Certains font la gueule… (le ravage des maladies tropicales)… (1)

Mal de têteJ’ai eu une amie, en première et terminale, enfin, une amie, on appelle cela comme cela avant de réaliser que quand on a cela dans la vie, on n’a pas besoin d’ennemis, qui, avant d’avoir comme glorieux projet après le bac (si on l’avait loupé, ce qui fut son cas) d’aller nous jeter TOUTES LES DEUX SOUS LE TRAIN POUR FAIRE CHIER NOS PARENTS, avait un père qui faisait la gueule. Je pense que si je m’étais jetée sous le train la première, forcément, elle se serait loupée… MAIS c’était réellement son projet…

Et quand il faisait la gueule, il faisait la gueule à tout le monde. Vous sonniez à le porte, il ouvrait, vous disiez « bonjour », il ne répondait pas, et vous claquait la porte au nez. Jusqu’à ce qu’une de ses filles ou sa femme arrive en catimini  tout en courant (cherchez l’erreur) vous ouvrir…

(Super sympa le père, je regrette que le mien ait été si souriant, sauf la première fois où il a ouvert à meilleure amie, qui s’en souvient encore car il lui avait fait peur, alors qu’elle l’adore toujours ! ). Il faisait la même chose au facteur et ne prenait donc pas le recommandé, à l’occasion…

Sa femme et ses deux filles passaient leur temps, quand il tirait la tronche pendant 3 semaines, à se poser des questions.

  • Tu as fais quoi?
  • Tu as dit quoi?
  • Tu as évoqué tante Hortense ?
  • Tu as parlé de l’oncle Jules ?
  • Etc…

Comme généralement on ne trouvait rien, la bonne excuse était que le pauvre homme avait choppé une maladie rare et inexpliquée (et pour cause), en Indochine(le paludisme sans température peut-être ? ), qui entrainait mutisme et claquages de portes intempestifs.

DE MON COTE, Mrs Tricot (la mère de papa pour ceux qui débarquent), avait un frère qui pouvait tirer la gueule pendant 3 semaines également (cela doit être le maximum pour un homme qui tout à coup ne veut plus coucher à l’hôtel du cul tourné). Il tirait donc la gueule à tout le monde, sauf à son journal qu’il lisait tout de même, et ne répondait à rien, ne parlait pas, etc…

Là, d’après sa femme et ses enfants (5) il aurait choppé quelque maladie rare au Maroc, avant d’être démobilisé pendant la seconde guerre mondiale donc en 40…

On ne parlera jamais assez des méfaits de la colonisation. On occupe les gens, on les oblige à adopter nos coutumes, et EN PLUS, ils nous filent des maladies. C’est à rêver tout debout.

Ce qui est à rêver tout debout, c’est toute la famille en train de se poser les questions : tu as fait quoi, tu as dis quoi, etc…

Mon arrière grand-mère, la mère de Mrs Tricot, se confiait beaucoup à maman qui allait la voir tous les jours quand c’était possible et bien entendu quand nous étions en vacances au village.  En ai-je su des choses sur la famille, répétées par ma mère ou entendues par  mon oreille acérée…. Bref, un jour, la mémé Clémence a ricané en déclarant « Robert a toujours eu un caractère de cochon, déjà tout petit il boudait et faisait la tête, le Maroc n’a rien à voir là-dedans ».

Sauf que c’était l’unique garçon à qui il fallait tout passer, bien sûr… Elle avait eu beau avertir sa bru : rien à faire. Robert avait la malaria du Maroc, comme le père de mon amie avait le paludisme de l’Indochine…

A suivre. Le ravage des maladies tropicales n’est qu’un long calvaire…

6 réponses sur “Certains font la gueule… (le ravage des maladies tropicales)… (1)”

  1. Je sais bien que les hommes sont moins bavards que les femmes, mais tout de même 3 semaines comment font-ils ?
    Est-ce ceux là qu’on appelle des ours ?
    Ou alors ils n’ont pas évolué depuis l’homme des cavernes !

  2. Je ne supporte pas ça… j’ai eu un conjoint qui faisait la tête. Du coup idem, je demandais ce qu’il y avait, quel était le problème, histoire de trouver une solution ou de régler le malentendu.
    Et « non non, tout va bien ».
    Et la tête.

    Ca m’insupporte, je trouve ça tellement immature et non-constructif.

  3. Typiquement le genre de comportement qui m’énerve au plus au point. Mon père était spécialiste du genre, et dans sa famille, sans évoquer de maladie tropicale, on cherchait le responsable (généralement c’était moi, j’étais une enfant insupportable, le genre première de classe qui lit des bouquins) sans jamais lui dire « tu fais chier avec ton comportement de merde, alors soit tu parles et tu dis ce qui va pas soit t’arrêtes de nous sabrer l’ambiance ». Enfin, moi, ado, je lui ai dit. Mais comme c’était un peu avant sa mort je suis passée de « insupportable » à « quasi parricide parce qu’elle parlait méchamment à son père » (ce qui était faux, je lui ai toujours parlé poliment.)
    Ma mère était parfois tentée de faire pareil, mais elle est beaucoup trop pressée de te gueuler dessus quand elle a quelque chose à te reprocher! XD
    Alors du coup, quand il s’est agi de décider de passer à une vie à deux avec mon compagnon, j’ai joué cartes sur table: j’en ai soupé des gens qui font la gueule et qui disent « mais non j’ai rien ça va », si ça va pas tu le dis sinon ça va mal se mettre.

    Non mais c’est vrai quoi, j’ai un caractère de cochon mais bouder et ne parler à personne, ça ne me viendrait jamais à l’esprit.

  4. Louisianne : j’ai appris des années après, que la FILLE du mec cité en premier, faisait la gueule à son mari pendant 2 MOIS au son de « il va bien finir par comprendre ». Quoi ? Je ne l’ai jamais su, sauf qu’un jour au bout de 20 ans, il l’avait quittée… C’était la femme des cavernes sans doute 🙂

  5. Princesse : là encore on te répondait « non tout va bien ». Ceux que j’ai cité ne répondait même pas, ils ne parlaient pas du tout…
    Comme tu le dis c’est aussi immature que le « je fais pipi par terre et je me roule dedans »…
    Invivable.

  6. Rathilde : je suis 100 % OK avec toi. C’est infantile, non constructif, c’est même du chantage affectif, et c’est toujours dangereux…
    Désolée pour toi, mais tu n’étais pas responsable, mais il fallait en trouver un. Curieusement on en cherche toujours un, sans se demander si ce n’est pas le chieur ou la chieuse qui l’est en premier lieu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *