également. Notez et c’est important, qu’il vaut mieux avoir un compte au nom de Monsieur OU Madame, parce que si c’est Monsieur ET Madame, TOUT est bloqué et on n’est pas dans la merde… Dans le cas de mes parents, ils avaient de comptes multiples qui se mélangeaient (genre PEP, PEL etc…) et maman n’avait plus moyen de savoir combien elle avait de côté, car cela se mélangeait avec les comptes de papa et que c’était secret d’état…
  • Grosso modo, tout ce qui concerne ce que l’on versait au défunt est bloqué immédiatement, à croire que l’Hôpital Georges Pompidou a appelé la Banque de France avant nous…
  • Par contre, le fisc vous informe immédiatement (sous 3 jours avec un courrier AVEC affranchissement LETTRE URGENTE)  qu’il vous faudra penser éventuellement, aux droits de succession. Sinon ils vous écrivent le 7, postent le 9 et vous recevez le courrier le 13 avec première échéance le 10… (Vécu via maman)
  • En 3 jours tout est bouclé, cela fonctionne HYPER BIEN, sans dérapage et sans « problème informatique dont nous ne sommes pas responsables ».

On pourrait croire que les organismes versant les retraites (papa en avait 5) en vous avertissant qu’ils cessent de régler la retraite vont en profiter pour adresser un dossier concernant une éventuelle pension de réversion.

QUE NENNI. Dès fois que l’on oublie de la demander, ce serait pain béni ! (la veuve ou le veuf à deux ans devant lui, c’est dire !). Sauf que le coup des deux ans n’est précisé qu’une fois le dossier demandé et ENFIN reçu…

J’ai donc adressé 5 demandes à 5 organismes, en me véhiculant chez moi pour vérifier ce qu’il fallait fournir comme papiers (chez mes parents il  n’y a pas internet, et l’homme de l’art avait tout prévu, sauf le cas où toutes les personnes chez qui je pouvais me rendre soient absentes).

5 dossiers  bien faits.

Sauf que j’ai découvert avec stupéfaction, qu’avec nos moyens modernes, et bien ce n’est pas cela du tout.

Il fallait bien évidemment, DES extraits d’acte de naissance de papa avec  les  mentions marginales. Sa date de décès, s’il n’était pas divorcé, remarié, etc…

Papa est mort le 26 mai (vous pouvez toujours courir pour me voir écrire « décédé »). La mention de sa mort n’a été faite à Neuilly-sur-Seine que le 12 juin, soit 17 jours francs après sa mort.

Sur son acte de  naissance par contre, et sur celui de maman (nécessaire aussi, au cas qu’elle soit morte et demande outre tombe de toucher ce à quoi elle a droit), j’ai pu constater que le mariage du 11 décembre 1957 à la mairie de Versailles, avait été retranscrit le 12 décembre pour papa, et le 13 pour maman.

Cherchez l’erreur.

Le notaire, nous l’avons rencontré le 8 juin, maman et moi. C’est le notaire de la famille depuis 30 ans (il débutait) dont l’étude est tellement connue pour ses dossiers impeccables que même le centre des impôts s’incline devant lui. Il avait été perplexe sur le fait de faire la succession de papa, qui n’avait rien, sauf 5 % de la maison de maman, héritage à elle, mais qu’elle lui avait cédé pour le mettre à un abri bien précaire si elle disparaissait avant lui.

Le notaire réalisait tout à coup que cette donation avait été inutile. Si maman était partie (se promener) avant papa, nous aurions, nous, les héritiers, vu la valeur de la maison, été tout de même dans l’obligation de l’en déloger pour vendre le bien afin de payer les droits de succession (et après on lit des faits divers dans les journaux, sans avoir tous les tenants et aboutissants…)

Parce que nous vivons dans un état de droit et surtout, civilisé !

Il y avait aussi le problème de ma soeur, celle qui n’est pas comme tout le monde, et est sous curatelle de maman. Qui ne pouvait pas être juge et partie. Il allait voir.

Sauf qu’il a été plus sympa que  le RSI en nous précisant « vu la période, je risque de rencontrer quelques problèmes avec certaines administrations… ».

Le RSI donc, dont la mauvaise réputation n’est plus à faire, m’avait précisé la veille que :

  • « Votre père n’a vraiment pas choisi son moment, on n’a pas idée de mourir au mois de mai,  juste avant les congés d’été« . (je pense que tout le RSI est en congés du 15 juin au 15 septembre, j’ai loupé un entretien d’embauche quelque part)

J’accorde à papa et je lui en veux formellement qu’il aurait pu choisir le mois d’avril, avant mai et ses ponts. Sauf que l’ON m’aurait dit »on n’a pas idée de mourir avant mai et ses ponts…. »

La vie n’est qu’un long calvaire…

ET ce n’es que le tome 1 !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

7 réponses sur “Le deuil et la paperasse… (1)”

  1. Décidément… La fiscalité en France n’est qu’un long calvaire…

    Dans mon petit pays où les fonctionnaires du Trésor sont listés sur le Net avec leur ligne directe et leurs horaires de travail, il n’y a pas de droit de succession… Une raison de plus pour m’auto-congratuler chaudement d’avoir émigré, et une raison de plus de ne surtout pas remettre le pied dans mon pays d’origine…

  2. Si déjà vous avez la chance d’avoir un notaire bien, c’est super ! Nous on avait un nul, qui n’avait pas de clerc de notaire, mais une pauvre secrétaire qui se faisait engueuler, et on devait refaire tout les comptes derrière lui, sinon on y aurait laissé des plumes (ou des sous).
    Quand au fisc, il ne lâche pas l’affaire comme ça ! À priori (du moins c’est ce que nous avons déduit) ils avaient du mal à croire que mes parents avaient des maisons et si peu de liquidités à la banque.
    Ils ne savent sans doute pas que les prix de l’immobilier entre 1965 (date d’achat) et de nos jours, ont fait un sacré bond !
    Six mois après la mort de mon père, ils ont réclamé à ma mère la totalité de ses extraits de compte sur 2 ans (mais où donc cachaient-ils leur fortune). Une chance pour eux ma mère est très ordonnée (pas comme moi), mais elle a refusé de payer les photocopies : débrouillez-vous et rendez-les moi après !
    Après ils l’ont laissé tranquille. Moi je me pose des questions quand même, n’est-ce pas de l’intrusion ? De l’espionnage ? Du flickage ?

  3. Que tu aies préféré quitté le navire, grand bien t’en fasse mais que tu craches dans la soupe d’un système dont tu as probablement profité dans ta prime jeunesse (éducation gratuite, accès à la culture, soins médicaux à bas prix.. etc..) c’est un chouilla escagassant.

    Oui, la France est souvent bureaucrate –chiante mais il y à 65 millions de situations à gérer (et pas un demi million comme au Luxembourg) et globalement cela fonctionne bien (Si tu voyages un peu, tu verras on fait largement pire pour beaucoup moins de droits).

    On ne te demande pas de remerciements mais simplement d’avoir la décence de ne pas déverser à chaque fois ton French bashing dès que tu en as l’occasion pour nous vanter les bienfaits du Luxembourg (une fois on ne dit rien, deux fois ça commence à lasser , mais 3 fois…)

    Le Luxembourg étant bien entendu super vertueux (encore récemment un paradis fiscal , hier dans le monde des aides d’état illégales pour que des sociétés ne payent pas d’impôts dans les pays où elles sont implantés et où on voit que l’administration fiscale luxembourgeois est effectivement super sympa quand il s ‘agit de truander les autres états ) et je ne parle pas du Luxembourg leaks ….) ) (et oui, j’aime les parenthèses)

    Désolée gentille sorcière d’être véhémente sur une de tes commentatrices mais autant tes billets critiques subtils (qui ne généralisent pas) me font rire autant les gros sabots récidivants et donneurs de leçon de princesse strudel sont à pleurer.

  4. Chère Pauline,

    Merci pour ton message empreint d’ouverture d’esprit, de respect et de courtoisie. Tu t’excuses d’être véhémente, je te trouve quant à moi agressive et discourtoise.

    J’ai justement vécu à l’étranger, je dirais une bonne douzaine d’années cumulées. J’y ai voyagé, également. En Afrique noire, au Moyen-Orient, en Europe de l’Est. seule, avec mon sac au dos, et en logeant chez l’habitant. Justement parce que j’avais envie de découvrir et de partager le quotidien des habitants des pays où je me rendais – et non pas de les observer du haut de mon minibus pour touristes.

    Je suis consciente des avantages de la France – quand j’étais étudiante à l’université d’Odessa, logée au 9ème étage sans ascenseur, sans eau chaude, et sans eau courante la nuit (avec interdiction d’utiliser l’eau du robinet y compris pour se laver les dents, Tchernobyl oblige), je me suis dit que finalement les cités U françaises étaient plutôt appréciables…

    Sur les thèmes abordés par Calpurnia, j’apporte mon vécu. A mes yeux, le système fiscal et administratif français est un long calvaire, qui ne pourrait que mieux se porter (et ses administrés avec) d’un bon dépoussiérage, et d’une rationnalisation.

    Il y a des aspects positifs que j’ai appréciés en France – en regretter les aspects à mes yeux négatifs, et être partie à cause de ces points négatifs, n’est pas, à mes yeux, cracher dans la soupe. De même, regarder et noter les choses que je trouve positives à l’étranger, et souhaiter que mon pays (natal, ou de résidence) s’en inspire pour accroître la qualité de vie de ses habitants, me semble une pratique plutôt positive. Cela va des maisons de naissance à la diminution de l’épisiotomie, des interventions chirurgicales sous hypnose à l’opéra à bas prix pour les enfants, de l’apprentissage de la lecture par la méthode syllabique plutôt que globale, de l’éducation bilingue à la revalorisation des filières manuelles et techniques dans l’enseignement…

    Il est heureux pour toi, Pauline, que tu trouves que la France fonctionne bien. Je respecte ta vision des choses et me réjouis de ta satisfaction.

  5. Je vais d’abord commenter le match entre Princesse Strudel et Pauline mdr
    Pauline a bcp de chance d’être satisfaite de la façon dont fonctionne la France…
    J’ai 64 ans et je n’ai pas quitté mon pays… mais je n’en pense pas moins ! Princesse Strudel a bien raison, il y faut un grand nettoyage de printemps, se débarrasser avant tout des parasites qui la paralysent…
    Sinon… je compatis, je suis passée par la demande de pension de conversion, mais j’étais assez jeune pour ne pas demander d’aide à mes enfants. Quant au fisc, finalement c’était une bonne chose de n’avoir aucun héritage à attendre de mon époux… je n’ai rien eu à leur donner !
    Je suis tout à fait de ton avis en ce qui concerne les droits de succession… après que notre conjoint/nos parents aient payé des impôts toute leur vie nous devons encore leur verser des droits sur ce qui somme toute nous appartient…

  6. mdr… je viens de me rendre compte de la « pension de conversion », j’ai trop longtemps travaillé avec l’étranger et la conversion des devises… c’était bien « pension de réversion » qu’il fallait lire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *